09/07/2010

L’Invitation / Jim, Mermoux / Vents d’Ouest / coll.Hors collection

invitation

Au beau milieu de la nuit, Raphaël reçoit un appel téléphonique de son ami Léo qui lui demande de le dépanner, sa voiture étant bloquée. Raphaël refuse mais finit par accepter, poussé par sa compagne. Arrivé sur place, il trouve Léo en compagnie de plusieurs autres amis. En fait, Léo a voulu tester qui, parmi ses prétendus amis, répondrait à son appel à l’aide en pleine nuit. C’est un test stupide qui peut coûter cher dans la relation. Mais venant de Léo, ça passe, d’autant plus qu’il a prévu quelques bonnes bouteilles d’un excellent champagne. Et le groupe d’amis passe un bon moment sur le bord de cette route nationale, jusqu’au petit matin. Cette expérience atypique va faire germer dans l’esprit de Raphaël un questionnement de plus en plus insistant. Il voudrait s’assurer de l’amitié véritable de ses proches. Mais il n’est pas Léo, et reproduire le même scénario n’est peut-être pas très indiqué. Développée en deux temps, cette histoire pas banale mise avec bonheur sur une réflexion portant sur la profondeur des sentiments d’amitié, un thème peu abordé en BD et dans les œuvres de fiction en général. Ce sujet est ici traité avec finesse et subtilité, alors que les situations mises en scène revêtent un caractère extrême. Une impeccable alchimie qui rend ce récit touchant et vrai. « L’Invitation », par Jim et Mermoux, aux éditions Vents d’Ouest, collection Hors collection.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jim, vents d ouest, hors collection, l invitation, mermoux |  Facebook |

04/06/2010

Bronzage intensif / Beauté fatale, T.2 / Ers, Janssens / Vents d’Ouest

beaute-fatale2

La chirurgie esthétique fait parfois parler d’elle lorsque l’une ou l’autre erreur défraye la chronique. C’est le cas également des régimes amincissants, véritable obsession pour des millions de femmes. L’immense variété des traitements disponibles n’a d’égale que leur totale inefficacité. Mais plutôt que de s’accepter tel que l’on est ou d’adopter un régime alimentaire tout simplement équilibré associé à une hygiène de vie, nous préférons l’illusion d’une solution miracle et radicale, rapide, quitte à nous ruiner. Notre civilisation occidentale repose largement sur la valorisation de l’apparence, du superficiel, du superflu qui se substituent aux réelles valeurs qui sous-tendent les rapports humains. Le paraître supplante l’être. Ce n’est pas nouveau, mais la tendance s’accentue. Dès lors, cette BD prend des contours clairement engagés. Les auteurs pratiquent un humour féroce, efficace et sans pitié pour les charlatans. Nous suivons Phylis, une jeune femme qui travaille dans un institut de beauté, celui de Madame Rabot, tout un programme. Les clients viennent de tous les horizons, de toutes les couches sociales, de toutes les conditions financières, de tous les âges. Et nous approfondissons avec intérêt les profils de Phylis, de ses patrons et collègues. « Bronzage intensif », deuxième tome de « Beauté fatale », par Ers et Janssens, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vents d ouest, ers, janssens, bronzage intensif, beaute fatale |  Facebook |

27/05/2010

Le Dossier Raboukine / Les Quatre de Baker Street, T.2 / Djian, Legrand, Etien / Vents d’Ouest

4bakerstreet2

Les quartiers mal famés du Londres de la fin du dix-neuvième siècle sont un terrain idéal pour des histoires de tueurs impitoyables, agissant au détour d’une ruelle sombre, noyée dans le brouillard. Le célèbre Jack l’Eventreur y avait défrayé la chronique en assassinant sauvagement de nombreuses prostituées. Il semble qu’il ait fait un émule puisqu’après une longue accalmie des femmes de mauvaise vie se font à nouveau trucider. Parmi elles, Sally, une dame qui s’était occupée d’un des quatre enfants de Baker Street. Nous découvrons ainsi une part du passé de Billy. Et c’est le départ dune nouvelle enquête pour ces investigateurs en herbe qui se targuent d’être les assistants du fameux Sherlock Holmes. C’est en allant voir le détective que les Quatre rencontrent une jeune femme venue faire appel à ses services. C’est une immigrée russe qui tente d’innocenter son compagnon, accusé de meurtre. Et c’est là que les deux affaires se recoupent. Les Quatre vont alors mettre leur savoir-faire au service d’un groupe clandestin d’activistes anti-tsaristes. Un scénario magistralement bien huilé, qui vous tient en haleine du début à la fin, servi par un superbe dessin, à la fois léger et très fouillé, le tout d’une fluidité exemplaire. Une remarquable prouesse dans le registre de la BD grand public. « Le Dossier Raboukine », deuxième tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Legrand et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : legrand, djian, vents d ouest, les quatre de baker street, etien, le dossier raboukine |  Facebook |

