05/07/2012

Double nature / Les Carnets de Darwin, T.3 / Runberg, Ocaña / Le Lombard

darwin3.jpg

 

Charles Darwin est un des plus grands naturalistes de notre temps. C’est lui qui a construit la théorie de l’évolution des espèces, ainsi que celle de la sélection naturelle. Depuis leur publication, ces théories n’ont cessé de subir les assauts de détracteurs, il faut bien le dire, un peu détraqués. Les plus farouches sont les créationnistes qui dépensent des fortunes pour diffuser aujourd’hui dans les écoles et centres culturels des ouvrages luxueux démontrant à coups d’arguments farfelus que l’homme est apparu sur terre tel qu’il est actuellement. Chez ces gens-là, on ne pense pas, on prie. Charles Darwin est le personnage principal de cette BD de fiction. Des attaques horribles sont commises dans une contrée éloignée d’Angleterre. Les victimes sont sauvagement lacérées et démembrées. Darwin est chargé de déterminer quel type d’animal peut ainsi semer la terreur. Cette tâche n’est pas aisée, tant les témoins sont rares ou affirment ne pas avoir pu distinguer la bête. De fait, le monstre tue à une vitesse vertigineuse et semble doté d’une intelligence tactique imparable.  Darwin fait également une découverte déstabilisante le concernant de près. Admirablement dessinée, cette série se conclut ici de fort plaisante manière, au terme d’un récit palpitant qui soulève quelques questions en demi-teinte. « Double nature », troisième tome des « Carnets de Darwin », par Runberg et Ocaña, aux éditions Le Lombard.

 


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : double nature, les carnets de darwin, runberg, ocaña, le lombard |  Facebook |

06/11/2011

Invasions / Konungar, T1 / Runberg, Junzhen / Glénat / coll.Grafica

 

Les dessinateurs chinois réalisent une brillante percée dans le monde éditorial franco-belge. De nombreux titres envahissent les catalogues. Junzhen s’impose comme un virtuose du réalisme ultra. Ses pages sont ciselées, flamboyantes, époustouflantes. Ce magnifique dessin donne vie à un récit de viking des plus tumultueux. Ce ne sont pas les tumultes des flots qui font vibrer le récit mais la terre ferme, une terre que se disputent les vikings et d’autres peuplades, des peuplades d’être fantastiques. Leurs ennemis sont des Centaures sanguinaires à la force colossale. Pour en venir à bout, les hommes du Nord doivent faire appel à des alliés. Le grand sorcier a justement développé une technique maléfique qui permet de réinsuffler la vie dans des guerriers morts pour les transformer en de redoutables Berserkers, presque invincibles. D’autres créatures de légende peuplent les pages de cette BD d’heroïc-fantasy nordique, toutes plus terrifiantes les unes que les autres. Cette imagerie s’intègre harmonieusement dans l’univers vikings, des hommes rudes, courageux, mais cultivant des croyances surnaturelles, tout un monde de dieux et déesses aux propriétés fantastiques. Une cohérente saga barbare : « Invasions », premier tome de « Konungar », par Runberg et Junzhen, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : invasions, konungar, runberg, junzhen, glénat, grafica |  Facebook |

22/10/2011

La horde des vivants / Reconquêtes, T1 / Miville-Deschênes, Runberg / Le Lombard

 

Avant d’ouvrir les pages de cette BD, il est utile de se replonger dans nos cours d’histoire et plus particulièrement en ce qui concerne le huitième siècle avant Jésus-Christ. A cette époque, au cœur du continent indo-européen, plusieurs peuplades se livrent des guerres hégémoniques. Un ensemble de peuples nomades des steppes eurasiennes sont sur le point de se rassembler pour former la communauté des Scythes. Les Hittites, quant à eux, sont apparus en Asie Mineure de nombreux siècles auparavant. Ils ont une longue tradition guerrière. La civilisation hittite semble avoir été d'une grande tolérance, aussi bien religieuse que sociale, assimilant les dieux, mythes et rites des peuples conquis. C’est probablement cette ouverture d’esprit qui leur assura une belle longévité jusqu’à leur déclin au huitième siècle avant Jésus-Christ. Supposons que Scythes et Hittites se soient effectivement affrontés. Par contre, dans cette BD, le roi Hammurabi de Babylone s’en mêle, lui qui a vécu dix siècles plus tôt. Là, ce n’est plus crédible. C’est vrai que Hammurabi et son fameux code de lois est un personnage séduisant de l’Antiquité, réputé juste et inspiré. Abstraction faite de ces invraisemblances, l’intérêt du récit réside dans ces rites sanglants pratiqués en des temps obscurs. « La horde des vivants », premier tome de « Reconquêtes », par Miville-Deschênes et Runberg, chez Le Lombard.

