17/02/2011

Les Enchaînés / réédition Saison 1 / Saison 2, tome 1 : Tourments / Callède, Gihef / Vents d'Ouest

enchaines1-2.jpg

Rarement on aura lu récit aussi captivant, avec une intrigue aussi haletante et un fond moral aussi intense. Dans le premier cycle, réédité, quatre personnes tout ce qu’il y a de plus banales reçoivent un colis contenant une enveloppe de dix mille dollars, une photo et un dictaphone. Il leur est promis un million de dollars s’ils tuent la personne sur la photo, qui leur est tout à fait inconnue. Ils sont dès lors confrontés à un choix moral. Etant donné leur existence médiocre, c’est une chance inespérée de résoudre leurs problèmes. Le prix à payer est de devenir un assassin. Reste aussi à identifier et trouver la future victime. Ce qu’ils ne savent pas non plus, c’est qu’il s’agit d’une chaîne, un cercle fermé. Ils sont chacun tueur et victime potentiels. Le deuxième cycle qui commence utilise le même principe, mais promet des développements encore plus impitoyables, des cas de conscience bien plus prégnants. Le lecteur entre lui aussi dans ce jeu mortel. Il est inévitablement amené à se poser la question de sa propre attitude si une telle occasion lui était donnée de changer radicalement sa vie, au prix d’une autre vie. Il y a fort à parier que chacun d’entre nous est bel et bien capable de se transformer en tueur si la motivation est suffisamment forte. Dérangeant et percutant, c’est la nouvelle saison des « Enchaînés », par Callède et Gihef aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les enchaînés, tourments, callède, gihef, vents d'ouest |  Facebook |

25/03/2010

Jersey Boy / Mister Hollywood, T.2 / Lenaerts, Gihef / Dupuis

Orson est un jeune scénariste d’Hollywood, un de ces golden boys de l’industrie cinématographique américaine. Lorsqu’il s’était mis en tête de faire ce métier, son entourage s’y est vigoureusement opposé, sauf son père qui l’a encouragé à réaliser son rêve et suivre sa voie. Depuis son départ du cocon familial, Orson n’y est plus retourné. A présent, il y est obligé, et pour une bien triste raison, le décès de son père. Comme il s’y attendait, les retrouvailles avec sa mère et son frère sont tendues, d’autant plus qu’Orson débarque avec Marsellus, un scénariste marginal, coutumier des esclandres et qui avait besoin de se mettre au vert après un coup d’éclat. Le franc parlé de Marsellus va amplifier les dialogues assassins et peut-être aussi inciter Orson à la modération et au compromis. C’est bien là que se trouve un des atouts majeurs de cette série. La qualité des dialogues et la profondeur des interactions entre les personnages donne une consistance au récit des plus intéressantes. Nous suivons ainsi le parcours professionnel d’un homme, avec ses questionnements, les multiples écueils auxquels il est confronté et qui proviennent de toutes parts. Mais son ennemi le plus dangereux, c’est lui-même. Orson est assailli par ses propres phobies qui minent sa confiance en lui. « Jersey Boy », deuxième tome de « Mister Hollywood », par Lenaerts et Gihef, aux éditions Dupuis.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, gihef, mister hollywood, lenaerts, jersey boy |  Facebook |

13/02/2009

Boulevard des illusions / Mister Hollywood, T.1 / Lenaerts, Gihef / Dupuis / coll.Repérages

Orson Wells est un jeune homme ambitieux qui rêve de faire du cinéma. Son patronyme le prédestinait en quelque sorte à une carrière dans le show-bizz, même si une lettre le sépare du célèbre dramaturge. Le jeune Orson débarque avec son bermuda et sa chemise à fleurs chez l’un des plus grands producteurs d’Hollywood. Il ne manque pas d’aplomb, c’est ce qui plaît en lui. Des portes vont s’ouvrir. Il saura exploiter la première opportunité qui se présentera. Orson devient un talentueux scénariste bénéficiant rapidement d’une certaine renommée grâce à un remake de « Fright night ». Ce succès va luia ttirer des ennemis. Les pires coups bas viendront même de ses prétendus amis. C’est ça le monde factice d’Hollywood. Tout n’y est qu’illusion. Orson est habité par la peur. C’est un névrosé en état avancé. Il l’était déjà avant de poser le pied sur le « Walk of fame ». Ses obsessions se renforcent encore à partir du moment où il devient accro à certaines drogues. C’est ça aussi, Hollywood. Encore des illusions ! Quant à l’amour, Orson peut-il raisonnablement croire en la sincérité des sentiments de cette femme qui lui était purement inaccessible et ne lui aurait pas même adressé un regard avant son entrée en scène ? « Boulevard des illusions », premier tome de « Mister Hollywood », par Lenaerts et Gihef, aux éditions Dupuis, collection Repérages.


BD commentée par Marc Descornet

07:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, gihef, reperages, mister hollywood, boulevard des illusions, lenaerts |  Facebook |