11/08/2012

Maîtresse / Rani, T.3 / Van Hamme, Alcante, Vallès / Le Lombard

rani3.jpg

 

Rani, c’est le parcours impitoyable d’une jeune femme injustement accusée de meurtre, marquée du sceau de l’infamie et envoyée sous une identité usurpée à l’autre bout du monde, en Inde, comme une vulgaire marchandise pour être vendue à la tenancière d’une maison de passe de Mahé, comptoir français en cette fin de dix-huitième siècle. Elle se fait appeler Jeanne Dubois. Mais elle est en réalité Jolanne de Valcourt. Ses origines de qualité et sa bonne éducation transpirent, attisant la curiosité. Jolanne ne peut pas révéler sa véritable identité, qui lui vaudrait la peine de mort plutôt que l’exil. Elle endure donc stoïquement les supplices que lui fait subir la tenancière du bordel. Le sort de Jolanne n’est pourtant pas aussi pénible que celui des autres filles de joie. Elle bénéficie d’un traitement de faveur. Elle n’a qu’un seul client et il se contente de lui caresser le dos. L’intelligence et la volonté de Jolanne lui permettent de devenir la maîtresse des lieux. N’en dévoilons pas plus. Le trait propre et d’une lisibilité remarquable de Francis Vallès porte cette histoire qui pêche par un manque d’originalité. Le scénario très conventionnel a pourtant toutes les qualités pour transporter le lecteur, s’il lui était insufflé un petit quelque chose qui épaissirait la sauce. Un peu de mystère peut-être, ou un soupçon de cruauté. « Maîtresse », troisième tome de « Rani », par Van Hamme, Alcante et Vallès, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maîtresse, rani, van hamme, alcante, vallès, le lombard |  Facebook |

03/02/2011

Brigande / Rani, T.2 / Van Hamme, Alcante, Vallès / Le Lombard

 

rani2.jpg

 

Van Hamme et Vallès, le duo qui avait signé la formidable saga des « Maîtres de l’orge », s’adjoint le concours de Alcante, un scénariste qui s’est fait remarquer par quelques belles réussites éditoriales. Le résultat est une série dont la trame est écrite avec soin, un enchaînement de situations digne des plus belles perles de la BD classique. Le style graphique de Francis Vallès s’inscrit d’ailleurs pleinement dans un classicisme élégant, en parfaite résonnance avec un récit sans grande originalité mais admirablement construit. « Rani », c’est l’histoire d’une jeune femme héritière bâtarde qui se voit déposséder par le fils indigne mais légitime, dénué de scrupules. Rani ne s’appelle pas encore Rani. Son vrai prénom, c’est Jolanne, mais nous savons déjà que son destin lui promet du dépaysement. La fin de ce deuxième épisode lui offre justement son premier billet pour le bout du monde. Mais avant ce départ, Jolanne captive, injustement accusée de meurtre, et promise à l’échafaud, s’échappe pour batifoler dans les bras d’un bandit à la tête d’une bande de traîne-misère. Elle devient dès lors une brigande, même si elle ne partage pas tous les points de vue de ses compagnons d’arme. C’est surtout avec sa rivale de cœur que les choses se corsent. Une épopée romanesque bien charpentée : « Brigande », deuxième tome de « Rani », par Van Hamme, Alcante et Vallès, aux éditions Le Lombard.

 

BD commenté par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brigande, rani, van hamme, alcante, vallès, le lombard |  Facebook |

