22/08/2012

Conquistador / T.1 / Dufaux, Xavier / Glénat / coll.Hors collection

conquistador1.jpg

 

Les auteurs de la sublime série « Croisade » changent radicalement de latitude et nous emmènent dans un autre univers fait de fureur et de sang, celui des conquistadores, au temps où Hernán Cortès convoitait les trésors de l’empereur aztèque Moctezuma. Hernando Royo fait partie de ces hommes chargés de s’emparer du trésor d’Axayacat, le père de Moctezuma. L’apparente docilité des Aztèques s’explique par leur croyance en l’immortalité des envahisseurs espagnols, qu’ils considéraient comme des dieux. Pourtant ces dieux sont bel et bien des hommes, animés de cupidité de surcroît. C’est d’ailleurs ce qui est reproché à Cortès par la Couronne espagnole qui le soupçonne de vouloir s’enrichir personnellement au détriment du royaume. Une expédition punitive est en route pour intercepter Cortès. Le temps presse donc, et Hernando Royo doit mener à bien sa mission au plus vite, assisté de Catalina Guerero, une femme au caractère bien trempé et au  physique de rêve. Cette touche de sensualité rehausse la saveur de ce récit déjà bourré de testostérone, cultivant les thèmes de prédilection du duo d’auteur, férus de mystère fantastique sur fond historique. Le superbe traitement graphique se décline tant dans les couleurs que dans la mise en page. « Conquistador », premier tome, par Jean Dufaux et Philippe Xavier, aux éditions Glénat, collection Hors collection.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conquistador, dufaux, xavier, glénat, hors collection |  Facebook |

19/05/2011

Avril 1915 – Ypres / Les Sentinelles, T.3 / Delcourt / coll.Hors collection

sentinelles3.JPG

La bataille d’Ypres est restée dans les mémoires de guerre comme le siège de quelques batailles extrêmement sanglantes, associée aussi au déferlement des armes chimiques. C’est d’ailleurs la première fois que ce type d’armes est utilisé massivement, et plus particulièrement le gaz moutarde, dès lors appelé Ypérite. La première guerre mondiale est un temps de terribles désillusions. L’essor technologique du dix-neuvième s iècle laissait entrevoir des progrès pour l’humanité, un mieux-être pour tous. Cette vision idilique a été réduite en morceaux par l’usage qui a été fait de la science pendant la grande guerre. De plus, ces technologies développées dans un chaos sanglant n’ont pas été suivies d’une gestion adéquate. Des stratégies obsolètes ont conduit à une utilisation sauvage, une course folle menée tous azimuts par les différents camps belligérants. Les Allemands concentraient leurs efforts sur les gaz tandis que le Français préféraient d’autres disciplines. Ce socle purement historique sert de point de départ à une captivante fiction imaginée par Xavier Dorison et illustrée par le talentueux Enrique Breccia, à la lisière du genre steampunk. « Avril 1915 – Ypres », troisième tome des « Sentinelles », aux éditions Delcourt, collection Hors collection.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avril 1915 – ypres, les sentinelles, delcourt, hors collection |  Facebook |

18/05/2011

Magasin sexuel / Turf / Delcourt / coll.Hors collection

magasin sexuel.jpg

En amour, la qualité des préliminaires augure du meilleur ou du pire pour la suite des ébats. Ce premier tome de « Magasin sexuel » a les allures de sympathiques préliminaires. Il n’y a aucune équivoque sur le sujet et sur la volonté affriolante. Cependant, malgré le titre explicite, pas question de résumer le sexe à une basse activité animale. Les éléments du récit se mettent en place avec pudeur. Un village français typique, avec son maire ersatz de celui de Champignac, un tenancier de bistro victime d’attentats sémantiques, un marché traditionnel dont la quiétude est bouleversée par l’apparition inopinée d’une échoppe de sex-toys. Les bigotes apostrophent le maire, partagé entre l’obligation  de satisfaire ses administrés et son envie de se rapprocher de la charmante jeune fille qui tient le sex-shop ambulant mais qui pourrait très bien vendre des bottes et des tuyaux d’arrosage comme son papa, au lieu de canards en plastique. C’est juste que les sex-toys, c’est à la mode et ça se vend mieux De là va naître une histoire au ton décalé, baignée dans une sorte de candeur malicieuse. Cette BD jubilatoire possède de nombreux atouts, une délicatesse colorée et attachante, un pur ravissement. De magnifiques couleurs, un univers étincelant, des personnages excentriquement conformistes, une BD unique : « Magasin sexuel », par Turf, aux éditions Delcourt, collection Hors collection.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : magasin sexuel, turf, delcourt, hors collection |  Facebook |

24/09/2010

Le Pont de Sepharée / Sept cavaliers, T.3 / Raspail, Terpant / Delcourt / coll.Hors collection

 

7cavaliers3.JPG

Le titre original du roman de Jean Raspail est « Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée ». Quiconque a lu ce roman comprend aisément l’insurmontable gageure à laquelle s’est attaquée Jacques Terpant. Raspail se serait déclaré tout à fait satisfait du résultat. En effet, l’œuvre d’une poésie sublime trouve dans sa version dessinée une juste traduction en images de la verve du roman. Certes, on ne peut pas parler de transcription fidèle, mais plutôt d’une sensibilité admirablement rendue. Il y a des différences, peut-être davantage de noirceur dans les relations humaines. Les sept cavaliers sont les derniers soldats valides d’un royaume exsangue, que la raison et la foi ont déserté, un royaume livré aux hordes sauvages. Ces sept cavaliers entreprennent une quête aux confins du royaume pour tenter de trouver des poches de civilisation desquelles tout pourrait renaître, tel le phoenix de ses cendres. Mais au fur et à mesure de leur progression, leur groupe s’amenuise et l’espoir suit le mouvement. Il s’agit d’un voyage initiatique doublé du constat d’une perte de valeurs dans notre société contemporaine, des valeurs telles que l'honneur, la fidélité, le courage ou l'esprit de sacrifice. « Le Pont de Sepharée », dernier tome des « Sept cavaliers », par Raspail et Terpant, aux éditions Delcourt.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pont de sepharée, sept cavaliers, raspail, terpant, delcourt, hors collection |  Facebook |

