20/06/2012

Ellen / Destins, T.14 / Giroud, Durand / Glénat / coll.Grafica

destins14.jpg

 

Cet album est la conclusion d’une série concept qui nous aura trimbalé dans plusieurs directions, plusieurs destins qu’auraient pu vivre Ellen Baker, une femme militante engagée, mère de deux enfants, épouse d’un avocat aux dents longues. Ellen a commis une erreur de jeunesse qui la rattrape aujourd’hui. Elle a tué quelqu’un mais n’a jamais été identifiée. A présent, c’est une autre qui est accusée à sa place et qui risque la peine de mort. Face à ce dilemme, Ellen a fait un choix. Mais si elle en avait fait un autre, il n’est pas sûr que son destin aurait été radicalement différent. Ellen se trouve internée dans une institution psychiatrique. L’arrivée d’un nouveau directeur va provoquer un changement. Ellen s’ouvre à lui. Les événements qui vont suivre provoquent une prise de conscience libératrice qui va offrir à Ellen un nouveau destin, à moins que ce ne soit tout simplement celui qui était tracé pour elle depuis le début. Cette série se conclut par un message maintes fois ressassé mais qui mérite de l’être. Par contre, au bout de quatorze albums, on a envie de se dire « tout ça pour ça ?! » ; avec le sentiment que tout aurait pu être dit efficacement sans infliger au lecteur de telles dépenses et avec des albums de qualité parfois médiocre. Heureusement, Michel Durand replace graphiquement la barre très haut pour ce quatorzième tome de « Destins », « Ellen », scénarisé par Giroud, aux éditions Glénat, collection Grafica.


M.DESCORNET

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ellen, destins, giroud, glénat, grafica |  Facebook |

13/01/2012

La prison / La vengeance / Destins, T.12 & T.13 / Sicomoro, Pellejero, Giroud, Richaud, Makyo / Glénat / coll.Grafica

 

Voici les derniers pas vers la conclusion de cette série bâtie sur un concept déconcertant. Une femme, Ellen, est placée face à un choix difficile. Soit elle assume une erreur tragique de jeunesse et perd tout ce qu’elle a, en causant le désespoir de sa famille, soit elle ne fait rien est doit vivre avec l’exécution d’une innocente sur la conscience. Au départ de cette situation, Frank Giroud a imaginé développer plusieurs histoires selon le choix qu’aurait fait Ellen, plusieurs destins possibles se réalisent alors dans des albums parallèles qui sont amenés à converger vers une conclusion unique. Après un départ interpellant, les différentes ramifications s’avèrent fort inégales en qualité et laisse une impression très mitigée, pour ne pas dire peu convaincante. Le dernier tome devra vraiment apporter un épilogue époustouflant pour faire pardonner les égarements des autres épisodes. L’utilité narrative de certains laisse franchement dubitatif. Quant aux styles graphiques, ils se situaient parfois aux antipodes l’un de l’autre, avec de grosses déceptions de dessinateurs confirmés. Heureusement, avec ces douzième et treizième tome de « Destins », Sicomoro et Pellejero livrent tous deux une excellente performance. Les scénarios de Giroud, Richaud et Makyo se défendent également bien. « La prison » et « la vengeance » aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la prison, la vengeance, destins, sicomoro, pellejero, giroud, richaud, makyo, glénat, grafica |  Facebook |

22/12/2011

Destins/ T.10 : Le mur / T.11 : L’ancêtre / Giroud, Germaine, Goethals, Matz, Béhé / Glénat

 

Nous arrivons tout doucement a terme de cette série concept. Les fils du destin commencent donc à se rejoindre pour Ellen. Cette femme au passé tourmenté a reconstruit sa vie. Elle a fondé une famille avec un homme influent à l’avenir prometteur. Ils ont deux enfants. Ellen consacre sa vie professionnelle aux causes humanitaires, comme pour se racheter d’une faute. Ellen n’a pourtant pas la conscience tranquille. Ses actes de jeunesse ont conduit une innocente dans le couloir de la mort. Ellen doit à présent faire un choix, soit se livrer à la justice et assumer son passé au risque de causer la détresse de sa famille, soit laisser commettre une injustice et malgré tout oser se regarder devant un miroir et continuer à inculquer des valeurs à ses enfants. Au-delà de ces deux voies, d’autres dilemmes se présenteront forcément. D’autres décisions cruciales détermineront son destin, ou plutôt les multiples possibles de son destin. Mais au final, l’issue est toujours fatale. Il n’y a aucun mystère quant au terme de la vie. Nous finissons tous par mourir. Ce qui compte, c’est ce que nous faisons entre les deux moments clés de notre existence, notre naissance et notre décès. Nous sommes capables de maîtriser notre destinée. Notre vie nous appartient totalement. « Destins, tome 10 : Le mur, et tome 11 : L’ancêtre », par Giroud, Germaine, Goethals, Matz, et Béhé, aux éditions Glénat.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : destins, le mur, l’ancêtre, giroud, germaine, goethals, matz, béhé, glénat |  Facebook |

