09/03/2012

Le rossignol de Stepney / Les Quatre de Baker Street, T.3 / Djian, Blaise, Etien / Vents d’Ouest

 

Sherlock Holmes, le héros de Sir Arthur Conan Doyle, a toujours inspiré de nombreux auteurs. Le cinéma s’en est également emparé avec plus ou moins de succès. L’interprétation qui envahit nos salles actuellement, avec Robert Downey Junior dans le rôle titre, figure certainement parmi les plus appréciables. EN BD, ce sont les « Quatre de Baker Street » qui tiennent le haut du pavé. Quoique justement ce ne soit pas le haut du pavé que les protagonistes principaux occupent. Le célèbre détective de la City londonienne s’est trouvé quatre jeunes adjoints, quatre gamins des rues épris de justice et fans absolus de Sherlock Holmes. Si leurs deux premières aventures n’impliquaient que de manière très anecdotique leur maître à penser, c’est lui qui leur confie directement cette troisième affaire. Elle ne recèle apparemment rien de bien trépidant. Il s’agit d’une filature, celle d’un jeune Lord qui vient d’hériter de son père et qui se complaît dans les frasques, au grand dam de sa mère. Le jeune homme est secrètement amoureux de la ravissante fille du tenancier d’un théâtre harcelé par des créanciers. Une fois encore, les auteurs arrivent à donner souffle à des situations et des ressorts narratifs communs, grâce aussi à une mise en images remarquablement travaillée. « Le rossignol de Stepney », troisième tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Blaise et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le rossignol de stepney, les quatre de baker street, djian, blaise, etien, vents d’ouest |  Facebook |

22/02/2012

Blanche / Le grand mort, T.3 / Loisel, Djian, Mallié / Vents d’Ouest

 

le-grand-mort-3.jpg

Erwan a vécu une expérience incroyable grâce à Cristo, un vieil ermite qui lui a fait découvrir un monde parallèle. Quelques gouttes d’un produit magique dans l’œil et il est propulsé dans une forêt peuplée de petits êtres étranges. Son amie Pauline a également vécu cette expérience mais n’est pas revenue dans leur monde d’origine au même moment. Ils se sont perdus de vue. Erwan se lance à sa recherche, une quête fastidieuse qui le mène d’un appartement à un autre. Pauline semble fuir quelque chose ou quelqu’un tant sa piste s’estompe au fur et à mesure des investigations d’Erwan. Celui-ci fait la connaissance de Gaëlle, la meilleure amie de Pauline. Ensemble, ils poursuivent les recherches et découvre que Pauline est devenue maman d’une petite fille d’environ trois ans. Erwan se pose des questions à ce sujet car il est impossible que Pauline ait un enfant de cet âge. Les réponses se trouvent sûrement dans l’autre monde, là où lui aussi a connu une expérience troublante. Les liens se tissent doucement entre les protagonistes et entre les deux réalités. Le récit avance très lentement. Les auteurs ne livrent que parcimonieusement les éléments de compréhension. Et pourtant, le lecteur ne s’ennuie pas une minute, malgré l’impression de statisme. « Blanche », troisième tome de « Le grand mort », par Loisel, Djian et Mallié, aux éditions Vents d’Ouest.


M.Descornet

 

22:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blanche, le grand mort, loisel, djian, mallié, vents d’ouest |  Facebook |

27/05/2010

Le Dossier Raboukine / Les Quatre de Baker Street, T.2 / Djian, Legrand, Etien / Vents d’Ouest

4bakerstreet2

Les quartiers mal famés du Londres de la fin du dix-neuvième siècle sont un terrain idéal pour des histoires de tueurs impitoyables, agissant au détour d’une ruelle sombre, noyée dans le brouillard. Le célèbre Jack l’Eventreur y avait défrayé la chronique en assassinant sauvagement de nombreuses prostituées. Il semble qu’il ait fait un émule puisqu’après une longue accalmie des femmes de mauvaise vie se font à nouveau trucider. Parmi elles, Sally, une dame qui s’était occupée d’un des quatre enfants de Baker Street. Nous découvrons ainsi une part du passé de Billy. Et c’est le départ dune nouvelle enquête pour ces investigateurs en herbe qui se targuent d’être les assistants du fameux Sherlock Holmes. C’est en allant voir le détective que les Quatre rencontrent une jeune femme venue faire appel à ses services. C’est une immigrée russe qui tente d’innocenter son compagnon, accusé de meurtre. Et c’est là que les deux affaires se recoupent. Les Quatre vont alors mettre leur savoir-faire au service d’un groupe clandestin d’activistes anti-tsaristes. Un scénario magistralement bien huilé, qui vous tient en haleine du début à la fin, servi par un superbe dessin, à la fois léger et très fouillé, le tout d’une fluidité exemplaire. Une remarquable prouesse dans le registre de la BD grand public. « Le Dossier Raboukine », deuxième tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Legrand et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : legrand, djian, vents d ouest, les quatre de baker street, etien, le dossier raboukine |  Facebook |