24/05/2010

L’Héritier / L’Ecole Capucine, T.2 / Djian, Vincent / Vents d’Ouest

capucine2

Ca se passe au milieu du dix-neuvième siècle dans un petit village de Bretagne. Une femme fortunée, originaire du cru, revient après des années d’absence, en compagnie de son mari, un homme brimé par cette femme imbue d’elle-même. Un jeune garçon a traversé le temps pour ouvrir les yeux de cet adulte qu’il est devenu. Des événements étranges se multiplient. Le premier tome lançait de nombreuses pistes et multipliait également les personnages entourés d’un profond mystère. La densité extraordinaire laisser présager une fin redoutable à ce récit bien charpenté. Et puis voilà le deuxième opus avec la conclusion de l’histoire et le soufflé se dégonfle pathétiquement. La trame savamment tissée devient un indescriptible patchwork, un bric-à-brac narratif décevant qui laisse le lecteur pantois. Les révélations sur les motivations des uns et des autres viennent sans crier gare et sans logique. Les personnages s’affadissent tristement pour ne montrer qu’un visage lisse. On dirait que Djian a voulu boucler son album en engluant le lecteur dans un inextricable méli-mélo. Il aurait été mieux inspiré de le caresser dans le bon sens du poil, quitte à se permettre un troisième album pour éviter certains raccourcis et incohérences. Le résultat est calamiteux. Seul le dessin de Vincent sauve la mise. « L’Héritier », deuxième tome de « L’Ecole Capucine », par Djian et Vincent, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vincent, djian, vents d ouest, l heritier, l ecole capucine |  Facebook |

03/02/2010

On me l’a enlevée / Springer, Lambour / Vents d’Ouest

Attention, âmes sensibles s’abstenir. Tout débute par une fête foraine dans un petit village français banal. La journée se déroule paisiblement jusqu’à ce que retentisse le cri de détresse d’une maman à qui on a enlevé son bébé. Le plan d’alerte à l’enlèvement est immédiatement déclenché. Mais les recherches restent vaines. L’enquête piétine et les ragots commencent rapidement à envahir les conversations. Les médisances expriment les rancoeurs que les uns nourrissent envers les autres. Il y a aussi les suspicions à l’égard des nouveaux venus ou de ceux qui dérangent. Ce drame va mettre à jour les plus viles querelles, déclarées ou non, entre les habitants du village. Et puis, à côté de cela, vont surgir d’autres éléments qui gangrènent cette communauté. Ce sont tous les petits et grands malheurs, la solitude, la pauvreté, la misère sociale, engendrés par l’égoïsme ambiant. Ce sont tous ces laissés-pour-compte du système, mais aussi ceux qui en font partie jusqu’au jour où le malheur frappe et qui se retrouvent dans la détresse la plus immense. Ces thèmes sont brillamment amenés, avec délicatesse et sobriété mais aussi avec une justesse impitoyable. Le final souligne toute la profondeur des drames humains, pour lesquels personne n’est vraiment à blâmer si ce n’est la fatalité et la capacité de notre société à offrir le réconfort nécessaire. « On me l’a enlevée », par Springer et Lambour, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vents d ouest, on me l a enlevee, springer, lambour |  Facebook |

15/12/2009

Stars en herbe / Foot Goal, T.1 / Aré / Vents d’Ouest / coll.Humour

Préfacé par Robert Pirès, cet album est bien entendu dédicacé au monde du football. Dans son centre de formation, le coach Jean-Marc Désbuts ne forme que la crème de la crème en matière d’espoir du ballon rond. Et les jeunes footeux sont nombreux ! Pour cette année cent pour cent foot, les jeunes recrues motivées apprennent rapidement à manger foot, dormir foot ainsi que penser foot à longueur de journées. Parmi eux il y a Missilio. Ce surdoué du ballon rond possède une frappe intéressante mais détruit complètement le goal à chaque entraînement. Bonino est également de la partie : très habile au jonglage, il devra tout de même apprendre à privilégier son jeu de tête à son brushing ! Véritable recueil de gags et de blagues sur le milieu footballistique,   l’ouvrage est composé d’histoires courtes d’une page en général. Entre les interviews d’après-matchs, les séances d’entraînements qui s’enchaînent et le fameux calendrier, il y en a pour tous les goûts. Heureusement pour les non-initiés, un lexique en fin d’album vous sera de toute utilité pour déchiffrer les expressions si chères à ce milieu ! Tout en rondeurs et haut en couleurs, les dessins de l’auteur s’accordent parfaitement au thème et genre du récit. « Stars en herbe », premier tome de la série « Foot Goal », par Aré, est paru dans la collection Humour des éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, vents d ouest, stars en herbe, foot goal, are |  Facebook |

06/11/2009

Terre Neuvas / Chabouté / Vents d’Ouest

L’univers des marins est l’un des plus rudes. De tous temps, c’est là que ce vit la grande aventure, celle qui mérite son nom. L’aventure et la prise de risque ont petit à petit disparu de notre quotidien. A fil des siècles, les avancées techniques et les connaissances en médecine ont réduit la part de risque dans nos vies. Puis sont venues sy ajouter les assurances en tous genres. De nos jours, le monde occidental est devenu des plus confortables. Mais en mer, à bord d’un voilier, quand il s’agit de braver les éléments en furie, plus question de superflu. Seuls comptent la maîtrise de soi et la connaissance de ses limites, sans oublier l’indispensable solidarité entre les membres d’un équipage. C’est à bord d’un voilier que nous embarquons pour découvrir ce récit oppressant de Chabouté, un huis-clos terrifiant. Des meurtres ont lieu à intervalles réguliers. L’assassin ne peut être qu’à bord et est forcément un des marins. La suspicion s’installe. La méfiance ronge les esprits. Une ambiance malsaine domine les relations humaines. Chabouté nous gratifie une fois encore d’une superbe récit en noir et blanc, avec toute la force de narration que l’on retrouve dans les BD de Comès. La conclusion de cette intrigue noire à souhait peut être qualifiée à la fois de morale et d’amorale. Une question éthique, un cas de conscience va se poser pour chacun des marins. « Terre Neuvas », par Chabouté, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

22:11 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chaboute, vents d ouest, terre neuvas |  Facebook |