05/09/2012

1942, à l’ouest, rien de nouveau / Les Brigades du temps, T.1 / Kris, Duhamel / Dupuis

brigadesdutemps1.jpg

 

Les uchronies s’inscrivent fortement dans l’air du temps. Elles sont le prolongement thématique des fictions spatiotemporelles et enrichissent le genre science-fiction, détrôné par le succès de l’heroic fantasy. La science fiction a cependant toujours su rester vivace, alimentée par les découvertes scientifiques, telles que la distorsion spatiale, un phénomène observable qui entraîne une modification du continuum espace temps dans une région de l'espace déterminée. En l’occurrence, il pourrait s’agir de la non-survenance d’un évènement majeur qui aurait pour conséquence un déroulé historique radicalement différent. Mais cette hypothèse empiète sur un terrain plus paradoxal. C’est pourtant le terrain choisi par Kris et Duhamel pour développer une série très prometteuse. L’agence Ukronia veille à la bonne marche de l’Histoire telle que nous la connaissons. Dès qu’un événement susceptible de la modifier survient, elle envoie des agents spécialisés rétablir l’ordre des choses. Pour pimenter l’intrigue, les anomalies sont parfois, souvent, le fait d’actes intentionnels. Ce canevas de départ ouvre largement les possibles et nous prédit de séduisantes chroniques, d’autant plus que les personnages bien campés donnent vie à cette BD au dessin épatant. « 1942, à l’ouest, rien de nouveau », premier tome des « Brigades du temps », par Kris et Duhamel, aux éditions Dupuis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1942, à l’ouest, rien de nouveau, les brigades du temps, kris, duhamel, dupuis |  Facebook |

28/08/2012

L’hôpital des docteurs Toc-toc / Petit Poilu, T.11 / Bailly, Fraipont / Dupuis / coll.Puceron

petitpoilu11.jpg

 

Petit Poilu est un personnage attachant tout noir et poilu. Tous les matins et tous les soirs, un rituel ponctue ses journées, chaque fois un peu différent, parce que la vie ce n’est jamais monotone. Et entre le lever et le coucher, il se passe plein de chouettes aventures. Après un bon petit déjeuner, Petit Poilu reçoit un bisou de sa maman et s’en va à la découverte du monde. Cette fois-ci, il fait connaissance avec l’hôpital des docteurs Toc-Toc. Dans cette clinique un peu particulière, les médecins siamois diagnostiquent une méchant microbe dans le ventre de Petit Poilu. Il va alors apprendre le quotidien d’un malade et la réalité des soins prodigués dans un hôpital, même si celui-ci est un peu toc-toc. Grâce aux bons soins des médecins et infirmières, et aussi d’un nouveau copain qui partage sa chambre et lui remonte le moral, Petit Poilu guérit. De cette histoire faite de simplicité, les plus petits peuvent mieux appréhender l’univers hospitalier, de l’auscultation à la guérison , en passant par la salle d’opération et les appareillages techniques. Pierre Bailly et Céliné Fraipont s’adressent avec une remarquable justesse aux enfants à partir de trois ans, et à leurs parents, avec un nouveau récit tout en images, habilement construit. « L’hôpital des docteurs Toc-toc », onzième tome de cette sympathique série « Petit Poilu », par Bailly et Fraipont, aux éditions Dupuis, collection Puceron.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’hôpital des docteurs toc-toc, petit poilu, bailly, fraipont, dupuis, puceron |  Facebook |

27/08/2012

Les terres basses / Seuls, T.7 / Vehlmann, Gazzotti / Dupuis

seuls7.jpg

 

Un monde déserté, figé, dépourvu d’adultes. Des enfants seuls, laissés à leur triste sort. Des événements mystérieux et une menace sourde et permanente. Voilà quelques-uns des ingrédients clés de cette série attachante bien qu’inquiétante. Le premier cycle avait permis de comprendre ce qui avait engendré cette situation. En réalité, les enfants sont morts et l’endroit dans lequel ils évoluent à présent est une sorte de purgatoire. Il leur est impossible d’en échapper. Et y mourir a pour conséquence d’y ressusciter. Le deuxième cycle, commencé avec l’album précédant, approfondit le questionnement et la découverte des subtilités de cet univers oppressant. Les choses se compliquent. Non seulement, les relations interpersonnelles se révèlent aussi féroces que dans la vraies vie, mais en plus de nouveaux dangers font leur apparition. Des enfants zombies aux yeux rouges tentent de s’emparer des presque-survivants. Quant à la ville, elle s’enfonce inexorablement. Une course contre la montre s’engage. Il s’agit de trouver le moyen de fuir vers les zones en hauteur qui deviennent de plus en plus inaccessibles. Cette série qui s’adresse aux jeunes ados innove constamment et finement. Si la menace s’intensifie, la tendresse trouve aussi une place grandissante et surprenante dans « les terres basses », septième tome de « Seuls », par Vehlmann et Gazzotti aux éditions Dupuis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les terres basses, seuls, vehlmann, gazzotti, dupuis |  Facebook |

14/07/2012

Sauvez la France ! / magazine « Spirou / Dupuis

spirousauvefrance.jpg

 

Le premier tour de l’élection présidentielle met le président sortant Nicolas Sarkozy en fâcheuse posture face au candidat socialiste François Hollande, une situation inédite, d’autant plus interpellante que l’extrême droite fait un score exceptionnellement élevé. Ce résultat est sans doute fortement influencé par le contexte économique désastreux auquel la France doit faire face, le malaise social et le sentiment de peur qui poussent au repli sur soi. Les thèmes abordés pendant la campagne et l’attitude des candidats, sauf exception, manquent de mise en perspective, privilégiant les émotions au détriment d’une vraie réflexion. Ca a du remuer dans les chaumières. Les enfants et ados s’en sont pris plein les oreilles sans toujours comprendre de quoi il retourne alors que c’est leur avenir qui est en jeu. Le journal de Spirou leur propose des pistes de compréhension et a fait appel à l’imagination de ses auteurs pour trouver des solutions inédites. La créativité a toujours été le premier pas vers l’innovation, et l’innovation vers le développement des civilisations. L’humour en BD représente quant à lui une planche de salut, dans tous les sens du terme. Il permet de désamorcer les tensions, justement exacerbées en cette période de jeu politique intense. « Sauvez la France ! », numéro spécial élection présidentielle du magazine « Spirou » aux éditions Dupuis.

