07/03/2012

Quai d’Orsay, T.2 / Chroniques diplomatiques / Lanzac, Blain / Dargaud

 

Quai d’Orsay, Chroniques diplomatiques, Lanzac, Blain, Dargaud

Ce deuxième volet d’un diptyque détonnant remet une couche sur un sujet à la « paf dans ta gueule ». Nous suivons un jeune conseiller à la communication de Alexandre Taillard de Worms, le ministre français des affaires étrangères, une caricature à peine forcée du bouillonnant De Villepin. Au Cabinet du ministre, tout doit aller très vite. Les décisions qui engagent l’avenir de la France et du monde se prennent dans l’urgence permanente. Les rapports de force fluctuent. Le bras de fer diplomatique sera remporté par celui qui aura usé de la plus grande influence et qui aura usé de la plus subtile stratégie en faisant jouer les antagonismes ou les affinités. Un état voyou s’attire les foudres des Etats-Unis qui envisagent de lencer leur armada pour y remettre de l’ordre. Les intérêts divergents, les jeux de pouvoir, et d’autres considérations amènent la France à contrer les Américains lors de la prochaine session du Conseil de sécurité des Nations Unies. Taillard de Worms fourbi ses armes diplomatiques. La tension monte. Ses collaborateurs peaufinent son discours dans les moindres détails, changent plusieurs fois de version, achoppent sur une expression ou un mot, pour finalement pondre un texte équilibré que le ministre ne suivra de toute façon pas. C’est qu’il fonctionne à l’instinct ; et le pire, c’est que ça marche. « Quai d’Orsay, tome 2 - Chroniques diplomatiques », par Lanzac et Blain, aux éditions Dargaud.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quai d’orsay, chroniques diplomatiques, lanzac, blain, dargaud |  Facebook |

16/06/2010

Chroniques diplomatiques / Quai d’Orsay, T.1 / Blain, Lanzac / Dargaud

quaidorsay
Alexandre Taillard de Worms est Ministre des affaires étrangères au Quai d’Orsay. Il vient d’engager Arthur Vlaminck, un nouveau conseiller qu’il charge de rédiger ses discours et de participer activement aux réunions de Cabinet. Pour ce jeune inexpérimenté, c’est la douche froide. Il entre de plain pieds dans un monde à la fois fascinant, porteur de projets et d’avenir, dans les coulisses du pouvoir, là où le destin d’un grand pays se construit en temps réel. Mais c’est aussi le royaume des contrariétés, du petit esprit, des mesquineries et des bassesses les plus exécrables. Chacun tente de se mettre en avant, au détriment des autres, jusqu’au ministre qui bouscule ses collaborateurs et les pousse jusque dans leurs derniers retranchements, peu importe le prix à payer pour eux. Car la politique exige une réactivité de chaque instant. Les discours sont sans cesse retravaillés, en fonction des événements ou des influences exercées sur le ministre. La vie au Cabinet ressemble à une opération de survie en plein ouragan, une interminable lutte contre de perpétuelles bourrasques. Et pourtant, malgré ses allures d’illuminé fantasque, le ministre sait parfaitement où il va. Il garde son cap. C’est ce qui fait le talent des grands hommes. Cette BD, bien qu’ostensiblement caricaturale, sonne juste. Le dessin de Blain, d’une époustouflante vitalité, magnifie les dialogues inspirés de Lanzac. « 
Quai d’Orsay », aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dargaud, blain, quai d orsay, chroniques diplomatiques, lanzac |  Facebook |