03/09/2012

Les déserteurs / Nouveau monde, T.3 / Filippi, Mezzomo / Glénat / coll.Grafica

nouveau monde 3.jpg

 

A la fin du dix-huitième siècle, les colons d’Amérique du Nord ont mené une guerre pour leur indépendance à l’égard du l’Empire britannique. Les tribus indiennes se sont faites les alliées des uns ou des autres belligérants. Voilà le décor des aventures d’une jeune britannique qui fuit son mari, accompagnée de ses deux jeunes enfants. Emie a un caractère bien trempé. Elle mène un petit groupe de fugitifs poursuivis par un détachement de soldats à la tête duquel se trouve Andrew, le père de ses enfants. Leur progression les a conduits dans un village tenu d’une main de fer par un pasteur tyrannique. Une confrontation féroce oppose Emie et le pasteur. La jeune femme, grâce à sa force de conviction, parvient à gagner l’adhésion des villageois. Tout danger est loin d’être écarté. L’armée avance inexorablement vers eux. Le contexte et la nature des relations tendues entre les protagonistes rappelle inévitablement la série « les Pionniers du Nouveau monde », une influence probablement assumée et même revendiquée vu le titre. La qualité du récit permet d’ailleurs la comparaison. Graphiquement, Mezzomo explore des pistes intéressantes qui élargissent sa palette. « Les déserteurs », troisième tome de « Nouveau monde » par Filippi et Mezzomo, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les déserteurs, nouveau monde, filippi, mezzomo, glénat, grafica |  Facebook |

03/08/2012

Sacrilèges / Les Boucliers de Mars, T.2 / Glénat / coll.Grafica

boucliersmars2.jpg

 

Trajan est considéré comme l’un des meilleurs empereurs romains. Trajan avait pour ambition d’étendre les territoires de l’Empire. Il voulait égaler Alexandre le Grand. Il a réussi à conquérir l’Arménie, la Mésopotamie, qui correspond à l’Irak actuel, et la Dacie, un territoire situé à cheval entre les Carpates et le Danube, à l’ouest de la mer Noire. Le récit imaginé par le regretté Gilles Chaillet se situe au tout début du deuxième siècle dans la cité de Zeugma, située sur l’Euphrate, près de la frontière syrienne actuelle au sud de la Turquie. Les Parthes menacent Rome qui songe de plus en plus à mener une guerre décisive. Il suffirait d’un élément déclencheur pour engager les hostilités. Justement, lors d’une cérémonie officielle, l’un des boucliers du dieu Mars s’est détaché de la tribune. Les divinologues patentés en concluent qu’il s’agit d’un signe néfaste. L’agressivité de l’ambassadeur de Parthe vient les conforter dans la nécessité de défendre Rome contre l’ennemi qui se profile. Gilles Chaillet nous a récemment quitté. Il nous laisse ses personnages, dont le plus connu est Vasco, et puis cette série brillante prévue en trois tomes, dessinée par Christian Gine avec une précision étonnante, en parfaite adéquation avec le scénario hyper documenté. « Sacrilèges », deuxième tome des « Boucliers de Mars », aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sacrilèges, les boucliers de mars, glénat, grafica |  Facebook |

02/08/2012

Enigmes / Ars Magna, T.1 / Alcante, Jovanovic / Glénat / coll.Grafica

arsmagna1.jpg

 

