27/12/2011

Refoulement / Doppelgänger, T.2 / Corbeyran, Bec / Soleil

 

Christophe Bec est un spécialiste des ambiances oppressantes propres au récit d’horreur. Ici, sur un scénario d’Eric Corbeyran, il reste dans le registre surnaturel avec le phénomène du Doppelgänger. Ce terme d’origine allemande désigne un double métaphysique, une sorte de fantôme de vous-même qui aurait pris corps et viendrait vous hanter. Dans le cas de Germain, il se découvre un mystérieux double qui apparaît furtivement, surtout depuis qu’il a hérité d’un manoir en ruine dans un village reculé. Il s’y passe d’étranges événements. Un volcan éteint cause la destruction de son manoir, ce qui n’est pas plausible. Dans le village, Nelly, une jeune femme hagarde et solitaire attise la curiosité de Germain. Il fait la connaissance de Franek, un médium à la retraite qui va l’aider à faire la lumière sur les phénomènes inexplicables qui l’entourent. Franek explique à Germain le principe du Doppelgänger. Il affirme même que c’est une réalité et qu’il en est la preuve vivante. En fait, il serait plus juste de parler de preuve morte. Car Franek n’a pas de pouls. Il est froid comme un cadavre. Des caractéristiques qui se retrouvent également chez Nelly. Mais cela n’explique pas la présence du sosie parfait de Germain. Si ce n’est pas un cousin, ce pourrait être son frère jumeau, s’il en avait un. « Refoulement », deuxième tome de « Doppelgänger », par Corbeyran et Bec, aux éditions Soleil.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : refoulement, doppelgänger, corbeyran, bec, soleil |  Facebook |

23/10/2011

Une Affaire de famille / Urban vampires, T1 / Corbeyran, Kowalski / Vents d’Ouest / coll.Fantastique

 

Cette BD peine à démarrer. On a le sentiment que les auteurs tournent autour du pot sans se décider à assumer leurs intentions, intentions qui restent d’ailleurs nébuleuses. Tant les personnages que le récit en lui-même ne prennent de véritable consistance. La thématique centrale semble être la construction d’une famille recomposée, avec tout ce que cela implique comme difficultés relationnelles et leur gestion par les deux chefs du nouveau ménage, chacun amenant sa propre marmaille dans le foyer. Les enfants peuvent très bien s’accommoder les uns des autres, voire s’entendre à merveille, comme ils peuvent également entrer en compétition affective avec férocité, et selon leur maturité. Cette construction familiale se complique ici par une particularité du côté de madame. Ce seraient apparemment des vampires. Rien n’est certain. Ce flou peut se révéler une force pour le récit. Il peut tout aussi bien le miner gravement. L’exercice est périlleux et, dans ce cas-ci, la sauce ne prend pas. Supposons que, comme pour une mayonnaise, il faille se montrer patient. Attendons donc la suite pour se forger une opinion plus tranchée, pourvu qu’elle se concrétise par une savoureuse surprise. « Une Affaire de famille », premier tome de « Urban vampires », par Corbeyran et Kowalski, aux éditions Vents d’Ouest, collection Fantastique.

 

12:06 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : une affaire de famille, urban vampires, corbeyran, kowalski, vents d’ouest, fantastique |  Facebook |

10/10/2011

Epilogue / Uchronies, T10 / Corbeyran, Chabbert / Glénat / coll.Grafica

 

Les séries concepts ont le vent en poupe depuis le succès du « Décalogue ». L’avantage est triple. Pour l’éditeur, c’est une façon de fidéliser un public et de faire découvrir des dessinateurs qui y font leurs premières armes. Pour le lecteur, c’est une garantie de budget, avec un nombre d’albums délimité et la certitude de connaître la fin de l’histoire. Pour les auteurs, c’est un magnifique espace d’expression de longue haleine, une opportunité de développer une idée plus en profondeur. Dans « Uchronies », Corbeyran imagine trois univers parallèles qui interagissent. Il y place des personnages qui existent simultanément dans ces trois dimensions et qui vivent une série d’événements aux conséquences multiples en fonction de leur environnement. Le contraste est majeur entre les trois réalités. Nous sommes dans un futur proche. La Big Apple a évolué de trois manières différentes, devenant New York, New Harlem ou New Byzance. Au cœur de l’intrigue, en trait d’union, une découverte technologique inouïe nommée la fusion noire et qui permet de voyager entre les mondes. Et puis, il ya les prescients, des hommes capables de percevoir l’avenir. Enfin, il y a le pouvoir, convoité dans toutes les alternatives. Mais l’intrigue ambitieuse ne tient pas toutes ses promesses et les personnages manquent de relief. « Epilogue », dizième tome de « Uchronies », par Corbeyran et Chabbert, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

19:22 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epilogue, uchronies, corbeyran, chabbert, glénat, grafica |  Facebook |

07/10/2011

Station orbitale / Métronom, T2 / Corbeyran, Grun / Glénat / coll.Grafica

 

