15/12/2011

La fille de Paname / T.1 / Galandon, Kas / Le Lombard / coll.Signé

 

Amélie Elie est une ravissante jeune femme aux cheveux d’un blond étincelant. Sa seule présence fait converger tous les regards vers elle, eux des hommes sérieusement émoustillés et ceux des femmes soit jalouses soit nourrissant quelqu’interdite perversion. Car nous sommes à la toute fin du dix-neuvième siècle, en France. Amélie se met en ménage avec un matelot et mène une petite vie bien rangée dans un logement modeste de Paris. Son avenir est tout tracé ; elle sera blanchisseuse comme sa mère. Mais Amélie s’y refuse. Un jour, sur un coup de tête, elle décide de tout plaquer. Elle n’a rien prévu comme alternative et se retrouve vite à errer dans les rues de la capitale. C’est alors qu’elle rencontre Hélène, une prostituée qu’elle avait déjà croisée une fois. Hélène lui propose l’hospitalité. Leur intimité grandit et Hélène propose d’enseigner son métier à Amélie, chez qui elle décèle des talents particuliers dans le domaine. Et de fait, Amélie excelle dans l’art délicat de faire jouir. Le succès qu’elle rencontre ne manque d’attirer des proxénètes. Commence alors une période sombre. Les auteurs s’inspirent librement d’une véritable légende du milieu. Amélie Elie était surnommée « casque d’or ». Une BD aussi séduisante que son sujet : « La fille de Paname », premier tome, par Galandon et Kas, aux éditions Le Lombard, collection Signé.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la fille de paname, galandon, kas, le lombard, signé |  Facebook |

25/10/2011

La 25e note / Shahidas, T2 / Volante, Galandon / Bamboo / coll.Grand Angle

 

Cette BD évoque une facette du terrorisme qui interpelle tout particulièrement, celle des femmes kamikaze. Qu’un être humain puisse sacrifier sa vie pour une cause en détruisant la vie d’autres personnes représente déjà un mystère en soi. Mais lorsque c’est une femme qui perpètre ce crime, et une mère de famille de surcroît, qui a donc porté la vie en elle, cela devient encore plus incompréhensible et révoltant. Bien sûr, il y a des explications à de tels actes extrêmes, tel le désespoir ou l’accumulation de frustrations, le sentiment d’une profonde injustice impossible à contrecarrer. Et puis il y a l’endoctrinement, insidieux et progressif, la manipulation mentale. Un policier d’origine arabe découvre que sa femme, la mère de sa fille, s’est fait exploser dans un bus bondé de monde. Elle n’avait pourtant aucune raison apparente d’en arriver à commettre un tel acte. Sa vie était tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Vu les circonstances, son mari est mis à l’écart le temps de l’enquête. Il va alors mener ses propres investigations. C’est dans son entourage qu’il trouve une piste à la fois plausible et inimaginable. Un bon sujet, traité avec retenue, intégré dans une intrigue réaliste vécue par des protagonistes au profil convaincant. « La 25e note » deuxième tome de « Shahidas », par Volante et Galandon, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

18:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la 25e note, shahidas, volante, galandon, bamboo, grand angle |  Facebook |

23/01/2010

Le Fruit du mensonge / Shahidas, T.1 / Galandon, Volante / Bamboo / coll.Grand Angle

