04/04/2014

Perdu dans le temps / Section infini T1 / Tocchini, Queyssi / Le Lombard

sectinfini.jpg

 

Les éditions du Lombard nous proposent une nouvelle série au graphisme audacieux, presque expressionniste. « Section infini » se décline sur deux époques. La Section Infini est un groupe secret créé au début du vingtième siècle et en lutte perpétuelle contre de mystérieux individus qu'ils nomment « pirates ». L'événement déclencheur le plus visible et interpellant est un bosquet complètement gelé alors tout autour, la température reste tempérée. Suite à cela, un drame se joue. Au fil du temps, les membres de la Section Infini se sont battus avec acharnement en payant le prix fort. Il y a eu des morts. Leur mission s'est transmise de génération en génération. Il est aussi question de voyage dans le temps. Le mystère est entier. Nous ne savons pas quelle est la nature exacte de la menace. Nous ne savons pas non plus qui sont ces étranges personnages qui semblent particulièrement agressifs. La section Infini traque les phénomènes paranormaux. Ce sont autant de manifestations d'un ennemi redoutable. Parallèlement, de nos jours, Edgar Cadès, un docteur en physique spécialisé en mécanique quantique et en géologie s'intéresse de près à certains événements dont il a été témoin. Il entre en contact avec la Section Infini. Un récit qui cherche un peu ses marques. Un graphisme particulièrement intéressant. « Perdu dans le temps », premier tome de « Section infini », par Tocchini et Queyssi, au Lombard.

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perdu dans le temps, section infini, tocchini, queyssi, le lombard |  Facebook |

06/09/2012

Saga Valta / T.1 / Dufaux, Aouamri / Le Lombard

sagavalta1.jpg

 

C’est l’histoire d’un homme du grand Nord, les contrées des fiers Vikings. Cet homme est épris de la fille d’un Chef. Mais ce puissant chef de clan s’oppose à leur union. Pour échapper au courroux du père de sa bien-aimée, le valeureux guerrier mais néanmoins bâtard doit lutter contre la colère des hommes et aussi contre celles des créatures de légende. L’amour, la fureur, le courage… autant de leitmotivs qui animent cette saga nordique qui a la couleur de « Thorgal », la saveur de « Thorgal », l’odeur de « Thorgal », mais qui n’est pas « Thorgal ». Par contre, les lecteurs qui aiment « Thorgal » sentiront un vrai bonheur les envahir à la lecture de « Saga Valta », tant le même souffle épique lui donne vie, tant on y retrouve cette quête intense d’un homme qui doit faire preuve d’abnégation pour obtenir la reconnaissance des hommes et retrouver son aimée et l’enfant qui venait de naître au moment où ils ont du se séparer dans la douleur. Et puis, il y a ces intrigantes tombées sous le charme du héros maudit et qui usent de malice pour arriver à conquérir l’objet de leur désir. Dufaux signe un scénario audacieux car éminemment casse-gueule, et il s’en sort avec honneur. Le travail graphique et de mise en pages de Aouamri achève de convaincre de la cohérence du projet. « Saga Valta », premier tome d’une nouvelle série de haute volée, signée Jean Dufaux et Mohammed Aouamri, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saga valta, dufaux, aouamri, le lombard |  Facebook |

18/08/2012

Le pardon, Jeannie / Sherman, T.6 / Desberg, Griffo / Le Lombard

sherman6.jpg

 

Sherman est un homme d’affaire américain influent. L’assassinat de son fils promis à un avenir flamboyant jusqu’aux plus hautes sphères de l’état a été l’élément déclencheur d’une résurgence de son passé et une mise en lumière de ses zones d’ombres. Car Sherman a activement contribué au transfert de fonds nazis. Les circonstances peuvent certainement atténuer sa faute, mais il est une amnistie qu’il a du mal à obtenir, celle de sa propre fille qui a rompu tous les ponts avec lui. Jeannie a subi les conséquences des actes de son père avant et pendant la seconde guerre mondiale. Son amoureux a été déporté. Elle a été recrutée par les services secrets américains. Jeannie s’est donnée corps et âme dans les missions de son employeur. Ses activités et son statut n’ont pas facilité un hypothétique rapprochement avec son père. Et ça l’arrangeait. Sherman, lui, aurait bien voulu renouer avec Jeannie, pouvoir lui expliquer, et implorer son pardon. Il n’en aura peut-être jamais l’occasion, car son insaisissable ennemi qui a tué son fils a menacé de s’en prendre à Jeannie avant d’en finir avec lui. La conclusion de ce passionnant récit réserve une redoutable surprise, intense autant qu’inattendue. Cette BD se termine en beauté, pas sur un miracle, mais au moins sur une note de sincère de réconciliation. « Le pardon, Jeannie », sixième tome de « Sherman », par Desberg et Griffo, aux éditions Le Lombard.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pardon, jeannie, sherman, desberg, griffo, le lombard |  Facebook |

14/08/2012

Le chemin de Rome / Cassio, T.5 / Reculé, Desberg / Le Lombard

cassio5.jpg

 

