02/10/2011

Pizza connection / Cosa Nostra, T4 / Clarke / Le Lombard

 

La mafia sicilienne n’aura plus aucun secret pour vous grâce à cette série didactico-humoristique. C’est du moins l’ambition de l’auteur qui nous avait déjà révélé tous les dessous de l’administration de George Bush Junior dans « Mister President ». Après l’élection de Barack Obama, il passé à la caricature d’un autre gros morceau de la corruption et de la violence, la Cosa Nostra, la mafia sicilienne pur jus. Le parrain ne pouvait qu’afficher les traits de Don Vito Corleone, tel qu’il était incarné au cinéma par Marlon Brando. Ce méchant typique est secondé par un fidèle homme de main judicieusement dénommé Abruto. Nous les suivons dans leurs occupations quotidiennes, du racket au règlement de compte sanglant. Et puis, le fondement de la mafia, c’est la famille. Il n’y a dès lors rien de plus important que d’assurer la succession en prodiguant de précieux conseils et une formation sérieuse à ses descendants. Ils doivent apprendre à mélanger correctement le ciment, que les cadavres ne remontent pas à la surface lorsqu’ils sont immergés. Ils doivent aussi maîtriser l’art du kidnapping sans bavure. Malgré la bonne tenue générale de cet album, la qualité baisse d’un cran (de sureté) par rapport aux précédents. Clarke semble nettement s’essouffler, peut-être suite à un séjour en eaux profondes, lesté d’un bon gros bloc de béton. « Pizza connection », quatrième tome de « Cosa Nostra », par Clarke, chez Le Lombard.

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pizza connection, cosa nostra, clarke, le lombard |  Facebook |

19/05/2010

Cosa Nostra / T.1 Sicilia Bella / T.2 La Mano Nera / Clarke / Le Lombard

cosanostra1
« Ce qui est à nous », telle est la traduction approximative de « Cosa Nostra », une expression qui désigne l’organisation criminelle la plus notable et la mieux ancrée sur un territoire, la mafia sicilienne. La mafia a des ramifications partout mais la vraie, la pure et dure, celle qui impose le respect, c’est en Sicile qu’elle sévit. Les rouages de la société y sont totalement englués, phagocytés par les mafieux. Tout ce qui génère du business apporte des fonds à la mafia. Chaque commerçant verse sa dîme, une sorte d’assurance de ne pas être embêté, d’être éventuellement défendu si des gangsters de l’extérieur s’en prennent à eux, et de rester en vie tant qu’ils paient et qu’ils ne font pas de vagues. Après s’être attaqué avec l’humour, une arme de destruction massive, au président des Etats-Unis dans « Mister President », et depuis la retraite de George Bush Junior, Clarke a décidé de reprendre un autre cheval de bataille. Il démonte avec dérision et un humour férocement cynique les fondements de la Cosa Nostra, le grands travers et les petites manies des mafieux siciliens. C’est jouissif, même si ça n’a pas toute la saveur de « Mister President ». Il faut dire que le sujet prête moins à rire de lui-même. « 
Cosa Nostra », Tome 1 : « Sicilia Bella », Tome 2 : « La Mano Nera », par Clarke, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, le lombard, cosa nostra, sicilia bella, la mano nera |  Facebook |