09/07/2010

L’Invitation / Jim, Mermoux / Vents d’Ouest / coll.Hors collection

invitation

Au beau milieu de la nuit, Raphaël reçoit un appel téléphonique de son ami Léo qui lui demande de le dépanner, sa voiture étant bloquée. Raphaël refuse mais finit par accepter, poussé par sa compagne. Arrivé sur place, il trouve Léo en compagnie de plusieurs autres amis. En fait, Léo a voulu tester qui, parmi ses prétendus amis, répondrait à son appel à l’aide en pleine nuit. C’est un test stupide qui peut coûter cher dans la relation. Mais venant de Léo, ça passe, d’autant plus qu’il a prévu quelques bonnes bouteilles d’un excellent champagne. Et le groupe d’amis passe un bon moment sur le bord de cette route nationale, jusqu’au petit matin. Cette expérience atypique va faire germer dans l’esprit de Raphaël un questionnement de plus en plus insistant. Il voudrait s’assurer de l’amitié véritable de ses proches. Mais il n’est pas Léo, et reproduire le même scénario n’est peut-être pas très indiqué. Développée en deux temps, cette histoire pas banale mise avec bonheur sur une réflexion portant sur la profondeur des sentiments d’amitié, un thème peu abordé en BD et dans les œuvres de fiction en général. Ce sujet est ici traité avec finesse et subtilité, alors que les situations mises en scène revêtent un caractère extrême. Une impeccable alchimie qui rend ce récit touchant et vrai. « L’Invitation », par Jim et Mermoux, aux éditions Vents d’Ouest, collection Hors collection.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jim, vents d ouest, hors collection, l invitation, mermoux |  Facebook |

07/05/2010

Le Bleu est une couleur chaude / Maroh / Glénat / coll.Hors collection

 

bleucouleurchaude

Les quelques imperfections graphiques se font rapidement oublier au profit d’un récit prenant, criant de vérité, une œuvre aboutie, d’une maîtrise hallucinante. Car Julie Maroh publie ici son premier album, après s’être essayée trois fois à l’autoédition. Le sujet bouscule l’ordinaire. Clémentine, une adolescente de quinze ans, se découvre des penchants homosexuels. Elle a du mal à intégrer cette dimension de son être mais ne peut réprimer des sentiments qui s’imposent à elle, la submergent. Clémentine fait une rencontre déterminante. Disons-le franchement, elle a coup de foudre en croisant une fille aux cheveux bleus. A partir de cet instant commence un profond questionnement qui la conduira à s’accepter telle qu’elle est. Mais le chemin de l’acceptation dans le regard des autres, de ses amis, de ses parents et de la société au sens large, ce chemin-là est long et parsemé d’embûches. Nous vivons un monde complexe pour lequel la catégorisation représente un refuge confortable. Ces repères nous évitent d’élargir notre champ de pensée, choyant notre paresse naturelle. Au-delà des clichés liés à l’homosexualité, et plus particulièrement féminine, Julie Maroh se joue des stéréotypes et nous livre une histoire bouleversante d’une justesse qui force l’admiration. Une resplendissante ode à l’amour : « Le Bleu est une couleur chaude », par Julie Maroh, aux éditions Glénat, collection Hors collection.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, maroh, le bleu est une couleur chaude, hors collection |  Facebook |

22/12/2009

Grandeur et humiliation / Ida, T.1 / Cruchaudet / Delcourt / coll.Hors Collection

Vieille fille d’une trentaine d’années, Ida est hypocondriaque et autoritaire. Décidés à lui venir en aide, sa sœur et son médecin l’envoient de force à la mer pour lui redonner goût à la vie. Face au grand large, Ida ne peut qu’en ressentir son appel. Arrivée en Espagne, un court séjour à Valence la pousse à faire la traversée jusqu’à Tanger. Stimulée par toutes ces nouvelles odeurs d’épices, Ida déambule dans les ruelles. Au cours d’un dîner, il lui vient l’idée d’écrire un guide touristique et la belle écriture de Fortunée, une jeune femme destinée au couvent, attire son attention. Avec l’aide de Rosa, une voyageuse intrépide, Ida parvient à secourir Fortunée et toutes trois partent vers le Gabon. Choquée par la vie quelque peu dissolue de Fortunée, Ida aura pourtant bien d’autres surprises au cours de son long voyage ! Premier volet d’une trilogie se déroulant au dix-neuvième siècle, le récit met en scène un personnage féminin des plus fantasques. Légère, l’histoire, tout comme son héroïne, impose pourtant un certain respect. Résultat d’un grand travail de documentation, l’album illustre les comportements coloniaux de l’époque et les aquarelles aux couleurs vives ajoutent une touche de cohérence à l’ensemble. « Grandeur et humiliation », premier tome de « Ida », par Chloë Cruchaudet, est publié aux éditions Delcourt, dans la collection Hors Collection.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, ida, hors collection, grandeur et humiliation, cruchaudet |  Facebook |