19/06/2012

Only for your eyes / Game over, T.7 / Midam, Thitaume / Mad Fabrik

gameover7.jpg

 

La colonne vertébrale de cette série, c’est le concept. Bien sûr, plein de BD reposent sur un concept. Mais ici, c’est le concept de concept qui compte. Le septième tome présent une couverture originale, conceptuelle, totalement noire avec un dessin en surbrillance. Le héros de cette BD est un petit barbare, l’avatar de Kid Paddle dans un jeu dont le but est de sauver une princesse des griffes des Blorks, d’horribles monstres patibulaires. Le petit barbare finit irrémédiablement par mourir de mille et une manière, si ce n’est pas la princesse elle-même qui y passe. Le concept consiste à déployer des trésors d’imagination dans un univers très limité et un scénario bâtit sur le principe du running gag. Tout le talent de Midam, le créateur de la série, réside dans son improbable habileté à insuffler dans ce canevas extrêmement répétitif une dose létale d’humour d’une originalité époustouflante. Graphiquement, l’apparente simplicité dissimule un imposant travail de recherche qui se traduit par une grammaire percutante. Les gags allient fluidité et acuité, avec pour résultat une efficacité redoutable qui fait mouche. Dans cet album, Kid Paddle apparaît à trois moments, comme pour mieux nous rappeler ce qui le lie au petit barbare. « Only for your eyes”, septième tome de « Game over », par Midam et Thitaume, aux éditions Mad Fabrik.


M.DESCORNET

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : only for your eyes, game over, midam, thitaume, mad fabrik |  Facebook |

02/10/2011

Sound of silence / Game Over, T6 / Midam, Adam, Patelin / Mad Fabrik

 

L’avatar de Kid Paddle s’offre un album entier imaginé par un lecteur assidu et très inspiré. Les gags imaginés par cet amateur éclairé ont été retravaillés et dessinés par Midam et Adam. Le résultat séduit totalement. Le concept de la série, c’est le running gag, le gag de répétition. Et aussi un univers totalement muet. Un petit barbare tente de sauver une princesse idiote, et ça se termine toujours mal. De là, la liberté est complète. La cahier des charges à respecter est très simple. Le petit barbare doit mourir, ou bien la princesse, ou même les deux. Tout est permis. Ils peuvent finir empalés, écrabouillés, noyés, enfermés pour l’éternité, décapités, démembrés, disloqués, éparpillés, explosés, perdus dans les limbes, et pourquoi pas victimes d’un tremblement de terre, d’un tsunami, d’une catastrophe nucléaire, ou les trois à la fois, mais là on dépasse un peu les limites du crédible. Et puis, il n’y a pas que les forces de la nature qui tuent ; il y a aussi les blorks, des créatures immondes, agressives, qui n’ont pour seul but dans leur vie virtuelle que d’occire le petit barbare. Particulièrement réussi, dopé à l’hémoglobine, farci d’inventivité, cet album démontre que l’humilité d’un auteur qui écoute son public se révèle payante en injectant du sang neuf, du sang frais, qui éclabousse bien, au milieu des éclats de rire. « Sound of silence », sixième tome de « Game Over », par Midam, Adam et Patelin, aux éditions Mad Fabrik.

19:02 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sound of silence, game over, midam, adam, patelin, mad fabrik |  Facebook |

15/10/2010

Walking blork / Game over, T.5 / Midam, Adam, internautes / Mad Fabrik

 

blork.jpg

 

C’est Kid Paddle qui ouvre les pages de cet album. Rien de plus naturel puisque « Game over » relate les mésaventures gores de l’avatar de Kid Paddle, un petit barbare chétif évoluant dans un jeu aux pièges innombrables dont l’objectif est de libérer une princesse fluette. Evidemment , il n’y arrive jamais. Le petit barbare se heurte perpétuellement à une armée de blorks, des monstres aussi bêtes que méchants. Si la physionomie des blorks ne varie pas beaucoup, leur mise en situation, elle, bénéficie d’un extraordinaire déploiement d’imagination. Le canevas des gags de Game Over ne varie pas. Il s’agit toujours du même objet à une quête perdue d’avance et bouclée en une ou deux pages, dans un univers à la fois multiple et très limité, celui du jeu vidéo. La technique narrative du running gag a fait ses preuves, surtout sous la plume de Midam. Pour éviter un possible essoufflement, les internautes ont été sollicités et le sont encore. Tout un chacun peut proposer un ou plusieurs gags sur le site de Game Over et voir ses propositions mises en cases dans un album. C’est le cas de celui-ci, qui recèle des trésors d’inventivité, réajustés par les auteurs. AU final, c’est une BD dont on se délecte sans retenue, une admirable réussite conceptuelle, dessinée avec une expressivité constante. « Walking blork », cinquième tome de « Game over », par Midam, Adam et les internautes, aux éditions Mad Fabrik.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : walking blork, game over, midam, adam, internautes, mad fabrik |  Facebook |