Après avoir identifié les quatre assassins de Cassio, ce jeune avocat romain, il était logique de s’intéresser à leurs motivations, le ou les mobile(s) du crime. Prévue en deux tomes, cette suite apporte un éclairage passionnant sur le déroulement de cette tragédie antique. Cassio était avocat mais aussi un guérisseur hors pair. Il disposait d’un savoir phénoménal et de potions aux vertus étonnantes. Mais le plus extraordinaire était sa faculté d’identifier l’origine des maux par apposition des mains. Il était alors capable de s’introduire mentalement dans le corps pour soigner. Ce don incroyable, Cassio pouvait aussi le mobiliser pour terrasser ses ennemis en leur infligeant des souffrances internes insupportable, voire mortelles. Ce personnage ne peut pas laisser indifférent. Il séduit ou inquiète. Il attire l’amour et la haine et leur corollaire commun, la jalousie. Outre ces événements survenus il y a deux mille ans, cette BD suit les pas d’Ornella, une jeune archéologue tombée sous le charme mystérieux de Cassio. Elle a découvert des fragments de son histoire en même temps que des poudres de sa confection. Un inconnu le lui a volées et Ornella se mue en enquêtrice pour les retrouver. Une dangereuse entreprise qui prend encore plus d’ampleur lorsque le Vatican entre dans la danse. « Le chemin de Rome », cinquième tome de « Cassio », par Reculé et Desberg, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le chemin de rome, cassio, reculé, desberg, le lombard |  Facebook |

11/08/2012

Maîtresse / Rani, T.3 / Van Hamme, Alcante, Vallès / Le Lombard

rani3.jpg

 

Rani, c’est le parcours impitoyable d’une jeune femme injustement accusée de meurtre, marquée du sceau de l’infamie et envoyée sous une identité usurpée à l’autre bout du monde, en Inde, comme une vulgaire marchandise pour être vendue à la tenancière d’une maison de passe de Mahé, comptoir français en cette fin de dix-huitième siècle. Elle se fait appeler Jeanne Dubois. Mais elle est en réalité Jolanne de Valcourt. Ses origines de qualité et sa bonne éducation transpirent, attisant la curiosité. Jolanne ne peut pas révéler sa véritable identité, qui lui vaudrait la peine de mort plutôt que l’exil. Elle endure donc stoïquement les supplices que lui fait subir la tenancière du bordel. Le sort de Jolanne n’est pourtant pas aussi pénible que celui des autres filles de joie. Elle bénéficie d’un traitement de faveur. Elle n’a qu’un seul client et il se contente de lui caresser le dos. L’intelligence et la volonté de Jolanne lui permettent de devenir la maîtresse des lieux. N’en dévoilons pas plus. Le trait propre et d’une lisibilité remarquable de Francis Vallès porte cette histoire qui pêche par un manque d’originalité. Le scénario très conventionnel a pourtant toutes les qualités pour transporter le lecteur, s’il lui était insufflé un petit quelque chose qui épaissirait la sauce. Un peu de mystère peut-être, ou un soupçon de cruauté. « Maîtresse », troisième tome de « Rani », par Van Hamme, Alcante et Vallès, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maîtresse, rani, van hamme, alcante, vallès, le lombard |  Facebook |

08/08/2012

La nuit Asraï / La légende du Changeling, T.5 / Dubois, Fourquemin / Le Lombard

changeling5.jpg

 

Cet album marque la conclusion d’une histoire fantastique à bien des égards. Il nous propose un bel équilibre entre les explications indispensables pour bien comprendre l’histoire et du mouvement qui entretient la dynamique de l’intrigue. Il serait dommage de dévoiler trop d’éléments de ce dernier tome, tant il donne envie de relire l’entièreté de la série, à la lumière des révélations qu’il contient. Scrubby a fait l’objet d’un échange contre un enfant oublié le temps de quelques instants contre un arbre. Il a été élevé par ses parents adoptifs comme leur propre enfant disparu. Mais Scrubby vient d’un autre monde, celui des fées. Et un jour il devra forcément renouer les fils avec son univers d’origine. Mais ce n’est pas tout. Scrubby a aussi un rôle important à jouer pour préserver l’équilibre entre les forces maléfiques et bienfaitrices. Une lutte décisive de pouvoirs se profile. Scrubby est entouré par quelques amis qui le préparent à l’affrontement. Sheela est une jeune femme aux ressources étonnantes. Confrontée à un être maléfique qui vient d’agresser une jeune fille, Sheela mobilise sa magie pour mettre le monstre en fuite. Mais les forces des ténèbres n’ont pas dit leur dernier mot. Un final resplendissant pour une série féérique attachante : « La nuit Asraï », cinquième tome de « La légende du Changeling », par Dubois et Fourquemin, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la nuit asraï, la légende du changeling, dubois, fourquemin, le lombard |  Facebook |

18/07/2012

Les ruines, Berlin / Sherman, T5 / Griffo, Desberg / Le Lombard

sherman5.jpg

 

Le régime nazi avait savamment planifié l’extermination des Juifs, des Tziganes, des personnes handicapées et de tous ses opposants quels qu’ils soient. Cette capacité à organiser systématiquement et sans états d’âme une entreprise sans aucune prise en considération éthique a contribué à asseoir la réputation d’efficacité de l’Allemagne. Cette logique pragmatique à l’extrême séduisait le monde des affaires juste avant la seconde guerre mondiale. De nombreuses sociétés ont d’ailleurs poursuivi leurs relations commerciales après le déclenchement des hostilités. C’est ce qui est reproché par un mystérieux inconnu à Sherman, un homme d’affaire américain dont le fils, candidat à la Présidence, a été abattu et dont la famille est menacée. Cette BD évoque ostensiblement le cas de la société allemande IG Farben, entreprise chimique qui fournissait notamment le fameux gaz Zyklon B, utilisé dans les chambres à gaz des camps de concentration. Tant le scénariste Stephen Desberg que le dessinateur Griffo semble s’être donné comme mot d’ordre l’efficacité. La sobriété manifeste des dessins, des dialogues, du développement narratif, de la mise en page concourt à la fluidité et l’impact du récit. La conclusion nous est promise dans le prochain album. « Les ruines, Berlin », cinquième tome de « Sherman », par Griffo et Desberg, aux éditions Le Lombard.

 


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les ruines, berlin, sherman, griffo, desberg, le lombard |  Facebook |