24/05/2010

L’Héritier / L’Ecole Capucine, T.2 / Djian, Vincent / Vents d’Ouest

capucine2

Ca se passe au milieu du dix-neuvième siècle dans un petit village de Bretagne. Une femme fortunée, originaire du cru, revient après des années d’absence, en compagnie de son mari, un homme brimé par cette femme imbue d’elle-même. Un jeune garçon a traversé le temps pour ouvrir les yeux de cet adulte qu’il est devenu. Des événements étranges se multiplient. Le premier tome lançait de nombreuses pistes et multipliait également les personnages entourés d’un profond mystère. La densité extraordinaire laisser présager une fin redoutable à ce récit bien charpenté. Et puis voilà le deuxième opus avec la conclusion de l’histoire et le soufflé se dégonfle pathétiquement. La trame savamment tissée devient un indescriptible patchwork, un bric-à-brac narratif décevant qui laisse le lecteur pantois. Les révélations sur les motivations des uns et des autres viennent sans crier gare et sans logique. Les personnages s’affadissent tristement pour ne montrer qu’un visage lisse. On dirait que Djian a voulu boucler son album en engluant le lecteur dans un inextricable méli-mélo. Il aurait été mieux inspiré de le caresser dans le bon sens du poil, quitte à se permettre un troisième album pour éviter certains raccourcis et incohérences. Le résultat est calamiteux. Seul le dessin de Vincent sauve la mise. « L’Héritier », deuxième tome de « L’Ecole Capucine », par Djian et Vincent, aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vincent, djian, vents d ouest, l heritier, l ecole capucine |  Facebook |

03/03/2009

L’affaire du Rideau Bleu / Les Quatre de Baker Street, T.1 / Djian, Legrand, Etien / Vents d’Ouest / coll.Hors Collection

Ce récit se situe dans le Londres de l’époque victorienne, rendue célèbre par Jack l’Eventreur et Sherlock Holmes. Si la noirceur de Jack transpire dans ces pages, c’est la lumière de Sherlock qui aura le dernier mot. Trois gosses des rues survivent dans cet univers dangereux. Ils y ont trouvé leurs ressources. Leur connaissance du milieu leur a même permis de décrocher un petit job. Leur employeur ponctuel n’est autre que Sherlock Holmes. Le célèbre détective fait appel à Billy, Charlie et Black Tom pour collecter des informations dans les bas-fonds, parmi la racaille. Un jour, une petite marchande de fleurs se fait kidnapper sous les yeux de Black Tom qui en est amoureux. Les trois gamins vont devoir se débrouiller tout seuls et se montrer digne des leçons apprises de Sherlock, justement parti à l’étranger. Ils vont mener leur enquête auprès des pires canailles de l’East End. Le dessin, fluide et beau, est mis en valeur par des variations de plans dynamiques. Une remarquable documentation apporte une belle crédibilité au récit. Quant au  scénario, il déborde d’astuces, tout en retenue. Cette BD rythmée a trouvé le ton juste entre la légèreté de l’enfance et le sérieux du sujet, les conditions de vie exécrables à cette époque. « L’affaire du Rideau Bleu », premier tome des « Quatre de Baker Street », par Djian, Legrand et Etien, aux éditions Vents d’Ouest.


BD commentée par Marc Descornet

14/02/2009

Pauline / Le Grand Mort, T.2 / Djian, Loisel, Mallié / Vents d’Ouest

C’est l’histoire de Pauline, une étudiante en sciences économiques qui décide de passer un peu de temps au Bretagne pour réviser dans un paisible cadre de verdure. Une panne de voiture va l’obliger à demander de l’aide à Erwan, jeune gars sympa mais un peu taiseux et renfermé. De fil en aiguille, Pauline va se retrouver en compagnie d’Erwan dans une autre dimension, un monde parallèle, peuplé de créatures étranges. Erwan y a un rôle à jouer. Il doit rétablir la paix entre les différents groupes. Mais Pauline n’y absolument pas sa place. Son escapade va se révéler lourde de conséquences. Le temps, dans cet univers parallèle, ne s’écoule pas de la même manière que dans notre réalité. Quand Erwan revient dans son espace-temps, plusieurs années se sont écoulées. Pauline l’a précédé. Erwan va tenter de la retrouver, mais son parcours semble chaotique. Erwan se livre à une véritable investigation sur les traces d’une Pauline insaisissable. Elle a déménagé à des intervalles très courts. Nous ne verrons pas Pauline mais nous comprendrons que sa vie a été complètement chamboulée. Les auteurs profitent de ce bon dans le futur pour nous proposer leur vision d’anticipation sur ce que nous réservent des lendemains pas trop éloignés, avec une société en proie à la déliquescence sociale. « Pauline », deuxième tome du « Grand Mort », par Djian, Loisel et Mallié, aux éditions Vents d’Ouest.


BD commentée par Marc Descornet

07:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauline, djian, mallie, loisel, vents d ouest, le grand mort |  Facebook |