22/08/2012

Conquistador / T.1 / Dufaux, Xavier / Glénat / coll.Hors collection

conquistador1.jpg

 

Les auteurs de la sublime série « Croisade » changent radicalement de latitude et nous emmènent dans un autre univers fait de fureur et de sang, celui des conquistadores, au temps où Hernán Cortès convoitait les trésors de l’empereur aztèque Moctezuma. Hernando Royo fait partie de ces hommes chargés de s’emparer du trésor d’Axayacat, le père de Moctezuma. L’apparente docilité des Aztèques s’explique par leur croyance en l’immortalité des envahisseurs espagnols, qu’ils considéraient comme des dieux. Pourtant ces dieux sont bel et bien des hommes, animés de cupidité de surcroît. C’est d’ailleurs ce qui est reproché à Cortès par la Couronne espagnole qui le soupçonne de vouloir s’enrichir personnellement au détriment du royaume. Une expédition punitive est en route pour intercepter Cortès. Le temps presse donc, et Hernando Royo doit mener à bien sa mission au plus vite, assisté de Catalina Guerero, une femme au caractère bien trempé et au  physique de rêve. Cette touche de sensualité rehausse la saveur de ce récit déjà bourré de testostérone, cultivant les thèmes de prédilection du duo d’auteur, férus de mystère fantastique sur fond historique. Le superbe traitement graphique se décline tant dans les couleurs que dans la mise en page. « Conquistador », premier tome, par Jean Dufaux et Philippe Xavier, aux éditions Glénat, collection Hors collection.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conquistador, dufaux, xavier, glénat, hors collection |  Facebook |

06/01/2012

La nuit de la goule / Le Droit chemin, T.2 / Lupano, Tanco, Lorien / Delcourt / coll.Conquistador

 

Parfois, dans la vie vous empruntez des chemins qui vous mènent tout droit vers la déchéance, la violence ou l’ennui. Et puis, de tant en temps, vous apercevez une lueur qui éclaire le droit chemin, celui qui vous guidera vers l’accomplissement de votre destinée, mettre en valeur vos talents et concrétisera vos rêves. Emprunter ce droit chemin nécessite souvent des sacrifices et une volonté de… faire ! Ce deuxième opus du « Droit chemin » clôt un superbe récit fait de fronde, de drame humain et de beaux sentiments, un récit dur, âpre et dense, mais aussi baigné de lumière et d’amour. Un établissement pour jeunes en difficulté a pour ambition de remettre sur le droit chemin ces égarés que la vie n’a pas ménagés. Parmi eux, une petite bande s’est formée qui enfreint les règles pour réaliser une escapade nocturne au château voisin, là où réside une belle jeune fille passionnée par la peinture. L’un des garçons l’a repérée lorsqu’elle les peignait en train de s’activer aux champs. Une idylle naît entre ce jeune homme rustre mais attirant et cette ravissante érudite. Le surveillant surnommé la goule les a surpris et use de chantage pour qu’ils dérobent un objet au château. Derrière ce larcin, une terrible histoire se dissimule. « La nuit de la goule », deuxième tome du « Droit chemin », par Lupano, Tanco et Lorien, aux éditions Delcourt, collection Conquistador.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la nuit de la goule, le droit chemin, lupano, tanco, lorien, delcourt, conquistador |  Facebook |

12/03/2009

Sept prisonniers / Sept, T.7 / Gabella, Tandiang / Delcourt / coll.Conquistador

En deux mille soixante deux, la lune est une prison dont on ne revient pas. Acheminés par un ascenseur hydraulique suivi d’un court trajet en navette, les prisonniers sont ensuite livrés à eux-mêmes. Depuis la grande mutinerie, sept ans auparavant, l’ONU a perdu tout moyen de surveillance et de contrôle sur la prison. À présent, trois clans font la loi et luttent pour leur survie. Lorsque le multimillionnaire Laroche Galouseau apprend qu’une découverte fondamentale pour l’humanité a été faite au fond d’une des grottes lunaires, le meurtre de sa mère semble l’option la plus rapide pour y parvenir. Après avoir récupéré son équipe et le matériel caché, les membres du groupe sont lâchés dans la jungle. Et quelle jungle en effet ! La végétation a littéralement envahi la prison, permettant un renouvellement permanent de l’oxygène. Mais notre équipe est loin d’être au bout de ses surprises. Il leur faudra ruser pour atteindre la grotte et surtout, en sortir ! Dans cette aventure, le suspens est omniprésent et l’ambiance oppressante. L’intrigue connaît de nombreux rebondissements et l’action est à chaque page. Côté dessin, les décors sont très détaillés et l’ensemble est dynamique et très agréable. « Sept prisonniers », septième et dernier tome de la série « Sept », par Mathieu Gabella et Patrick Tandiang, est publié aux éditions Delcourt, collection Conquistador.


BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, gabella, sept, conquistador, sept prisonniers, tandiang |  Facebook |

29/01/2009

Uss Kearsarge / Hauteville House, T.5 / Duval, Gioux, Quet, Beau / Delcourt / coll.Conquistador

Hauteville House est la maison où Victor Hugo a du s’exiler à Guernesey sous le régime de Napoléon trois. Cette référence n’est évidemment pas fortuite. Les auteurs prennent dans l’univers de Victor Hugo, et aussi dans sa vraie vie, une importante inspiration. Nous sommes dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Gavroche et Eglantine, des agents républicains, mettent tout en œuvre pour contrer Napoléon trois. Celui-ci mise sur la science pour arriver à ses fins. Il recherche des alliés jusque sur le continent américain ; en proie à la guerre de sécession. Eglantine a été arrêtée et sa vie est menacée. Pour la sortir de ce mauvais pas, Gavroche fait appel au Fantôme des Catacombes, le chef des truands de Paris. Le Fantôme exige en contrepartie que Gavroche se rende en Nouvelle Calédonie pour y délivrer un détenu du bagne. Pendant ce temps, une page de l’Histoire est en train de s’écrire, le combat banal entre le CSS Alabama et le USS Kearsarge se prépare. S’ils se réclament ostensiblement de Victor Hugo, les auteurs ne cachent pas leur évidente admiration pour Jules Verne. Les machines très présentes jouent un rôle crucial dans le récit. Les références foisonnent dans cette BD d’une belle densité. « Uss Kearsarge », cinquième tome de « Hauteville House », par Duval, Gioux, Quet et Beau, aux éditions Delcourt, collection Conquistador.


BD commentée par Marc Descornet

 

12:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, hauteville house, duval, gioux, beau, uss kearsarge, quet, conquistador |  Facebook |