01/04/2014

Dans les ténèbres / Prométhée T9 / Bec, Raffaele / Soleil

promethe.jpg

 

Depuis peu, tous les jours, à treize heures treize, des événements catastrophiques frappent l'humanité. Par exemple, tous les avions en vol s'écrasent en même temps. « Prométhée » est une des séries les plus intrigantes du moment. Le scénariste Christophe Bec distille au compte-gouttes les ingrédients d'un suspense d'une rare densité. Il ponctue son récit de flash-back qui remontent aux origines des mythes. Dans la mythologie grecque, Prométhée a façonné l'homme avec de la terre glaise. Cette référence n'est pas innocente. L'une des hypothèses plausibles qui expliquerait les cataclysmes qui frappent les hommes serait que ceux-ci auraient déçu leurs créateurs. Ces créateurs seraient des extra-terrestres. Ils auraient décidé de supprimer l'humanité en commençant par détruire les technologies qui l'ont menées à dominer le monde. Il y a là derrière un excès d'orgueil, un des péchés originels. La punition serait donc précédée d'une bonne leçon, comme à un enfant pas sage. L'humanité met du temps à comprendre son erreur. Elle se pose les mauvaises questions et entreprend les mauvaises actions pour s'en sortir. Fondamentalement, c'est ce que nous vivons actuellement. Notre comportement nous conduit droit vers notre perte. Le dérèglement climatique se fait de plus en plus évident, mais nous persistons. « Dans les ténèbres », première partie, neuvième tome de « Prométhée », par Bec et Raffaele, chez Soleil.

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dans les ténèbres, prométhée, bec, raffaele, soleil |  Facebook |

31/10/2011

Mantique / Prométhée, T4 / Bec, Bocci, Raffaele / Soleil

 

La mythologie grecque a donné naissance à Prométhée. La marche du temps y a associé des significations métaphoriques liées à l’apport de connaissance telles que cette soif qui pousse l’homme à toujours savoir plus, à dépasser le savoir de ses ainés. Cette ambition démesurée va conduire l’humanité à sa perte programmée, par excès de technologie, par irrespect de son environnement naturel, des choix qui mettent en danger l’équilibre à la fois écologique, social et économique de la planète. Ce péril du à la soif de connaissance se retrouve dans les fondements du dogme chrétien. Pourtant, Jésus, le messie, le porteur de lumière, qui se traduit en grec par « lucifer »… Jésus, à l’instar de Prométhée, apportait la connaissance aux hommes. Lucifer désigne actuellement Satan, l’ange préféré de dieu, déchu pour l’avoir défié. Lucifer et Jésus ne pourraient être que les deux facettes d’une même personne. Et si notre monde avait lui aussi deux faces, deux réalités ?! Sans rien dévoiler de l’intrigue, ces quelques réflexions sommaires ouvrent des pistes plausibles pour la compréhension de ce récit empli de mystère. Les huit derniers jours, à treize heures treize précises, des événements cataclysmiques frappent la planète entière. L’humanité subit-elle une attaque extra-terrestre ? Ou pire ? « Mantique », quatrième tome de « Prométhée », par Bec, Bocci et Raffaele, aux éditions Soleil.

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mantique, prométhée, bec, bocci, raffaele, soleil |  Facebook |

14/10/2011

Mort blanche / Pandemonium, T3 / Bec, Raffaele / Soleil

 

Ce récit d’horreur se conclut ici avec une terrifiante succession d’événements implacables. Le théâtre de cette abominable pièce qui se joue, c’est le sanatorium de Waverly Hills. Cet établissement existe réellement. Il est connu pour être un des lieux les hantés au monde. Cette légende est probablement née du fait du nombre impressionnant de décès qui y fut comptabilisé. Près de soixante trois mille personnes y moururent en une cinquantaine d’années. Il a fermé ses portes en mille neuf cent soixante deux. Au début du vingtième siècle, l’état du Kentucky est confronté, comme un peu partout dans le monde, à une épidémie de tuberculose qui fait des ravages. Le sanatorium de Waverly Hills prônait un traitement essentiellement, si pas exclusivement, à base d’air. Un bon bol d’air frais, ce n’était pas à proprement parler une panacée. Quoi qu’iul en soit, dans les années cinquante, le sanatorium ne désemplissait pas, malgré l’issue généralement fatale. Sa renommée n’en était pas atteinte. Les auteurs de cette BD supposent que le sanatorium dissimulait d’autres pratiques, plus invasives, telles que des expériences sur la douleur ou sur la trépanation. Une infirmière nourrit de nombreux espoir de guérison pour sa petite fille atteinte de tuberculose. Elle ne sait pas que derrière ces murs se cache l’innommable. « Mort blanche », troisième tome de « Pandemonium », par Bec et Raffaele, aux éditions Soleil.

 

12:33 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mort blanche, pandemonium, bec, raffaele, soleil |  Facebook |

12/10/2010

White ladies / Under, T.1 / Bec, Raffaele / Le Lombard

 

under.jpg

Un récit signé Christophe Bec nous réserve à coup sûr des scènes d’effroi intense dans un univers claustrophobique, les conditions parfaites pour une histoire d’horreur bien charpentée. Le titre nous conforte dans cette promesse attendue. Under nous plonge dans les entrailles de nos villes, leurs réseaux d’égouts. Le décor est choisi ; les personnages vont pouvoir entrer en scène. Une équipe de représentants de l’ordre spécialisée est chargée d’escorter une ravissante chrypto-zoologue. Pour ceux d’entre-vous qui n’ont aucune notion étymologique ou qui n’ont pas lu la série « Jason Chase », chez un autre éditeur, sachez que la chrypto-zoologie étudie les formes fossiles d’animaux vivants. C’est là que s’ouvre un gouffre vers des abîmes d’inventivité. La voie est toute tracée vers les élucubrations les plus folles, style Yéti, ou autres monstre du Loch. Il y a aussi les légendes urbaines, ces récits troublants construits sur fond de vérité. Et c’est le terreau dans lequel se développe cette nouvelle série. Les égouts d’une mégapole recèlent des créatures mutantes qui ont évolué au départ d’animaux jetés dans les toilettes et qui se sont adaptés à leur nouveau milieu, de génération en génération. Efficace, percutante, terrifiante, cette BD n’en reste pas moins accessible à un large public friand d’aventure à la sauce pimentée. « White ladies », premier tome de « Under », par Bec et Raffaele, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : white ladies, under, bec, raffaele, le lombard |  Facebook |