Les Shahidas sont des femmes martyres qui décident de commettre un attentat suicide. Ce thème hautement délicat s’inscrit parfaitement dans les préoccupations actuelles. La montée du terrorisme islamique représente un problème crucial. Les femmes terroristes choquent davantage car, dans l’imaginaire collectif, les femmes donnent la vie. Pourtant leurs motivations combattantes sont a priori les mêmes que pour les hommes. Pour la psychiatre Wafa Sultan, « l’islam n’est pas seulement une religion, l’islam est aussi une idéologie politique, qui prêche la violence et applique son programme par la force. Le choc dont nous sommes témoins dans le monde n’est pas un choc des religions ou un choc des civilisations, c’est un choc entre deux opposés, entre deux ères. C’est un choc entre la civilisation et l’arriération, entre barbarie et rationalité. C’est un choc entre liberté et oppression, entre démocratie et dictature. C’est un choc entre les droits de l’homme d’un côté, et leur violation d’un autre côté. C’est un choc entre ceux qui traitent les femmes comme des bêtes et ceux qui les traitent en êtres humains ». La BD « Shahidas » met le doigt sur cet antagonisme, de manière modérée certes, mais utile et efficace. « Le Fruit du mensonge », premier tome de « Shahidas », par Galandon et Volante, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, galandon, grand angle, le fruit du mensonge, shahidas, volante |  Facebook |

02/09/2009

Les Tondues / L’Enfant maudit, T.1 / Monin, Galandon / Bamboo / coll.Grand Angle

Gabriel a été abandonné tout bébé en mille neuf cent quarante cinq. Bien plus tard, à la mort de ses parents adoptifs, il s’est rendu à Paris. Il travaille comme ouvrier dans une usine. Il mène une vie paisible et sans reliefs, faite de peu de choses. Mais arrive le temps des affrontements dans les rues de Paris. Les CRS tentent de mater la révolte estudiantine de mai soixante-huit. Bientôt les ouvrier rejoignent les étudiants dans leur lutte, entraînant Gabriel dans le tourbillon. C’est le début pour lui de l’éveil d’une conscience, d’une remise en question. Ce n’est pas vraiment la fibre révolutionnaire qui va se développer mais plutôt un besoin de plus en plus pressant de connaître ses véritables origines. Gabriel se rend donc aux portes du couvent qui l’avait reccueilli, espérant que subsiste dans les mémoires l’un ou l’autre élément qui le mette sur la piste de ses parents. Le temps a passé et les indices sont difficiles à collecter. Cette quête devient essentielle pour lui. Il veut notamment comprendre pourquoi la police le traite de « rejeton de boche ». Et puis, il y a cette marque étrange au niveau de son aisselle. Ce récit qui s’annonce dense et plein de mystère. Au-delà de l’intrigue et de la quête identitaire se profilent quelques thèmes intéressants. A suivre : « Les Tondues », premier tome de « L’Enfant maudit », par Monin et Galandon, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, galandon, grand angle, monin, les tondues, l enfant maudit |  Facebook |

01/05/2009

Quand souffle le vent / Galandon, Bonin / Dargaud

Cette histoire se situe au début du vingtième siècle dans le Nord de la France, une région minière. C’est l’époque où les disparités sociales sont criantes et où la colère gronde, les tensions montent avec un parfum de révolte. Les mineurs protestent contre leurs conditions de travail de plus en plus dangereuses. L’infrastructure n’est pas entretenue. Les accidents se multiplient. La superstition attise les craintes. Alors quand des tsiganes arrivent, c’est comme si le mauvais œil allait s’abattre sur les mineurs. La confrontation avec les nouveaux venus va encore être attisée lorsque l’exploitant de la mine fait appel aux tsiganes pour remplacer ses ouvriers en arrêt de travail. C’est une poudrière sociale qui pourrait exploser au moindre coup de grisou. Et puis, il y a un secret honteux qui reste bien enfoui au plus profond des entrailles de la terre, et qui, lui aussi, ne demande qu’à surgir. C’est la face à face entre deux groupes humains fragilisés qui donne tout son suc à ce récit habile, dont un des moteurs est l’amour, même si la haine est bien présente. Le ton est juste, les réalités sociales finement rendues, opposant deux communautés aux caractères forts. Le traitement graphique amplifie les antagonismes et rend admirablement les ambiances rudes et les relations interpersonnelles complexes. « Quand souffle le vent », par Galandon et Bonin, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dargaud, galandon, quand souffle le vent, bonin |  Facebook |