31/01/2011

La Malédiction des trente deniers, 2e partie / Blake et Mortimer, T.20 / Van Hamme, Aubin, Schréder / Blake et Mortimer

la-malediction-des-trentes-deniers2.jpg

Cette aventure de Blake et Mortimer aura connu un parcours chaotique. Scénarisée par Jean Van Hamme et initialement dessinée par René Sterne, le décès de ce dernier a entraîné la succession de plusieurs dessinateurs. C’est d’abord Chantal De Spiegeleer, l’épouse de René Sterne, qui termine l’album entamé par son défunt mari. Puis, pour cette deuxième partie, c’est à Antoine Aubin qu’est confiée la mise en images, avec le soutien d’Etienne Schréder. Malgré ces bouleversements, l’ensemble conserve une certaine unité de style, répondant en grande partie à la charte graphique du créateur de la série, Edgar Pierre Jacobs. Ce dernier volume accuse pourtant un changement de taille, c’est la place consacrée aux zones de textes, si chères à Jacobs et qui décrivent ce qui se passe dans l’image. Les puristes trouveront ceci regrettable. Car au-delà de l’apparente redondance, c’est surtout un style plus littéraire qui se dégage des pages signées Jacobs, une ambiance plus théâtrale, accentuée par un vocabulaire plein d’emphase. C’est un peu de l’âme de Blake et Mortimer qui disparaît. Heureusement, l’aventure reste de qualité et les personnages évoluent dans un environnement codifié qui respecte l’esprit global tout en apportant des innovations. « La Malédiction de trente deniers, 2e partie », vingtième tome de « Blake et Mortimer », par Van Hamme et Aubin, avec l’aide de Schréder.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la malédiction des trente deniers, blake et mortimer, van hamme, aubin, schréder |  Facebook |

01/12/2010

Mer noire / Largo Winch, T.17 / Francq, Van Hamme / Dupuis

largo17.JPG

La nouvelle aventure du milliardaire en blue jeans s’inscrit dans un contexte économique qui nous est tristement familier puisqu’il s’agit de la crise que nous traversons actuellement. Dans une longue pseudo lettre signée Largo Winch, nous sont tracées les grandes étapes de ce qui a conduit d’abord à une crise financière puis à une crise économique et sociale à l’échelle planétaire. Puis, après trois planches de BD, les auteurs nous gratifient une nouvelle fois d’un pavé de texte long, cette fois de trois pages d’interview de Largo dans un magazine spécialisé. Nous sont ainsi révélées les mesures prises par l’héritier inattendu d’une colossale fortune pour faire face au choc. Il a notamment réduit de moitié les salaires des grands patrons des différentes branches de sa compagnie, le Groupe W, non sans quelques grincements de dents. Mais tous sont restés à leur poste. Après cette entrée en matière audacieuse autant que littéraire qui aurait pu rebuter le lecteur lambda, il ne faudra que quelques pages pour assister à un premier meurtre et au début de nouveaux ennuis pour Largo Winch. A partir de là, il faut s’accrocher. Le récit démarre fort. Rien n’est superflu. Les ressources de Largo ne se limitent pas à celles de son portefeuille. Il n’a rien perdu de l’énergie de ses premières aventures dont certains personnages réapparaissent. « Mer noire », dix-septième tome de « Largo Winch », par Francq et Van Hamme, chez Dupuis.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mer noire, largo winch, francq, van hamme, dupuis |  Facebook |

01/02/2010

Le Téléscope / Van Hamme, Teng / Casterman / coll.Univers d’Auteur

C’est un one-shot et une adaptation d’un de ses romans que nous propose Jean Van Hamme avec Paul Teng à la réalisation graphique. L’histoire est celle de cinq sexagénaires qui n’ont pas vraiment réussi dans leur vie, ni professionnelle, ni privée. Il y a Julien, un écrivain qui tente vainement de faire publier ses œuvres mais qui en est réduit à être le nègre pour des « people » qui signent leur biographie. Il y a Louis, un acteur de seconde zone, cantonné à la figuration. Il y a Charles, le directeur d’une petite agence d’une petite banque. Il y a Marcel, un cuisinier alcoolique d’un bistrot minable appartenant à sa femme acariâtre. Et il y a René, un flic seulement promu inspecteur à quelques années de la retraite. Le tableau n’est pas brillant. Julien, l’écrivain, a installé un téléscope à sa fenêtre. Les cinq amis se rincent l’œil à reluquer une ravissante jeune voisine qui voit très régulièrement un homme dans sa chambre. Ils en sont tout émoustillés. Un jour, ils vont rencontrer la jeune femme et ce sera le début d’un incroyable aventure. Ce récit bien amené traite d’un sujet à la fois léger et grave. Il n’est jamais trop tard pour se prendre en main, construire un rêve et le mettre en œuvre. Ne nous lamentons pas sur notre sort. Ne nous résignons pas. Regardons la vie dans un téléscope, pour voir plus loin. « Le Téléscope », par Van Hamme et Teng, aux éditions Casterman, collection Univers d’Auteur.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, van hamme, teng, le telescope, univers d auteur |  Facebook |

