28/03/2014

Envoûtantes chimères T2 / Manara / Glénat

envoutantes-chimeres-.jpg

 

Milo Manara s'est imposé comme l'auteur le plus représentatif de la BD érotique. Son trait élégant est une invitation au désir charnel à lui seul. A côté de ses séries les plus connues et les plus représentatives, telles « Le Déclic » ou « Giuseppe Bergman », Manara s'est illustré dans des petites fantaisies coquines tout à fait délectables. Ces courts récits et autres petites merveilles de sensualité sont rassemblées en recueils sous le titre générique de « Envoûtantes chimères ». Le deuxième volume est paru et il regroupe une nouvelle fois de jolies pépites. Il nous propose quatorze histoires de formats fort variés, du récit en quelques pages à la fresque historique retraçant l'histoire de l'humanité des origines à l'an deux mille. Celle-ci nous fait réaliser que Manara puise son inspiration dans les racines les plus profondes de l'homme, et bien sûr de la femme. Il a trouvé l'alchimie parfaite entre la volupté à laquelle nous aspirons et l'agressivité qui a toujours guidé nos actions. De la guerre du feu à la bombe atomique, nous avons de tous temps développé un génie démesuré pour détruire ou faire souffrir notre prochain, et aussi la prochaine. L'engagement de Manara transpire de chaque page de cet album qui apporte un certain éclairage à son oeuvre. Nous la découvrons d'un autre point de vue. Intéressant ! « Envoûtantes chimères », deuxième tome , par Manara, aux éditions Glénat.

 

M.Descornet

 

 

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : envoûtantes chimères, manara, glénat |  Facebook |

03/09/2012

Les déserteurs / Nouveau monde, T.3 / Filippi, Mezzomo / Glénat / coll.Grafica

nouveau monde 3.jpg

 

A la fin du dix-huitième siècle, les colons d’Amérique du Nord ont mené une guerre pour leur indépendance à l’égard du l’Empire britannique. Les tribus indiennes se sont faites les alliées des uns ou des autres belligérants. Voilà le décor des aventures d’une jeune britannique qui fuit son mari, accompagnée de ses deux jeunes enfants. Emie a un caractère bien trempé. Elle mène un petit groupe de fugitifs poursuivis par un détachement de soldats à la tête duquel se trouve Andrew, le père de ses enfants. Leur progression les a conduits dans un village tenu d’une main de fer par un pasteur tyrannique. Une confrontation féroce oppose Emie et le pasteur. La jeune femme, grâce à sa force de conviction, parvient à gagner l’adhésion des villageois. Tout danger est loin d’être écarté. L’armée avance inexorablement vers eux. Le contexte et la nature des relations tendues entre les protagonistes rappelle inévitablement la série « les Pionniers du Nouveau monde », une influence probablement assumée et même revendiquée vu le titre. La qualité du récit permet d’ailleurs la comparaison. Graphiquement, Mezzomo explore des pistes intéressantes qui élargissent sa palette. « Les déserteurs », troisième tome de « Nouveau monde » par Filippi et Mezzomo, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les déserteurs, nouveau monde, filippi, mezzomo, glénat, grafica |  Facebook |

22/08/2012

Conquistador / T.1 / Dufaux, Xavier / Glénat / coll.Hors collection

conquistador1.jpg

 

Les auteurs de la sublime série « Croisade » changent radicalement de latitude et nous emmènent dans un autre univers fait de fureur et de sang, celui des conquistadores, au temps où Hernán Cortès convoitait les trésors de l’empereur aztèque Moctezuma. Hernando Royo fait partie de ces hommes chargés de s’emparer du trésor d’Axayacat, le père de Moctezuma. L’apparente docilité des Aztèques s’explique par leur croyance en l’immortalité des envahisseurs espagnols, qu’ils considéraient comme des dieux. Pourtant ces dieux sont bel et bien des hommes, animés de cupidité de surcroît. C’est d’ailleurs ce qui est reproché à Cortès par la Couronne espagnole qui le soupçonne de vouloir s’enrichir personnellement au détriment du royaume. Une expédition punitive est en route pour intercepter Cortès. Le temps presse donc, et Hernando Royo doit mener à bien sa mission au plus vite, assisté de Catalina Guerero, une femme au caractère bien trempé et au  physique de rêve. Cette touche de sensualité rehausse la saveur de ce récit déjà bourré de testostérone, cultivant les thèmes de prédilection du duo d’auteur, férus de mystère fantastique sur fond historique. Le superbe traitement graphique se décline tant dans les couleurs que dans la mise en page. « Conquistador », premier tome, par Jean Dufaux et Philippe Xavier, aux éditions Glénat, collection Hors collection.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conquistador, dufaux, xavier, glénat, hors collection |  Facebook |

03/08/2012

Sacrilèges / Les Boucliers de Mars, T.2 / Glénat / coll.Grafica

boucliersmars2.jpg

 

Trajan est considéré comme l’un des meilleurs empereurs romains. Trajan avait pour ambition d’étendre les territoires de l’Empire. Il voulait égaler Alexandre le Grand. Il a réussi à conquérir l’Arménie, la Mésopotamie, qui correspond à l’Irak actuel, et la Dacie, un territoire situé à cheval entre les Carpates et le Danube, à l’ouest de la mer Noire. Le récit imaginé par le regretté Gilles Chaillet se situe au tout début du deuxième siècle dans la cité de Zeugma, située sur l’Euphrate, près de la frontière syrienne actuelle au sud de la Turquie. Les Parthes menacent Rome qui songe de plus en plus à mener une guerre décisive. Il suffirait d’un élément déclencheur pour engager les hostilités. Justement, lors d’une cérémonie officielle, l’un des boucliers du dieu Mars s’est détaché de la tribune. Les divinologues patentés en concluent qu’il s’agit d’un signe néfaste. L’agressivité de l’ambassadeur de Parthe vient les conforter dans la nécessité de défendre Rome contre l’ennemi qui se profile. Gilles Chaillet nous a récemment quitté. Il nous laisse ses personnages, dont le plus connu est Vasco, et puis cette série brillante prévue en trois tomes, dessinée par Christian Gine avec une précision étonnante, en parfaite adéquation avec le scénario hyper documenté. « Sacrilèges », deuxième tome des « Boucliers de Mars », aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sacrilèges, les boucliers de mars, glénat, grafica |  Facebook |