Le titre du premier tome de cette nouvelle série éveille une certaine méfiance. « Enigmes », c’est pas très original. On sent juste une volonté racoleuse. Ce qui est dommage, c’est que la lecture de la BD vient confirmer cette impression. Le thème déjà recassé à maintes reprises, met une fois de plus en scène des nazis en quête de pouvoirs surnaturels. C’est d’un banal affligeant. Quant au traitement narratif et graphique, qui aurait pu sauver l’honneur et peut-être même rattraper la sauce, il fait malheureusement la part belle aux cadrages convenus et au réalisme grand public. On a connu le scénariste Alcante plus inspiré. Quant à Milan Jovanovic, il se positionne en bon exécutant mais ne se surpasse en rien. Reste le profil des personnages, dernier espoir pour relever le niveau de cette BD qui pue le coup commercial à plein nez. Et là encore, pas de miracle, mais une désolation totale. Leur manque d’épaisseur et de crédibilité contribue à rendre le récit plus lisse et insipide que jamais. S’il fallait retenir un élément positif, malgré tout, ce serait les décors. Jovanovic s’est appliqué à reproduire les rues et bâtiments de Bruxelles, dont la grand place. Et là, oui, c’est bien foutu. Si vous aimez bien les redites sur fond de lutte ambivalente du bien contre le mal, lisez donc « Enigmes », premier tome de « Ars Magna », par Alcante et Jovanovic, aux éditions Glénat, collection Grafica. Sinon, passez à autre chose.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enigmes, ars magna, alcante, jovanovic, glénat, grafica |  Facebook |

20/06/2012

Ellen / Destins, T.14 / Giroud, Durand / Glénat / coll.Grafica

destins14.jpg

 

Cet album est la conclusion d’une série concept qui nous aura trimbalé dans plusieurs directions, plusieurs destins qu’auraient pu vivre Ellen Baker, une femme militante engagée, mère de deux enfants, épouse d’un avocat aux dents longues. Ellen a commis une erreur de jeunesse qui la rattrape aujourd’hui. Elle a tué quelqu’un mais n’a jamais été identifiée. A présent, c’est une autre qui est accusée à sa place et qui risque la peine de mort. Face à ce dilemme, Ellen a fait un choix. Mais si elle en avait fait un autre, il n’est pas sûr que son destin aurait été radicalement différent. Ellen se trouve internée dans une institution psychiatrique. L’arrivée d’un nouveau directeur va provoquer un changement. Ellen s’ouvre à lui. Les événements qui vont suivre provoquent une prise de conscience libératrice qui va offrir à Ellen un nouveau destin, à moins que ce ne soit tout simplement celui qui était tracé pour elle depuis le début. Cette série se conclut par un message maintes fois ressassé mais qui mérite de l’être. Par contre, au bout de quatorze albums, on a envie de se dire « tout ça pour ça ?! » ; avec le sentiment que tout aurait pu être dit efficacement sans infliger au lecteur de telles dépenses et avec des albums de qualité parfois médiocre. Heureusement, Michel Durand replace graphiquement la barre très haut pour ce quatorzième tome de « Destins », « Ellen », scénarisé par Giroud, aux éditions Glénat, collection Grafica.


M.DESCORNET

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ellen, destins, giroud, glénat, grafica |  Facebook |

21/02/2012

La fausse note / Sasmira, T.2 / Vicomte, Pelet / Glénat / coll.Grafica

 

sasmira-2.jpg

Le monde de la bande dessinée a ses légendes. Certains albums sont attendus avec impatience et ne paraissent jamais. C’est le cas par exemple du numéro cinq de « Gaston Lagaffe », une légende qui s’est ensuite éteinte avec la parution d’un album de compilation d’inédits. Une autre légende était en passe de s’installer durablement, celle de la suite de « Sasmira » dont le premier opus avait rencontré un engouement particulier. Vicomte y faisait preuve d’un travail soigné, méticuleux, après le succès de « La Ballade au bout du monde ». Il aura fallu attendre quatorze ans pour qu’enfin paraisse le deuxième tome d’une série qui devrait en compter quatre ou cinq au total. A ce rythme, ce sont les générations futures qui connaîtront la fin de l’histoire. Soyons confiants, même si Vicomte est connu pour sa lenteur, à la hauteur de la qualité de son travail. Tous les grands artistes sont en proies à des tourments. Vicomte ne fait pas exception. Il a heureusement trouvé en Pelet un dessinateur de talent qui le seconde efficacement. Son style s’approche de celui de Vicomte. Il doit bien sûr encore s’affiner mais il se défend déjà très bien. Quant à l’histoire, les similitudes avec la trame de « La Ballade » sautent aux yeux. Elle n’en reste pas moins originale et captivante. « La fausse note », deuxième tome de « Sasmira », par Vicomte et Pelet, aux éditions Glénat, collection Grafica.