09/02/2011

Destins / T.8: Family Van / T.9: Le Procès / Giroud, Malnati, Bonifay, Berlion, Lapière / Glénat

destins 9.jpg

« Destins » est ce qu’on appelle une série concept. Frank Giroud se profile comme un spécialiste du genre. Sa série « Le Décalogue » avait produit l’effet d’un événement éditorial majeur. Le succès a engendré des séquelles, des sous-séries s’attachant à l’un ou l’autre personnage, mais aussi des séquelles purement éditoriales avec reprise du concept de concept. Ce choix revêt un sérieux risque car le public doit se montrer réceptif, ouvrir largement sa bourse ou casser sa tirelire pour acquérir la bonne dizaine d’albums qui forment un tout et qui sont publiés à un rythme soutenu. Cette rapidité de publication satisfait le lecteur avide de connaître la suite. Le revers de la médaille, c’est la disparité des styles graphiques. Car produire une telle quantité ramassé sur un laps de temps restreint nécessite la délégation à plusieurs dessinateurs. Conserver un unité relève dès lors du vrai défi. Ces deux tomes concomitants relèvent le gant avec talent. Le trait précis et fluide de Malnati défend bien le « Family Van » de Bonifay. Et Berlion s’empare remarquablement de l’écriture narrative engagée de Lapière dans « Le Procès ». Ce sont les huitième et neuvième tomes très réussis de « Destins », aux éditions Glénat, un série imaginée et supervisée par Giroud.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : destins, family van, le procès, giroud, malnati, bonifay, berlion, lapière, glénat |  Facebook |

08/11/2010

Destins / T.6: Déshonneurs / T.7: Une belle histoire / Giroud, Kris, Mezzomo, Rodolphe, Serrano / Glénat / coll.Grafica

destins6+7.jpg

Ces deux albums proposent deux bifurcations d’un même destin, un même point de départ et un même point d’arrivée. Avec entre les deux une aventure influencée par des choix. C’est le leitmotiv de cette série. Notre destin nous réserve plusieurs chemins en fonction de nos choix mais aussi en fonction des aléas, de l’impondérable. Le sixième tome est une excellente BD, admirablement construite et servie par un dessin chaud et expressif. Ruez-vous chez votre libraire. Par contre, oubliez le septième tome, qui est certes graphiquement irréprochable, mais terriblement convenu au niveau du scénario. C’est l’histoire d’une femme un peu désemparée, un peu fragile, qui tombe amoureuse d’un homme rassurant, malheureux en amour puisque ses conquêtes féminines disparaissent toutes. Le couple se retire dans son bungalow au bord d’un lac. L’homme interdit à la femme de plonger, prétextant une faune hostile. Mais, profitant d’un voyage du monsieur, la belle n’en fait qu’à sa tête et découvre les corps des précédentes compagnes. L’homme revient en avance. Furieux d'avoir été trahi, il s'apprête à la tuer comme les précédentes mais elle est secourue in extremis. Il s’agit ni plus ni moins d’une resucée du conte populaire « Barbe Bleue », immortalisé par Perrault. Hautement dispensable ! Ne gardez que « Déshonneurs » le sixième tome de « Destins ».

 

BD commentée par Marc Descornet

 

22:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : destins, déshonneurs, une belle histoire, giroud, kris, mezzomo, rodolphe, serrano, glénat, grafica |  Facebook |

10/05/2010

Le hold-up / Destins, T.1 / Giroud, Durand / Glénat / coll.Grafica

destins 1

Michel Durand avait dessiné la série « Cuervos » et lui avait donné une dynamique très particulière, un trait chargé de révolte ou de rage. Ici, il donne corps à une histoire aux accents révolutionnaires. Nous découvrons un épisode déterminant dans la vie de Ellen Baker. Alors étudiante, elle s’éprend de Greg, un pompiste qui traîne un passé d’activiste dans une ONG dont il s’est fait viré pour avoir finalement pris les armes. Mais Greg est en couple avec Jane, une étudiante également, très engagée et qui appelle à la révolution sur le campus. Mais le jour où Greg décide de poser un acte révolutionnaire, ce n’est pas Jane qui répond à son appel, c’est Ellen. Malheureusement, leur action se déroule mal et trois personnes sont tuées, dont Greg. Ellen prend la fuite. Les enquêteurs orientent leurs soupçons vers Jane pour ses activités sur le campus et parce qu’elle n’a pas d’alibi. Ellen se trouve face à un terrible dilemme : se dénoncer ou laisser une innocente payer pour elle. Un coup de théâtre va lui éviter ce choix. Le nouveau petit ami de Jane lui offre un alibi. Ce coup de pouce du destin n’est que provisoire. Ellen n’échappera pas, justement, à son destin. Cet album est le socle d’une BD concept qui nourrit la réflexion sur la maîtrise de notre vie. « Le hold-up », premier tome de « Destins », par Giroud et Durand, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, durand, grafica, giroud, destins, le hold-up |  Facebook |

19/04/2010

Destins / T.2: Le Fils / T.3: Le Piège africain / Glénat / coll.Grafica

destins2-3

Après le succès de séries telles que « Le Décalogue », conçues dans une globalité sur un modèle original, voici une nouvelle série concept, signée Frank Giroud. Cette fois, nous suivons le destin d’Ellen Baker, une femme engagée dans un combat humanitaire au sein d’une ONG. Ellen est mariée à un avocat ténor du barreau promis à une carrière politique fulgurante. Elle a deux enfants, un adolescent rebelle et une fillette câline. C’est donc une femme exemplaire. Un article de journal va pourtant faire basculer sa vie. Un rebondissement dans une affaire criminelle ancienne va coûter la vie à une innocente, condamnée à mort. Ellen est la seule à pourvoir la disculper puisque c’est elle qui avait commis le crime. Elle se trouve face à un choix cornélien : se taire et vivre avec une mort injuste sur la conscience ou se dénoncer et compromettre la carrière de son mari et surtout briser la vie de ses enfants. C’est ici que la série prend deux tournants et que le destin d’Ellen devient pluriel. Frank Giroud s’est entouré de scénaristes et de dessinateurs de grand talent. Signalons particulièrement le traitement graphique apporté par Daphné Collignon, un travail remarquable donnant sa pleine mesure à un récit dense et intelligent. « Destins », deuxième et troisième tomes, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, grafica, destins, le fils, le piege africain |  Facebook |