 

 

M.Descornet

 

12:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sauvez la france !, spirou, dupuis |  Facebook |

12/12/2011

La Princesse de sang / T.2 / Cabanes, Manchette / Dupuis / coll.Aire libre

 

Il y a cinquante ans, la révolution cubaine voyait Fidel Castro monter au pouvoir. C’est pendant cette période enflammée qu’une chasse à l’homme se déroule dans la Sierra Maestra, ou plutôt une chasse à la femme. La photographe Ivory Pearl est convaincue d’avoir retrouvé la nièce d’un homme influent. Cette femme serait donc Alba Black, petite fille disparue lorsqu’elle avait six ans lors du massacre de toute sa famille. Ivory et Alba ont un commando de mercenaires à leurs trousses. Elles semblent pourtant bénéficier de l’aide providentielle d’un mystérieux tireur à l’arc embusqué. Et puis, il y a Robert Messenger, un ami de Ivory, qui tente de la secourir mais se fait capturer par les mercenaires. La tension est palpable, d’autant plus que cet enfer vert est quadrillé en tous sens par l’armée de Fidel Castro. Max Cabanès propose une interprétation magistrale du dernier roman de Jean-Patrick Manchette. Il restitue admirablement le suspens de la situation de plus en plus précaire des deux femmes à cours de nourriture, épuisées, au bord de la rupture. Ce récit a tout du thriller à cordeau tendu, doublé d’une aventure palpitante qui se conclut par un final en apogée, le tout sur un fond historique et géographique sensible. Remarquable ! « La Princesse de sang », second tome, par Cabanes et Manchette, aux éditions Dupuis, collection Aire libre.

 

20:52 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la princesse de sang, cabanes, manchette, dupuis, aire libre |  Facebook |

08/12/2011

L’Angélus / Giroud, Homs / Dupuis / coll.Secrets

 

L’Angélus ,Giroud, Homs , Dupuis ,Secrets

Les secrets de famille enveniment souvent les relations sur des générations successives. Il sont parfois si bien enfouis qu’ils distillent leur poison insidieusement. Dans le cas de Clovis Chaumel, c’est une réminiscence ténue qui pointe le bout de son nez. Tout s’est déclenché lors d’une visite impromptue au musée d’Orsay. Clovis s’y est rendu sur une impulsion inexpliquée. Devant une toile de Millet, l’Angélus, Clovis est soudainement pris d’un malaise. Il entreprend alors de mener une enquête sur ce tableau représentant un couple de paysans en prière devant un panier de fruits. Salvador Dali vouait une véritable fascination à ce tableau. Il prétendait que le panier, surpeint, dissimulait en réalité un cercueil d’enfant. Les rayons X ont donné raison à Dali. Ce fait troublant inspire des pistes à Clovis, d’autant plus que sa maman refuse de répondre à ses questions sur un éventuel enfant mort-né. Cette quête de vérité va transformer Clovis. Il abandonne son emploi de pâle représentant de commerce. Il se rapproche équivoquement de la prof d’art plastique de son fils. Sa femme, excédée, le pousse à partir et il élit domicile dans une camionnette. En plus, il a un myélome et aucun donneur de moëlle. Ce récit méticuleusement construit, d’une lisibilité étonnante, est servi par une mise en page et un dessin semi-réaliste époustouflants. « L’Angélus », par Giroud et Homs, aux éditions Dupuis, collection Secrets.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’angélus, giroud, homs, dupuis, secrets |  Facebook |

06/12/2011

Darius / Park / Alter Ego / Dupuis

 

Darius, Park, Alter Ego, Dupuis

La série concept « Alter Ego » se poursuit à un rythme de parution tout à fait agréable pour les lecteurs, même si, vu l’idée globale, il aurait été préférable de publier les six tomes simultanément. « Alter Ego » part du principe qu’il y a plusieurs points de vue pour découvrir une réalité. Et que ces différents angles n’offrent pas toute l’information pour appréhender cette réalité. C’est évidemment et fondamentalement ce que nous vivons dans la vraie vie. Aucun d’entre nous n’a le don d’ubiquité. Nous ne voyons donc qu’une partie de notre environnement. Le scénariste Renders a choisi de nous raconter six histoires distinctes qui se chevauchent et qui nous donnent chacune un éclairage sur une situation donnée via le parcours d’un personnage. Darius a perdu sa femme et son enfant. Pour donner un sens à son existence, il postule comme ange gardien auprès d’une société de protection rapprochée et surtout discrète. Il a pour mission de protéger malgré lui un jeune dealer turbulent. En cas d’infaisabilité due au sujet, il existe une alternative. La personne protégée peut être placée sous haute surveillance dans un lieu isolé. Park est quant à lui un jeune Coréen qui se la coule douce sur une île paradisiaque, entouré de filles superbes et de copains sympas. Mais Park a la mémoire qui flanche. « Darius » et « Park », deux albums de la série « Alter Ego », aux éditions Dupuis.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : darius, park, alter ego, dupuis |  Facebook |