M.Descornet

 

22:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la fausse note, sasmira, vicomte, pelet, glénat, grafica |  Facebook |

13/01/2012

La prison / La vengeance / Destins, T.12 & T.13 / Sicomoro, Pellejero, Giroud, Richaud, Makyo / Glénat / coll.Grafica

 

Voici les derniers pas vers la conclusion de cette série bâtie sur un concept déconcertant. Une femme, Ellen, est placée face à un choix difficile. Soit elle assume une erreur tragique de jeunesse et perd tout ce qu’elle a, en causant le désespoir de sa famille, soit elle ne fait rien est doit vivre avec l’exécution d’une innocente sur la conscience. Au départ de cette situation, Frank Giroud a imaginé développer plusieurs histoires selon le choix qu’aurait fait Ellen, plusieurs destins possibles se réalisent alors dans des albums parallèles qui sont amenés à converger vers une conclusion unique. Après un départ interpellant, les différentes ramifications s’avèrent fort inégales en qualité et laisse une impression très mitigée, pour ne pas dire peu convaincante. Le dernier tome devra vraiment apporter un épilogue époustouflant pour faire pardonner les égarements des autres épisodes. L’utilité narrative de certains laisse franchement dubitatif. Quant aux styles graphiques, ils se situaient parfois aux antipodes l’un de l’autre, avec de grosses déceptions de dessinateurs confirmés. Heureusement, avec ces douzième et treizième tome de « Destins », Sicomoro et Pellejero livrent tous deux une excellente performance. Les scénarios de Giroud, Richaud et Makyo se défendent également bien. « La prison » et « la vengeance » aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la prison, la vengeance, destins, sicomoro, pellejero, giroud, richaud, makyo, glénat, grafica |  Facebook |

07/11/2011

Crime et châtiment / Sang royal, T2 / Jodorowsky, Liu / Glénat / coll.Grafica

Dans un moyen-âge obscur, dans un pays en proie à la fureur, un roi impitoyable victime d’une trahison reconquiert son trône et en écarte son ex-épouse ainsi que le fils qui est vraisemblablement celui de l’usurpateur. Il garde de ses années d’amnésie passées auprès d’une folle, une fille soi-disant légitime pour laquelle il voue une affection sans limite. Cette relation devient d’ailleurs incestueuse. Il en fait sa reine. Pendant ce temps, la reine déchue et son fils fomente un complot machiavélique visant non pas à le ravir le trône mais à le faire durablement souffrir. Pour ce faire, ils profite d’une absence du roi pour mutiler son amante. Défigurée, sans nez, sans poitrine, elle n’inspire plus que de la pitié. Le roi prend alors une décision inattendue. Au lieu de tuer les auteurs de ces atrocités, il leur cède le trône et se retire en ermite avec sa fille, avec la volonté de se recentrer sur la pureté des sentiments. Ce qu’il n’a pas prévu, c’est ce que son regard dit malgré lui à son aimée. Celle-ci ne le supporte plus. Cette BD, impeccablement dessinée par Dongzi Liu, porte le sceau de Jodorowsky. L’outrance, la rage et la folie se côtoient dans un ballet infernal qui prend aux tripes. Les limites du supportable semblent parfois être franchies. « Crime et châtiment », deuxième tome de « Sang royal », par Jodorowsky et Liu, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crime et châtiment, sang royal, jodorowsky, liu, glénat, grafica |  Facebook |