11/11/2011

Moissons rouges / Vents contraires, T2 / Hautière, Ullcer / Delcourt / coll.Machination

 

Yvon Lebihan est documentariste animalier, une profession pas spécialement sexy mais qui peut mener à tout, du moins si l’on suit ses aventures. C’est en filmant un renard en forêt qu’Yvon rencontre une jeune femme paniquée qui l’entraîne dans sa fuite éperdue. C’est alors que resurgissent en lui les réflexes de son passé de baroudeur et de militaire. Il ne réussit malheureusement pas à éviter le meurtre de la jeune femme par un tueur implacable. C’est ce même tueur qui a assassiné le professeur Fulton, un chimiste qui a fait une découverte capitale qui a visiblement contrarié quelqu’un de puissant et de déterminé. Fulton était le père de la jeune femme. Yvon fait connaissance avec la sœur jumelle de la victime et lui promet de la protéger. L’ennemi est rusé et parvient à faire soupçonner Yvon d’un meurtre. Le filet se resserre autour des fugitifs. Yvon dispose néanmoins de ressources et d’amis. La tension va crescendo dans ce thriller admirablement mené et bouclé en deux tomes bien rythmés. La mise en place de l’intrigue, du décor et des personnages se fait dans une belle harmonie, en un dosage parfait. Les rebondissements parsèment le récit avec bonheur dans cette seconde partie de « Moissons rouges», le deuxième tome de « Vents contraires », par Hautière et Ullcer, aux éditions Delcourt, collection Machination.

 

07:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moissons rouges, vents contraires, hautière, ullcer, delcourt, machination |  Facebook |

03/01/2011

De briques et de sang / Hautière, François / KSTR

briquessang.JPG

Nous sommes en janvier mille neuf cent quatorze, à quelques mois de l’éclatement de la grande guerre et de sa débauche de morts. Et c’est par une mort en particulier que cette histoire commence, celle d’un ouvrier de l’usine du Familistère. Il s’agit d’un meurtre et c’est le premier d’une longue série. Bien qu’il bénéficie d’une vraie intrigue bien ficelée, l’intérêt principal de cet album réside dans son décor très particulier, un milieu régi par ses propres règles, un microcosme imaginé et réalisé par un homme épris de justice sociale. Jean-Baptiste-André Godin était un industriel autodidacte et un bourgeois philanthrope, profondément convaincu des vertus du socialisme. Il avait une perception aigue des transformations de la société de son temps. Pour lui, le progrès social va de pair avec le progrès économique, technique et scientifique, tout en se basant sur des valeurs absolues telles que le travail, la solidarité, l'équité, la liberté et le devoir. Le Familistère est un complexe mixte usine et logements. La matérialisation de la pensée de Godin repose sur un cheminement nourri d’utopie et de réalisme social. Cette BD restitue à merveille cet environnement unique, superbement dessiné, avec un graphisme offrant des similitudes avec celui d’André Benn. Un one-shot édifiant, à la fois divertissant, palpitant et historiquement bien ancré. « De briques et de sang », par Hautière et François, aux éditions KSTR.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : de briques et de sang, hautière, françois, kstr |  Facebook |

14/04/2010

Moissons rouges / Vents contraires, T.1 / Hautière, Ullcer / Delcourt / coll.Machination

ventscontraires1

D’entrée de jeu, un biologiste anglais se fait assassiner par un homme en noir, le tueur typique, implacable. Ce n’est que le début d’un véritable carnage. Le même homme exécute le fils du biologiste en Inde puis fait sauter un institut agronomique en Californie. Pendant ce temps, Yvon, un documentariste animalier, vit la fin d’une relation amoureuse et se réfugie chez l’ex-compagnon de son ex, qui est également son ami, une situation un peu particulière. Yvon est un ancien baroudeur et militaire, bref une tête brûlée qui s’est rangé des armes et mitraille à présent avec du matériel vidéo. Mais le destin a décidé de rattraper Yvon et de le replonger dans l’action. Alors qu’il filme tranquillement un renard en pleine forêt, une jeune femme paniquée implore son aide. Elle se dit poursuivie et en danger de mort. Yvon n’y croit pas trop mais se laisse attendrir. Ils trouvent refuge dans une bâtisse abandonnée. Ce sera le théâtre de quelques scènes violentes et aussi d’astuces scénaristiques bien pensées. Car cette BD menée à un rythme d’enfer regorge de petites trouvailles. Les auteurs savent assurément créer une tension et ménager des surprises au lecteur. L’épisode suivant nous promet une conclusion haletante. « Moissons rouges », premier tome de « Vents contraires », par Hautière et Ullcer, aux éditions Delcourt, collection Machination.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, hautiere, machination, moissons rouges, vents contraires, ullcer |  Facebook |