02/07/2012

Le jour du baptême / La Licorne, T.4 / Gabella, Jean / Delcourt / coll.Machination

licorne4.jpg

 

Le seizième siècle en Europe a vu l’avancée de nombreuses disciplines scientifiques. Parmi elles, la plus noble est bien sûr la médecine. L’un des plus éminents médecins de ce temps fut Ambroise Paré. Ce praticien de génie a choisit le terrain le plus rude pour exercer, les champs de bataille. Les guerres et autres conflits armés ne manquaient pas, avec leur corollaire inévitable de mutilés en tous genres. Ambroise Paré met au point des techniques de ligatures, qui offrent plus de chance aux victimes que la cautérisation, surtout en cas d’amputation. C’est ce médecin hors pair qui endosse le rôle principal dans cette BD historico-fantastique. L’Europe est en proie à un fléau, un virus destructeur dont le seul antidote connu est aux mains de l’Eglise. Ceux qui veulent survivre se voient contraints d’adhérer à la religion. Ambroise Paré tente par tous les moyens de localiser la Licorne, une créature à la source de l’antidote. Il est aidé par d’autres créatures impressionnantes, complètement décharnées, et qui rappellent l’univers de la chirurgie. Cette série envoûtante se conclut ici de manière magistrale, réservant aux lecteurs un surprenant épilogue, sans concession. « Le jour du baptême », quatrième tome de « La Licorne », par Gabella et Jean, aux éditions Delcourt, collection Machination.


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le jour du baptême, la licorne, gabella, jean, delcourt, machination |  Facebook |

10/02/2010

L’île / Le Mystère Nemo, T.1 / Gabella, Kenny / Delcourt / coll.Terres de Légendes

Cette BD est clairement inspirée du roman « L’Ile mystérieuse » de Jules Verne, la suite de « Vingt mille lieues sous les mers ». Le personnage central en est bien entendu Nemo, le capitaine du Nautilus. Tout un univers se met en place lorsque l’on évoque Nemo. Cet homme hors du commun fascine et intrigue. L’étendue de son savoir nous impressionne. Mais son caractère atypique éveille en nous une multitude de questions auxquelles nous n’avons reçu aucune réponse. Les raisons de cet aspect hermétique de la personnalité de Nemo, c’est probablement l’un des incitants qui a conduit Mathieu Gabella a réécrire cette histoire fantastique. Côté graphique, le dessin dynamique de Kenny se trouve magnifiquement mis en valeur par les couleurs de Maz. Cette BD est une excellente découverte. En pleine guerre de Sécession, cinq hommes échappent aux Sudistes grâce à une montgolfière. Ils s’échouent sur une île apparemment déserte. Des phénomènes étranges s’y produisent et attisent leur curiosité. Ils partent alors en expédition au cœur de la forêt. C’est là qu’ils découvrent un endroit farci de pièges sophistiqués, technologiquement très avancés. L’inventeur nous est connu. Il s’agit sans nul doute de Nemo. « L’île », premier tome du « Mystère Nemo », par Gabella et Kenny, aux éditions Delcourt, collection Terres de Légendes.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, gabella, kenny, terres de legendes, l ile, le mystere nemo |  Facebook |

21/01/2010

Les Eaux noires de Venise / La Licorne, T.3 / Jean, Gabella / Delcourt / coll.Machination

Vous allez être soufflés par cette série d’excellente qualité. Tout d’abord, le graphisme est de toute beauté, très travaillé, soutenu par des couleurs irradiantes. Et puis, vous êtes englouti par un scénario intelligent et fouillé, accessible au grand public tout en offrant aux plus exigeants de quoi faire fonctionner leurs méninges. Bref, c’est un bel équilibre. Nous sommes au seizième siècle. L’Eglise catholique prépare un abominable complot destiné à terroriser les populations. Elle dispose d’une arme redoutable de destruction massive, une poudre capable d’infliger des mutations au corps humain. Mais surtout, elle contrôle une vermine qui produit ce poison, et elle dispose d’un vaccin. Dieu pourra ainsi reconnaître les siens. Un groupe d’individus tente de contrecarrer ce projet maléfique. Parmi eux figure Ambroise Paré, le célèbre chirurgien et anatomiste français à qui l’on doit de nombreuses découvertes médicales de premier ordre. Le théâtre de la lutte finale se situe à Venise. Ce choix nous permet d’assister à de superbes représentations et à des scènes hallucinantes. Ce nouvel album apporte beaucoup de réponses aux questions soulevées précédemment, témoin d’un réel respect envers les lecteurs. « Les Eaux noires de Venise », troisième tome de « La Licorne », par Jean et Gabella, aux éditions Delcourt, collection Machination.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean, delcourt, gabella, la licorne, machination, les eaux noires de venise |  Facebook |

12/03/2009

Sept prisonniers / Sept, T.7 / Gabella, Tandiang / Delcourt / coll.Conquistador

En deux mille soixante deux, la lune est une prison dont on ne revient pas. Acheminés par un ascenseur hydraulique suivi d’un court trajet en navette, les prisonniers sont ensuite livrés à eux-mêmes. Depuis la grande mutinerie, sept ans auparavant, l’ONU a perdu tout moyen de surveillance et de contrôle sur la prison. À présent, trois clans font la loi et luttent pour leur survie. Lorsque le multimillionnaire Laroche Galouseau apprend qu’une découverte fondamentale pour l’humanité a été faite au fond d’une des grottes lunaires, le meurtre de sa mère semble l’option la plus rapide pour y parvenir. Après avoir récupéré son équipe et le matériel caché, les membres du groupe sont lâchés dans la jungle. Et quelle jungle en effet ! La végétation a littéralement envahi la prison, permettant un renouvellement permanent de l’oxygène. Mais notre équipe est loin d’être au bout de ses surprises. Il leur faudra ruser pour atteindre la grotte et surtout, en sortir ! Dans cette aventure, le suspens est omniprésent et l’ambiance oppressante. L’intrigue connaît de nombreux rebondissements et l’action est à chaque page. Côté dessin, les décors sont très détaillés et l’ensemble est dynamique et très agréable. « Sept prisonniers », septième et dernier tome de la série « Sept », par Mathieu Gabella et Patrick Tandiang, est publié aux éditions Delcourt, collection Conquistador.


BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, gabella, sept, conquistador, sept prisonniers, tandiang |  Facebook |