Voici un bel exemple de science-fiction pur jus. Dans un monde futuriste, une mission spatiale s’est mal déroulée. L’équipage a été mis en quarantaine. Parmi eux, Doug Forester, le mari de Lynn dont nous suivons la parcours. Lynn est une activiste anti-gouvernementale. Son engagement reste malgré tout modéré. Elle se contente de participer à des représentations théâtrale caustiques, mises en scène par un groupe de vrais militants. Ceux-ci hésitent à intégrer pleinement Lynn dans leur cercle très fermé, et surtout à l’impliquer dans une action en cours. Ils projettent de distribuer un exemplaire d’un livre subversif intitulé Métronom à tous les agents d’un ministère, histoire de leur ouvrir les yeux sur leur employeur. Cette opération est hautement risquée car la pouvoir en place n’est pas tendre avec les réfractaires. Le journaliste Floréal Linman en sait quelque chose. Pour avoir écrit des articles acerbes, il est dans le collimateur de la justice. Alors, quand un exemplaire du livre subversif est découvert, Linman est soupçonné d’en être l’auteur et mis en détention. Il est condamné à revivre sans cesse les événements douloureux qui ont coûté la vie à sa femme et à son enfant. La narration s’étoffe mais au détriment de la clarté du propos, ce qui donne une impression d’errance. « Station orbitale », deuxième tome de « Métronom », par Corbeyran et Grun, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : station orbitale, métronom, corbeyran, grun, glénat, grafica |  Facebook |

15/12/2010

Uchronie[s] / New York, T.3 / Corbeyran, Defali / Glénat

ny-uchronies3.JPG

Au cœur de cette série se trouve une hypothétique matière noire dont la maîtrise permettrait de voyager entre des univers parallèles. Il est approprié de parler d’hypothèse en l’occurrence puisque cette idée développée par Corbeyran et mise en cases par une pléiade de dessinateurs repose bel et bien sur une base scientifique, ou du moins une théorie élaborée dans le domaine de la physique quantique, aussi appelée mécanique quantique. Cetet discipline étudie les phénomènes fondamentaux à l'œuvre dans les systèmes physiques, plus particulièrement à l'échelle atomique et subatomique. Un des fondements en est la constante de Planck. Elle fut développée au début du vingtième siècle par une dizaine de physiciens américains et européens, afin de résoudre différents problèmes que la physique classique échouait à expliquer, comme par exemple le rayonnement du corps noir, présent un peu partout dans l’espace. De nombreux résultats très concrets ont découlés de ces recherches. La mécanique quantique se révéla être très féconde en résultats et en applications diverses. Elle constitue un des socles de la physique moderne, même si elle comporte de profondes difficultés conceptuelles, terreau idéal pour de bonnes histoires de science-fiction bien tordues comme « Uchronies », dont l’album « New York, tome trois » conclut un des cycles parallèles. Il est signé Corbeyran et Defali, aux éditions Glénat.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uchronie[s], new york, corbeyran, defali, glénat |  Facebook |

13/12/2010

Camille / Pulsions, T.4 / Corbeyran, Malka, Defali / 12 bis

pulsions-2.jpg

La pulsion est définie par Freud comme une poussée ponctuelle et motrice qui vise à une satisfaction et est le moyen initial de cette satisfaction. Les pulsions dans la théorie freudienne se situent à l'articulation des relations entre le corporel et le psychique ce qui constitue un sujet particulièrement complexe, mais aussi un sujet extraordinairement captivant. Parmi les pulsions les plus remarquables, le sadisme fait bonne figure. Le sadisme fut essentiellement rattaché par Freud à l'activité sexuelle à proprement parler. Mais le sadisme désigne plus largement la volonté d'infliger de la souffrance au-delà de la sexologie. Le sadisme se comprend alors comme manifestation d'une pulsion de mort, mêlée à une pulsion sexuelle, mais renvoyant à la sexualité psychique plus qu'à un acte à proprement parler. Nous avons tous des penchants sadiques, de même que névrotiques de toutes sortes mais dans des proportions dérisoires qui forment en réalité notre équilibre d’être humain normal. Le passage à l’acte reste l’exception, surtout dans ses formes les plus extrêmes. Dans cette BD perturbante se côtoient plusieurs personnages qui cèdent justement à des pulsions de diverses natures, suite à des traumatismes ou pour d’autres raisons obscures. Une BD fascinante : « Camille », quatrième tome de « Pulsions », par Corbeyran, Malka et Defali, aux éditions 12 bis.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camille, pulsions, corbeyran, malka, defali, 12 bis |  Facebook |

28/09/2010

WTC, acte 1 / 9/11, T.1 / Corbeyran, Bartoll, Jef / 12 bis

 

911wtc1.JPG

Al-Qaïda est une organisation terroriste islamiste montée par le cheik Abdullah Yusuf Azzam et son élève Oussama Ben Laden en mille neuf cent quatre-vingt sept. Au cours de la décennie qui a suivi, les États-Unis ont été la cible de plusieurs attentats revendiqués par Al-Qaïda: l'attentat du World Trade Center au véhicule piégé, l'attentat des tours de Khobar à Dhahran en Arabie saoudite, les attentats des ambassades américaines en Afrique à Nairobi au Kenya et à Dar es Salaam en Tanzanie. Ces actions terroristes sont le prélude à la tragédie du onze septembre deux mille un, marquée surtout par l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center à New York. Si Al-Qaïda l’a rapidement revendiqué, de nombreux doutes subsistent quant aux véritables motivations. De nombreux analystes avancent une théorie du complot, et apportent des éléments troublants sur les intérêts financiers liés à l’exploitation pétrolière. Ils posent également des questions pertinentes sur les liens entre des membres de l’administration américaine et les commanditaires. Cette BD revient sur des éléments factuels et des événements clés dans la compréhension de ce qui s’est réellement passé, un travail minutieux, bien documenté, admirablement servi par un graphisme austère. « WTC, acte 1 », premier tome de « 9/11 », par Corbeyran, Bartoll et Jef, aux éditions 12 bis.

 

BD commentée par Marc Descornet

  

 

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wtc, acte 1, 911, corbeyran, bartoll, jef, 12 bis |  Facebook |