25/02/2012

Werner et Charlotte, 2e partie / La guerre des Sambre, T.5 / Yslaire, Boidin / Glénat / coll.Caractère

 

Werner et Charlotte, La guerre des Sambre, Yslaire, Boidin, Glénat ,Caractère


Depuis que Yslaire s’est adjoint les services d’un collaborateur de haute volée, sa série la plus aboutie se développe à un rythme soutenu, pour notre plus grand plaisir de lecteur. Dans la généalogie de la famille Sambre, Werner et Charlotte représentent une page mouvementée et déterminante. Nous suivons ces deux jeunes gens à la naissance de leurs amours, contrariées par la mère de Charlotte qui a d’autres ambitions pour sa fille que la mariage avec un enfant abandonné, recueilli dans un pensionnat, même s’il ne manque pas de qualités, dues à l’éducation prodiguée par un Duc. Elle est soutenue dans ses démarches par un curé fervent qui voit en Werner un dangereux individus, descendant d’une lignée de guerriers maléfiques, ennemis héréditaire de la famille de Charlotte et qui en causera forcément la perte. Les yeux de Werner lui parlent. Tout semble donc inéluctable. D’autant plus que la mère de Charlotte se montre particulièrement déterminée. Elle fait le pari de séduire Werner, ce qui devrait la renflouer financièrement et satisfaire ses sens nymphomanes, tout en lui procurant une arme décisive pour écarter sa fille de ce jeune homme encombrant. Yslaire et Boidin ont trouvé le parfait alliage qui fait de cette BD un superbe objet. « Werner et Charlotte », deuxième partie, cinquième tome de « La guerre des Sambre », par Yslaire et Boidin, aux éditions Glénat, collection Caractère.


M.Descornet

 

21:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : werner et charlotte, la guerre des sambre, yslaire, boidin, glénat, caractère |  Facebook |

09/11/2011

La mer vue du purgatoire / Sambre, T6 / Yslaire / Glénat

 

Julie survit au naufrage du navire « La Désirée » qui l’emmenait vers le bagne. Elle échoue sur le rivage escarpé et rocailleux d’un phare. Le début de ce sixième opus d’une série culte commence par une foison impressionnante de symbole évocateurs. Impossible de ne pas y lire le naufrage, probablement volontaire, de la vie de cette jeune femme malmenée par un destin houleux, au parcours aussi tourmenté que le relief tranchant d’un rocher, et qui échoue bien malgré elle sous la lumière d’un but qu’elle ne cherche nullement à atteindre. Secourue par le gardien du phare, Julie est soignée aux petits oignons par cet homme que la vie n’a pas épargné non plus. Ces deux êtres se retrouvent dans cet endroit isolé, loin de la civilisation, de la fureur des hommes et qui pourtant éclaire leur route. Ce n’est qu’un répit pour Julie Saintange. La loi est à sa recherche, implacable. Et pour la gardien de phare, cette apparition inopinée, inespérée, lui redonne le goût de vivre, ou plutôt d’accomplir une bonne action, comme la conséquence logique de la rencontre d’un ange et d’un gardien. Le superbe travail de construction des différents niveaux de lecture mérite une attention particulière, un plaisir renouvelé qui réserve d’impressionnantes découvertes au lecteur. Le plaisir des yeux n’est pas en reste, loin s’en faut. « La mer vue du purgatoire », sixième tome de « Sambre », par Yslaire, aux éditions Glénat.

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la mer vue du purgatoire, sambre, yslaire, glénat |  Facebook |

25/01/2011

La Guerre des Sambre / Automne 1768 / Werner et Charlotte, T.1 / Yslaire, Boidin / Glénat / Futuropolis

werner&charlotte1.jpg

Le premier album de « Sambre » a révolutionné le paysage graphique de toute une époque et a inspiré de nombreux jeunes auteurs. Le scénario original de Balac, repris ensuite par Yslaire en auteur complet, n’est pas en reste. Afin d’en exploiter toute la richesse, Yslaire dresse l’arbre généalogique de la famille Sambre, sur plusieurs générations. La légende dit que les origines des Sambre remonterait jusqu’à l’aube de l’humanité et qu’une guerre immémoriale les poursuit depuis lors. Werner et Charlotte en constituent l’un des jalons. Nous sommes au dix-huitième siècle. Un orphelin aux yeux rouges est introduit dans la bonne société par son bienfaiteur. C’est lors d’une réception que Werner fait la connaissance de Charlotte et de sa mère, une lignée caractérisée par des cheveux roux. L’attirance est quasiment immédiate, comme si le destin avait décidé de les unir malgré les arrangements de mariage prévu pour Charlotte. Il est inimaginable qu’elle fréquente un orphelin désargenté alors que son avenir, et particulièrement celui de sa mère, dépendent de son futur époux, un homme bien placé qui leur permettra de revenir dans les bonnes grâces de Versailles. Un graphisme soigné, irréprochable, une narration fluide et passionnante : « Werner et Charlotte », premier tome, par Yslaire et Boidin, aux éditions Glénat et Futuropolis.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la guerre des sambre, automne 1768, werner et charlotte, yslaire, boidin, glénat, futuropolis |  Facebook |