04/08/2012

L’éternel Shogun / Lefranc, T.23 / Régric, Robberecht, Martin / Casterman

lefranc23.jpg

 

Il y a soixante ans naissait, sous la plume de Jacques Martin, le journaliste enquêteur Guy Lefranc, sorte d’Alix des temps modernes, flanqué, comme son alter-ego gallo-romain, d’un jeune compagnon, Jeanjean, le pendant d’Enak. Si Jacques Martin exploitait un schéma narratif qui avait fait ses preuves, il ne se trompait pas. Car cette recette lui a valu sa longévité, même si certains albums de la série font vraiment tache. A l’instar d’Arbaquès, le méchant récurrent dans « Alix », Axel Borg en fait voir des vertes et des pas mûres à Guy Lefranc. Mais à la différence du Grec, qui se profile comme une indécrottable crapule, Borg bénéficie d’une personnalité plus complexe, plus ambiguë, qui correspondrait davantage à cet autre personnage emblématique utilisé par Jacques Martin, Gilles de Rais, dans la série « Jhen ». Dans cet épisode anniversaire de Lefranc, situé il y a justement une soixantaine d’année, le Japon a capitulé et vit dans la honte du vaincu, une situation inconcevable pour une culture fortement orientée sur l’honneur. Un groupe d’activistes complote pour restaurer le shogunat, avec l’aide d’une arme mise au point par des Allemands dans la clandestinité. Axel Borg est bien sûr de la partie. Agréablement dessiné et adroitement construit, cet épisode se lit avec plaisir. « L’éternel Shogun », vingt-troisième « Lefranc », par Régric et Robberecht, d’après Martin, aux éditions Casterman.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’éternel shogun, lefranc, régric, robberecht, martin, casterman |  Facebook |

08/07/2010

Le Châtiment / Lefranc, T.21 / Martin, Delperdange, Drèze, Taymans / Casterman

lefranc21

Jacques Martin est décédé mais ses personnages lui survivent grâce à une équipe fournie de scénaristes et de dessinateurs. Malheureusement, la qualité des uns et des autres est inégale. Nous en avons encore un bel exemple avec ce nouvel épisode. Si le duo Drèze – Taymans est très convaincant au niveau du graphisme, conforme à la série, le bât blesse sérieusement du côté du scénario. Delperdange se montre peu investi de son sujet, maladroit dans ses développements, et nous livre une histoire pesante, touffue, farcie de scènes inutiles et de raccourcis malencontreux. Le thème n’atteint pas non plus des sommets d’originalité. Guy Lefranc assiste à la remise des Oscars à Hollywood, une cérémonie perturbée par des fanatiques religieux. Ils reprochent à ce haut lieu de l’industrie cinématographique de sombrer dans la luxure et la dépravation. Ils annoncent de manière prophétique un châtiment qui s’abattra sur la ville. En fait de volonté divine, c’est surtout sous la forme d’une bombe que le bras vengeur de dieu accomplira cette funeste prédiction. La cible est le barrage qui surplombe Hollywood. Hautement dispensable, cet album garnira pourtant les rayons de la bibliothèque de tout fan de Jacques Martin qui se respecte. Il serait temps que les auteurs leur témoignent plus de respect. « Le Châtiment », vingt et unième tome de « Lefranc », par Martin, Delperdange, Drèze et Taymans, aux éditions Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

12:21 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin, casterman, taymans, dreze, delperdange, lefranc, le chatiment |  Facebook |

30/12/2009

Noël noir / Lefranc, T.20 / Martin, Régric, Jacquemart / Casterman

L’exploitation des sources d’énergie s’est intensifiée avec l’industrialisation des pays le plus riches. L’époque des charbonnage est révolue. Le monde tourne grâce au pétrole, ou au nucléaire, pour quelques années encore. D’autres sources d’énergie émergent, solaire et  éolienne par exemple. Mais aucun n’aura eu un impact humain aussi lourd que celui du charbon. Les mines ont fait de nombreuses victimes. Les accidents étaient souvent mortels, les conséquences sur la santé se sont fait sentir pendant de nombreuses années. Les conditions de vie étaient rudes. Cet album de Lefranc se veut un témoignage poignant et éducatif de cette période. Nous suivons une famille typique d’imigrant italiens, déjà éprouvée par une tragédie, la mort d’un enfant. Un terrible accident survient au fond d’un puits de mine, causant un incendie et l’éboulement de galeries. Les fumées mortelles terrassent rapidement de nombreux mineurs. Les survivants sont emmurés. L’accès à l’air libre est bloqué, de plus le feu n’est pas maîtrisé. Les secours font leur maximum. Ce récit étonnant et dense met en évidence de graves manquements, à commencer par le « tout au profit » au détriment de la sécurité. Ce vingtième tome de « Lefranc » est probablement le plus sombre de la série. Un album profond, sans mauvais jeu de mot. Un témoignage accablant. « Noël noir », par Martin, Régric et Jacquemart.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin, casterman, lefranc, noel noir, jacquemart, regric |  Facebook |