17/11/2010

Les Gens honnêtes / Deuxième partie / Durieux, Gibrat / Dupuis / coll.Aire Libre

lesgenshonnetes2.jpg

Cette suite et fin était fort attendue. Philippe est un quinquagénaire qui a perdu son travail et sa femme. L’entrée en matière peut sembler dénuée d’intérêt scénaristique, tant elle a été et est encore rabachée dans moult BD, romans, films, sit-coms, et j’en passe. Et pourtant, c’est justement cet aspect très commun qui confère aux « Gens honnêtes » une consistance à la hauteur du défi. Car défi, il y a, assurément. D’abord pour la simple raison qu’il n’est pas aisé d’accrocher le lecteur avec un thème si bateau, ensuite parce que le propos est audacieux en lui-même. Philippe surmonte les difficultés qui l’accablent grâce à un ami fidèle. Mais pas seulement. Certaines rencontres se révèlent décisives. Robert est un bouquiniste hors normes. Il cultive une passion pour le bon vin. Son plaisir le plus jouissif consiste à déclamer de larges passages extraits de la haute littérature française en dégustant le bon cru qui se marie la mieux à l’esprit du texte. Tout un art. Robert, le bon vivant, initie Philippe, et le remet sur les rails. C’est donc ainsi que notre quinqua se lance dans une aventure à bord des trains. Il ouvre un salon de coiffure itinérant avec pour tout bagage ses ciseaux et peignes. Il squatte le wagon bar et démarche les voyageurs qui n’ont de toute façon rien d’autre à faire avant d’arriver à destination. « Les Gens honnêtes. Deuxième partie », par Durieux et Gibrat, aux éditions Dupuis, collection Aire Libre.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les gens honnêtes, deuxième partie, durieux, gibrat, dupuis, aire libre |  Facebook |

12/03/2010

Félix ou le grand non / Durieux, Wesel / Quadrants

Dans le petit village français de Cambron-les-Châteaux, Félix vit en ermite, reclus dans sa maison du centre. Un beau jour, il sort de chez lui au plus grand étonnement de tous et trace un grand cercle rose qui délimite tout le carrefour et dans lequel il dispose ses meubles. Témoin privilégié de la scène, Jérémie le facteur faisait justement sa tournée. Une complicité va naître et Jérémie rejoint Félix dans son cercle fermé, sans toutefois comprendre les motivations de cet acte un peu fou. Quiconque tente de pénétrer dans cet espace subit les menaces de Félix, armé de son fusil. Et tout le monde s’interroge sur les raisons de cette occupation de la voie publique. Félix se retranche dans le mutisme le plus parfait à ce sujet. C’est alors que les politiques s’emparent de l’affaire. Les élus locaux commencent à parader à Cambron-les-Châteaux, y allant de leurs beaux discours. Avec le concours des médias, l’événement prend de l’ampleur. Des politiques de plus grande envergure s’intéressent à Félix. Un jeune loup, conseiller du Président de la République, a l’idée géniale de s’approprier l’action de Félix pour y greffer un message porteur. La campagne électorale présidentielle bât justement son plein. Il fallait saisir l’aubaine. Cet album caricature avec jouissance la foire médiatique des politiques qui finalement n’engendre que le désintérêt des électeurs. « Félix ou le grand non », par Durieux et Wesel, aux éditions Quadrants.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quadrants, felix ou le grand non, durieux, wesel |  Facebook |