09/03/2012

Le rossignol de Stepney / Les Quatre de Baker Street, T.3 / Djian, Blaise, Etien / Vents d’Ouest

 

Sherlock Holmes, le héros de Sir Arthur Conan Doyle, a toujours inspiré de nombreux auteurs. Le cinéma s’en est également emparé avec plus ou moins de succès. L’interprétation qui envahit nos salles actuellement, avec Robert Downey Junior dans le rôle titre, figure certainement parmi les plus appréciables. EN BD, ce sont les « Quatre de Baker Street » qui tiennent le haut du pavé. Quoique justement ce ne soit pas le haut du pavé que les protagonistes principaux occupent. Le célèbre détective de la City londonienne s’est trouvé quatre jeunes adjoints, quatre gamins des rues épris de justice et fans absolus de Sherlock Holmes. Si leurs deux premières aventures n’impliquaient que de manière très anecdotique leur maître à penser, c’est lui qui leur confie directement cette troisième affaire. Elle ne recèle apparemment rien de bien trépidant. Il s’agit d’une filature, celle d’un jeune Lord qui vient d’hériter de son père et qui se complaît dans les frasques, au grand dam de sa mère. Le jeune homme est secrètement amoureux de la ravissante fille du tenancier d’un théâtre harcelé par des créanciers. Une fois encore, les auteurs arrivent à donner souffle à des situations et des ressorts narratifs communs, grâce aussi à une mise en images remarquablement travaillée. « Le rossignol de Stepney », troisième tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Blaise et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le rossignol de stepney, les quatre de baker street, djian, blaise, etien, vents d’ouest |  Facebook |

27/05/2010

Le Dossier Raboukine / Les Quatre de Baker Street, T.2 / Djian, Legrand, Etien / Vents d’Ouest

4bakerstreet2

Les quartiers mal famés du Londres de la fin du dix-neuvième siècle sont un terrain idéal pour des histoires de tueurs impitoyables, agissant au détour d’une ruelle sombre, noyée dans le brouillard. Le célèbre Jack l’Eventreur y avait défrayé la chronique en assassinant sauvagement de nombreuses prostituées. Il semble qu’il ait fait un émule puisqu’après une longue accalmie des femmes de mauvaise vie se font à nouveau trucider. Parmi elles, Sally, une dame qui s’était occupée d’un des quatre enfants de Baker Street. Nous découvrons ainsi une part du passé de Billy. Et c’est le départ dune nouvelle enquête pour ces investigateurs en herbe qui se targuent d’être les assistants du fameux Sherlock Holmes. C’est en allant voir le détective que les Quatre rencontrent une jeune femme venue faire appel à ses services. C’est une immigrée russe qui tente d’innocenter son compagnon, accusé de meurtre. Et c’est là que les deux affaires se recoupent. Les Quatre vont alors mettre leur savoir-faire au service d’un groupe clandestin d’activistes anti-tsaristes. Un scénario magistralement bien huilé, qui vous tient en haleine du début à la fin, servi par un superbe dessin, à la fois léger et très fouillé, le tout d’une fluidité exemplaire. Une remarquable prouesse dans le registre de la BD grand public. « Le Dossier Raboukine », deuxième tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Legrand et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : legrand, djian, vents d ouest, les quatre de baker street, etien, le dossier raboukine |  Facebook |

03/03/2009

L’affaire du Rideau Bleu / Les Quatre de Baker Street, T.1 / Djian, Legrand, Etien / Vents d’Ouest / coll.Hors Collection

Ce récit se situe dans le Londres de l’époque victorienne, rendue célèbre par Jack l’Eventreur et Sherlock Holmes. Si la noirceur de Jack transpire dans ces pages, c’est la lumière de Sherlock qui aura le dernier mot. Trois gosses des rues survivent dans cet univers dangereux. Ils y ont trouvé leurs ressources. Leur connaissance du milieu leur a même permis de décrocher un petit job. Leur employeur ponctuel n’est autre que Sherlock Holmes. Le célèbre détective fait appel à Billy, Charlie et Black Tom pour collecter des informations dans les bas-fonds, parmi la racaille. Un jour, une petite marchande de fleurs se fait kidnapper sous les yeux de Black Tom qui en est amoureux. Les trois gamins vont devoir se débrouiller tout seuls et se montrer digne des leçons apprises de Sherlock, justement parti à l’étranger. Ils vont mener leur enquête auprès des pires canailles de l’East End. Le dessin, fluide et beau, est mis en valeur par des variations de plans dynamiques. Une remarquable documentation apporte une belle crédibilité au récit. Quant au  scénario, il déborde d’astuces, tout en retenue. Cette BD rythmée a trouvé le ton juste entre la légèreté de l’enfance et le sérieux du sujet, les conditions de vie exécrables à cette époque. « L’affaire du Rideau Bleu », premier tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Legrand et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.


BD commentée par Marc Descornet