 

07:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la horde des vivants, reconquêtes, miville-deschênes, runberg, le lombard |  Facebook |

08/04/2011

La Mort d’une bête / Les Carnets de Darwin, T.2 / Runberg, Ocana / Le Lombard

les-carnets-de-darwin-bd-volume-2-simple-20110.jpg

 

D’étranges événements frappent tragiquement une équipe d’ouvriers du chemin de fer. Il semble qu’une bête féroce se livre à des agressions mortelles d’une rare violence. De fait, les victimes sont impitoyablement massacrées. Les habitants du hameau doutent de l’origine animal du monstre. S’il s’agit d’un homme, il fait preuve d’une incroyable force et aucun mobile apparent ne justifie non plus ces épouvantables meurtres. Pour tirer au clair ce mystère, le célèbre naturaliste Charles Darwin se rend sur place. Armé de toute sa science, il examine les cadavres mais n’arrive pas à des conclusions définitives. Une communauté marginale vivant retirée dans les bois subit la colère des gens honnêtes. La tension monte. Lors d’une nouvelle attaque, les soldats réussissent à abattre la bête. La tuerie ne s’arrête pas pour autant. La bête n’est donc pas seule. La peur s’installe durablement. Darwin est en proie à une sourde angoisse. Il paraît éprouvé par des démons intérieurs et sombre dans l’alcool et le sexe. La pensée scientifique qu’il incarne se heurte aux croyances et à la peur irrationnelle de l’autre. La personnalité de Darwin, dans la BD, l’apparente paradoxalement au démon, une prise de position limite créationniste ; un amalgame mal venu en ces temps de lutte contre le retour de l’obscurantisme. « La Mort d’une bête », deuxième tome des « Carnets de Darwin », par Runberg et Ocana, aux éditions Le Lombard.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la mort d’une bête, les carnets de darwin, runberg, ocana, le lombard |  Facebook |

27/04/2010

L’œil des Celtes / Les Carnets de Darwin, T.1 / Ocana, Runberg / Le Lombard

carnetsdarwin1

Charles Darwin est un naturaliste britannique du dix-neuvième siècle. Ses théories sur l’origine des espèces et surtout ses brillantes démonstrations sur l’évolution, lui valent la reconnaissance unanime des scientifiques et les critiques les plus virulentes des milieux intégristes religieux. Encore aujourd’hui, il existe des abrutis qui conteste cette évidence et qui défende l’idée farfelue du créationnisme, nous condamnant à l’immobilisme avec la prétention de croire l’humain parfait tel qu’il existe. Lorsque Darwin publie son livre sur l’origine des espèces, il révolutionne la biologie. Il avance notamment des explications sur la diversité des espèces et sur la sélection naturelles. C’est à ce moment que commence le récit de la BD. Le Premier Ministre mandate Darwin pour élucider une étrange attaque d’ouvriers sur un chantier dans le comté de Yorkshire. Il est question d’un animal d’une espèce inconnue. Le savant y voit l’occasion d’étudier un cas pratique or du commun. Sur place, il est confronté à une force qui dépasse l’entendement. La rapidité et la puissance de la bête sont effrayantes. La liste des victimes s’allonge. Les corps sont lacérés mutilés, démembrés, déchiquetés. C’est un festival d’horreur. Une histoire aux atours fantastiques, saupoudrée d’arguments scientifiques. « L’œil des Celtes », premier tome des « Carnets de Darwin », par Ocana et Runberg, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : runberg, le lombard, ocana, l il des celtes, les carnets de darwin |  Facebook |

23/09/2009

Nomades / Orbital, T.3 / Pellé, Runberg / Dupuis / coll.Repérages

Le genre de la science fiction et du fantastique connaît un succès ininterrompu depuis des décennies. C’est probablement celui qui permet à l’imaginaire d’explorer le plus loin. Mais si les possibilités sont infinies, à l’image de notre univers en expansion, c’est avant tout le talent de ceux qui racontent qui fait une bonne histoire accrocheuse. Car dans ce foisonnement des possibles, la cohérence d’un récit va donner toute sa crédibilité à l’imaginaire. Serge Pellé et Sylvain Runberg ont réussi cette délicate alchimie. L’ancrage dans notre réalité, ce sont ces humains du futur qui nous ressemblent dans tout ce que nous avons de plus mesquin et d’égoïste. Ce sont aussi ces préoccupations éternelles, au-delà des besoins primaires, la sécurité, le profit. Ce sont des moteurs de l’action transposables dans n’importe quelle civilisation humaine. Mais les aliens ne sont peut-être pas différents de nous, peut-être sont-ils même pires. C’est ce que nous pressentons dans cette nouvelle mission des agents Caleb et Mézoké de l’ODI, une instance confédérée chargée d’intervenir comme garant de la paix entre les peuples. Ce rôle de médiateur se peut pas faire l’impasse sur les différences entre ses membres. Les tensions restent palpables. « Nomades », troisième tome de « Orbital », par Pellé et Runberg, aux éditions Dupuis, collection Repérages.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : runberg, dupuis, pelle, orbital, reperages, nomades |  Facebook |