31/07/2012

La couleur des dieux / Ella Mahé, T.4 / Glénat / coll.Caractère

ellamahe4.jpg

 

Un cycle se termine avec cet album où l’on retrouve la restauratrice de manuscrits anciens Ella Mahé, une jeune femme qui les yeux vairons, un bleu, un noir, une particularité qui sème le trouble en Egypte car une princesse oubliée partageait cette singularité avec Ella Mahé. Cette princesse sans nom a connu l’exil. Mais les populations qui l’ont recueillie lui ont voué un culte éternel, perpétué par leur descendance. Thomas Reilly, un aventurier charmeur, part avec Ella Mahé à la recherche du tombeau de la princesse. On dit qu’il recèle de fabuleuses richesses. C’est en traversant le désert que la vraie nature de Thomas resurgit. Loin de lui les belles ambitions affichées sur le patrimoine historique. Ses motivations sont purement mercantiles, à la grande déception d’Ella. La légende de la princesse sans nom est associée à une couleur qui n’existe nulle part sur terre, et que les indigènes appellent la couleur des dieux. Thomas Reilly, qui n’est donc pas l’égyptologue érudit qu’il prétendait être, s’imagine tout le profit qu’il pourra tirer d’une telle découverte. Maryse et Jean-François Charles réussissent une nouvelle fois à réaliser une BD sensible et humaine, teintée de mystère. Christophe Simon y assure la partie historique. « La couleur des dieux », quatrième tome de « Ella Mahé », aux éditions Glénat, collection Caractère.

 

 

M.Descornet

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la couleur des dieux, ella mahé, glénat, caractère |  Facebook |

20/12/2010

La fille aux yeux vairons / Ella Mahé, T.1 / Taymans, Maryse, Charles / Glénat

ellamahe1.JPG

Ella Mahé est une restauratrice de manuscrits très anciens. Passionnée, elle profite d’une commande au musée du Caire pour visiter quelques sites historiques de l’Egypte des pharaons. C’est sur le site d’Abou Simbel qu’elle rencontre l’archéologue Thomas Reilly. Ce n’est pas n’importe qui même s’il ne semble pas disposer des budgets nécessaires à la réalisation de ses ambitions. Il n’est autre que le petit fils de Henry Reilly, l’un des découvreurs du tombeau de Toutankhamon. Pour mémoire, cette exhumation avait fait grand bruit. Au-delà de l’importance pour la science archéologique, c’est surtout la multitude de morts soudaines qui ont frappé les membres de l’expédition qui a marqué les esprits. Quant à Thomas Reilly, c’est une autre image qui occupe son esprit, celle d’une princesse hypothétique de la dix-huitième dynastie, et qui habite ses rêves. Cette princesse à la sépulture introuvable avait une particularité physique peu commune ; elle avait les yeux vairons, c’est-à-dire les yeux de couleurs différentes, l’un noir, l’autre bleu… comme Ella Mahé. Thomas Reilly ne peut donc que tomber sous le charme de cette jeune femme qui semble comme sortie de fond des âges. Ce diptyque envoûtant permet à André Taymans d’exploiter sa palette réaliste, dans la lignée Guy Lefranc. « La fille aux yeux vairons », premier tome de « Ella Mahé », par Taymans et Maryse et Jean-François Charles, aux éditions Glénat.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la fille aux yeux vairons, ella mahé, taymans, maryse, charles, glénat |  Facebook |