02/08/2012

Enigmes / Ars Magna, T.1 / Alcante, Jovanovic / Glénat / coll.Grafica

arsmagna1.jpg

 

Le titre du premier tome de cette nouvelle série éveille une certaine méfiance. « Enigmes », c’est pas très original. On sent juste une volonté racoleuse. Ce qui est dommage, c’est que la lecture de la BD vient confirmer cette impression. Le thème déjà recassé à maintes reprises, met une fois de plus en scène des nazis en quête de pouvoirs surnaturels. C’est d’un banal affligeant. Quant au traitement narratif et graphique, qui aurait pu sauver l’honneur et peut-être même rattraper la sauce, il fait malheureusement la part belle aux cadrages convenus et au réalisme grand public. On a connu le scénariste Alcante plus inspiré. Quant à Milan Jovanovic, il se positionne en bon exécutant mais ne se surpasse en rien. Reste le profil des personnages, dernier espoir pour relever le niveau de cette BD qui pue le coup commercial à plein nez. Et là encore, pas de miracle, mais une désolation totale. Leur manque d’épaisseur et de crédibilité contribue à rendre le récit plus lisse et insipide que jamais. S’il fallait retenir un élément positif, malgré tout, ce serait les décors. Jovanovic s’est appliqué à reproduire les rues et bâtiments de Bruxelles, dont la grand place. Et là, oui, c’est bien foutu. Si vous aimez bien les redites sur fond de lutte ambivalente du bien contre le mal, lisez donc « Enigmes », premier tome de « Ars Magna », par Alcante et Jovanovic, aux éditions Glénat, collection Grafica. Sinon, passez à autre chose.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enigmes, ars magna, alcante, jovanovic, glénat, grafica |  Facebook |

01/08/2012

La révolte de Ramat Gan / Diamants, T.4 / Bartoll, Kölle / Glénat / coll.Investigations

diamants4.jpg

 

L’empire industriel de Charles Van Berg s’étend dans le monde entier et assure sa mainmise sur le marché global du diamant. Une telle puissance attire inévitablement les détracteurs, qui peuvent se montrer des ennemis féroces. Cette trame narrative rappelle celle d’un immense succès de librairie, celui d’un milliardaire en blue jeans, Largo Winch. La première initiale de la World Diamond Co, le « W », n’est pas sans susciter la comparaison avec la Winch Co. Et puis, cette saga familiale ne peut qu’évoquer « les Maîtres de l’orge ». Mais la rugosité toute particulière de cette série lui assure une personnalité forte qui surpasse toute similitude éventuelle. L’héritier de la Diamond Co, Charles Van Berg Junior, peut compter sur un allié inattendu, Gunther, son demi frère aventurier. Ce n’est pas une aide superflue vu la carrure des adversaires parmi lesquels un maffieux russe, des Israéliens teigneux et le FBI qui en a au passé collaborationniste des Van Berg. Cette liste noire s’allonge encore de dangereux rebelles congolais qui convoitent un diamant exceptionnel nommé l’étoile du Katanga. La lutte se déploie sur plusieurs fronts pour Charles et Gunther, chacun sur son terrain de prédilection, l’administration pour l’un, l’action pour l’autre. « La révolte de Ramat Gan », quatrième tome de « Diamants » par Bartoll et Kölle, aux éditions Glénat, collection Investigations.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : la révolte de ramat gan, diamants, bartoll, kölle, glénat, investigations |  Facebook |

31/07/2012

La couleur des dieux / Ella Mahé, T.4 / Glénat / coll.Caractère

ellamahe4.jpg

 

Un cycle se termine avec cet album où l’on retrouve la restauratrice de manuscrits anciens Ella Mahé, une jeune femme qui les yeux vairons, un bleu, un noir, une particularité qui sème le trouble en Egypte car une princesse oubliée partageait cette singularité avec Ella Mahé. Cette princesse sans nom a connu l’exil. Mais les populations qui l’ont recueillie lui ont voué un culte éternel, perpétué par leur descendance. Thomas Reilly, un aventurier charmeur, part avec Ella Mahé à la recherche du tombeau de la princesse. On dit qu’il recèle de fabuleuses richesses. C’est en traversant le désert que la vraie nature de Thomas resurgit. Loin de lui les belles ambitions affichées sur le patrimoine historique. Ses motivations sont purement mercantiles, à la grande déception d’Ella. La légende de la princesse sans nom est associée à une couleur qui n’existe nulle part sur terre, et que les indigènes appellent la couleur des dieux. Thomas Reilly, qui n’est donc pas l’égyptologue érudit qu’il prétendait être, s’imagine tout le profit qu’il pourra tirer d’une telle découverte. Maryse et Jean-François Charles réussissent une nouvelle fois à réaliser une BD sensible et humaine, teintée de mystère. Christophe Simon y assure la partie historique. « La couleur des dieux », quatrième tome de « Ella Mahé », aux éditions Glénat, collection Caractère.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la couleur des dieux, ella mahé, glénat, caractère |  Facebook |