05/12/2009

Bâtarde / Rani, T.1 / Van Hamme, Alcante, Vallès / Le Lombard

Nous sommes au milieu du dix-huitième siècle. Sous le règne de Louis Quinze, la France est une grande puissance. Elle exerce son influence jusqu’en Amérique du Nord, aux Antilles et sur une partie de la route des Indes. Après une longue période de paix, elle se retrouve entraînée dans la guerre de succession d’Autriche. Avec l’Espagne et quelques états allemands, elle prend parti pour la Prusse et s’oppose aux Autrichiens qu’ont rejoints les Hanovriens, les Hollandais et les Anglais. Loin des combats, dans le Massif Central, au Château du Marquis Charles de Valcourt, un drame se joue. Le Marquis annonce à son fils légitime Philippe qu’il le déshérite au profit de Jolanne, qu’il a eue avec une gouvernante, autant dire une bâtarde. Philippe n’est pas homme à ce laisser ainsi déplumé, lui qui mène une vie d’excès et se gausse de ses richesses jusqu’à Versailles. Sa vie de débauche l’a criblé de dettes. Perdre l’héritage représe pour lui la ruine et la déchéance. Il va dès lors tout mettre en œuvre pour déposséder Jolanne. De son côté, la jeune fille n’est au courant de rien. Elle aime vivre pleinement la vie. Elle se montre ardente, insoumise et fougueuse. Cette nouvelle série qui se déclinera en huit épisodes promet de l’aventure, de l’exotisme, des complots, de la passion, le tout saupoudré d’une bonne dose de vengeance. « Bâtarde », premier tome de « Rani », par Van Hamme, Alcante et Vallès, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van hamme, le lombard, valles, rani, alcante, batarde |  Facebook |

25/11/2009

La Malédiction des trente deniers / Blake et Mortimer, T.19 / Van Hamme, Sterne, De Spiegeleer / Dargaud

Jean Van Hamme a le chic pour pondre des scénarios qui plaisent au grand public. Cet album ne déroge pas à cette règle, à coup sûr. Et c’est là que réside la déception du lecteur averti. Il est désolant de voir un auteur de talent emboîter le pas à la mode du récit ésotérico-aventureux comme tant d’autres BD depuis le succès du Décalogue, comme tant de romans aussi. Car les trente deniers dont il est question ici sont bien évidemment le salaire de l’infâmie de Judas. Là dessus vient se greffer une malédiction à la « Pirates des Caraïbes » du style des vieilles pièces de monnaie qui portent malheur à qui se les approprie. C’est de l’archi-ressassé. C’est dommage, même si l’on reste admiratif devant la construction impeccable du récit. Une malédiction se serait-elle abattue sur le scénariste lorsqu’il cherchait l’inspiration ? Côté dessin, Ted Benoît s’est désisté. C’était pourtant lui qui avait su s’approprier le style de Jacobs avec le plus de justesse. C’est alors René Sterne qui a relevé le défi. Sterne était l’auteur de « Adler ». Il a travaillé avec acharnement pour maîtriser le trait jacobsien avec pour résultat un élégant compromis entre son style et celui du maître. Mais, tragique fatalité, René Sterne est brutalement décédé et c’est sa compagne Chantal De Spiegeleer qui a achevé avec un talent indéniable cette véritable  « Malédiction des trente deniers », dix-neuvième tome de « Blake et Mortimer », aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet