20/05/2010

Deir El Medineh / Les Gardiens du sang, T.2 / Convard, Falque, Juillard / Glénat / coll.Loge Noire

gardiensdusang2

Jean Nomane est soupçonné du meurtre du Cardinal Mottelli. Derrière cet assassinat se cachent les gardiens du sang, une secte catholique ultra-conservatrice que Nomane était justement chargé d’infiltré en tant que biologiste. Dans des locaux secrets du Vatican, des apprentis sorciers tentent de recréer le corps du christ, au départ de cellules clonées. Il s’agit du projet « Génome-un », financé conjointement par un puissant groupe. Les retombées promettent d’être faramineuses, même si les intérêts divergent. Une lutte traître et sanglante mine d’ailleurs les relations entre les partenaires. Les scientifiques qui ont participé au projet disparaissent les uns après les autres dans des accidents suspects ou des attentats. L’un d’eux, Hedwig Clark, échappe de peu à la mort et se décide à contacter Jean Nomane. Celui-ci le met en relation avec son employeur, la Brigade d’Infiltration des Sectes dont le patron croit en la bonne foi de Nomane, mais ne dispose pourtant pas de preuves le disculpant. Trahisons, faux-semblants et intrigues font de cette série un attrayant divertissement qui pose également quelques questions sur l’éthique et la bioéthique, tout en distillant des infos à caractère historico ésotérique. « Deir El Medineh », deuxième tome des « Gardiens du sang », par Convard, Falque et Juillard, aux éditions Glénat, collection Loge Noire.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, convard, falque, loge noire, juillard, deir el medineh, les gardiens du sang |  Facebook |

28/11/2009

Léna et les trois femmes / Le Long voyage de Léna, T.2 / Christin, Juillard / Dargaud / coll.Long Courrier

En plein désert australien, Léna tente d’oublier un passé douloureux. Seulement voilà, en tant qu’agent infiltré plus que qualifiée, Léna est rapidement retrouvée par son patron. Ce dernier lui présente une nouvelle mission : infiltrer un groupe terroriste qui projette un attentat sur Paris. Après un briefing interminable, Léna se voit dotée d’un nouveau passé. D’Australie, la jeune femme se rend en Géorgie pour un premier contact. Dès lors, son voyage l’emmène à rencontrer Cheikh Najib, le commanditaire de l’attentat planifié. Najib confie à Léna l’éducation de trois femmes, des candidates pour le martyr. L’entraînement est dur, tant physiquement que mentalement. Halima, Ahlem et Souad ne sont en effet pas toutes volontaires pour ce projet. Arrivées à Paris, Léna leur apprend à se promener en rue, à faire les magasins, bref toutes ces choses que font naturellement les Parisiennes. Le jour J approchant à grands pas, Léna espère qu’il n’est pas trop tard pour prévenir ses coéquipiers. Ce sujet d’actualité, qui nous entraîne dans les coulisses de la problématique islamique, est à la fois dur et palpitant. La voix-off de l’héroïne est quasi omniprésente, joliment mis en relief par un graphisme délicat et précis. « Léna et les trois femmes », second tome du « Long voyage de Léna », par Christin et Juillard, est publié aux éditions Dargaud, collection Long Courrier.

 

BD commentée par Maïté Vanneste