08/03/2012

Nocturnes / Clarke / Le Lombard / coll.Signé

 

Nocturnes , Clarke , Le Lombard ,Signé

Clarke s’immerge de plus en plus dans le registre réaliste. Cet auteur s’était fait connaître avec des séries humoristiques telles que « Mélusine » et les « Histoires à lunettes », puis avec « Mister President » et « Cosa Nostra ». Il nous avait surpris avec le troublant « Luna Almaden », et plus récemment « Urielle », un récit très dur, empreint de spiritualité. Ici, dans « Nocturnes », Clarke déstabilise rapidement le lecteur en el plongeant dans un contexte réaliste. Nous découvrons les protagonistes et commençons à tenter d’identifier les liens entre eux, les tensions qui vont soutenir le récit. Mais nous n’en avons pas le temps car des éléments déstabilisants donnent une tournures étrange au déroulement de l’histoire. Alors que le décor promettait de vastes déplacements, les personnages se rapprochent inexorablement comme pour entamer un huis-clos à la Jean-Paul Sartre. C’est encore une fausse piste. L’enfer n’est pas nécessairement les autres dans le cas présent. Et c’est là que le lecteur se met à penser à une entité supérieure qui dicterait leur destin aux gens. Certains croient pouvoir endosser un costume de dieu tout puissant, créateur d’univers ; ce sont les écrivains. Il est bien connu que leurs personnages, une fois créés, existent par eux-mêmes. Leur créateur dispose pourtant toujours d’un pouvoir de vie et de mort. « Nocturnes », par Clarke, aux éditions Le Lombard, collection Signé.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nocturnes, clarke, le lombard, signé |  Facebook |

02/10/2011

Pizza connection / Cosa Nostra, T4 / Clarke / Le Lombard

 

La mafia sicilienne n’aura plus aucun secret pour vous grâce à cette série didactico-humoristique. C’est du moins l’ambition de l’auteur qui nous avait déjà révélé tous les dessous de l’administration de George Bush Junior dans « Mister President ». Après l’élection de Barack Obama, il passé à la caricature d’un autre gros morceau de la corruption et de la violence, la Cosa Nostra, la mafia sicilienne pur jus. Le parrain ne pouvait qu’afficher les traits de Don Vito Corleone, tel qu’il était incarné au cinéma par Marlon Brando. Ce méchant typique est secondé par un fidèle homme de main judicieusement dénommé Abruto. Nous les suivons dans leurs occupations quotidiennes, du racket au règlement de compte sanglant. Et puis, le fondement de la mafia, c’est la famille. Il n’y a dès lors rien de plus important que d’assurer la succession en prodiguant de précieux conseils et une formation sérieuse à ses descendants. Ils doivent apprendre à mélanger correctement le ciment, que les cadavres ne remontent pas à la surface lorsqu’ils sont immergés. Ils doivent aussi maîtriser l’art du kidnapping sans bavure. Malgré la bonne tenue générale de cet album, la qualité baisse d’un cran (de sureté) par rapport aux précédents. Clarke semble nettement s’essouffler, peut-être suite à un séjour en eaux profondes, lesté d’un bon gros bloc de béton. « Pizza connection », quatrième tome de « Cosa Nostra », par Clarke, chez Le Lombard.

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pizza connection, cosa nostra, clarke, le lombard |  Facebook |

19/05/2010

Cosa Nostra / T.1 Sicilia Bella / T.2 La Mano Nera / Clarke / Le Lombard

cosanostra1
« Ce qui est à nous », telle est la traduction approximative de « Cosa Nostra », une expression qui désigne l’organisation criminelle la plus notable et la mieux ancrée sur un territoire, la mafia sicilienne. La mafia a des ramifications partout mais la vraie, la pure et dure, celle qui impose le respect, c’est en Sicile qu’elle sévit. Les rouages de la société y sont totalement englués, phagocytés par les mafieux. Tout ce qui génère du business apporte des fonds à la mafia. Chaque commerçant verse sa dîme, une sorte d’assurance de ne pas être embêté, d’être éventuellement défendu si des gangsters de l’extérieur s’en prennent à eux, et de rester en vie tant qu’ils paient et qu’ils ne font pas de vagues. Après s’être attaqué avec l’humour, une arme de destruction massive, au président des Etats-Unis dans « Mister President », et depuis la retraite de George Bush Junior, Clarke a décidé de reprendre un autre cheval de bataille. Il démonte avec dérision et un humour férocement cynique les fondements de la Cosa Nostra, le grands travers et les petites manies des mafieux siciliens. C’est jouissif, même si ça n’a pas toute la saveur de « Mister President ». Il faut dire que le sujet prête moins à rire de lui-même. « 
Cosa Nostra », Tome 1 : « Sicilia Bella », Tome 2 : « La Mano Nera », par Clarke, aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, le lombard, cosa nostra, sicilia bella, la mano nera |  Facebook |

24/12/2009

Urielle / Clarke, Lapière / Quadrants

Clarke démontre à nouveau toute l’étendue de son talent. Il adopte ici un style plutôt réaliste d’une belle maîtrise. Et le sujet abordé est, lui aussi, inhabituel. Les béguines sont connues en Belgique, où de nombreuses grandes villes flamandes abritent des béguinages en parfait état de conservation, des lieux à l’ambiance particulière, un peu fermée mais d’un charme indéniable. On sait finalement peu de choses de ces femmes qui ont choisi de vivre en communauté. Les béguines font figure de précurseurs dans la longue lutte pour l’émancipation de la femme. Eh oui ! La religion peut aussi se révéler un moteur pour la libération de la femme. Si la foi et la religion sont effectivement l’engagement de ces béguines, l’Eglise en tant qu’institution en représente un puissant frein. Et en ce début du treizième siècle en Rhénanie, l’inquisition ne voit pas d’un bon œil ces communautés de femmes dissidentes. L’Eglise les tolère mais ne leur pardonne pas le moindre faux pas. C’est une demeure modeste qui abrite quelques femmes recluses sous la houlette de leur mère supérieure. Elles passent leur temps à traduire les évangiles et à dessiner des enluminures de toute beauté. La prudence est de mise, une traduction trop osée ou une couleur mal ajustée peut causer leur perte. Un événement d’une grande intensité mystique va bouleverser leur quotidien. « Urielle », par Clarke et Lapière, aux éditions Quadrants.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, quadrants, urielle, lapiere |  Facebook |

21/08/2009

Le Miracle de la vie / Clarke / Dupuis / coll.Histoires à lunettes

Un enfant, c’est d’abord un petit bébé tout mignon, qui fait craquer de bonheur tous les parents. Puis, ça grandit et ça devient très vite un petit monstre impossible à maîtriser et qui fait craquer les nerfs des plus coriaces d’entre nous. C’est ça le miracle de la vie, tous ces enfants qui survivent malgré le véritable enfer qu’ils font subir à leurs géniteurs. La conception est probablement le moment le plus jouissif de tout ce processus. Elle est en général étroitement associée à la décision de procréer, de participer à cette grande œuvre qu’est le peuplement de notre planète à la gloire de l’humanité tout entière. Puis vient la grossesse, suivie de l’inévitable accouchement. La naissance est assortie des félicitations multiples et variées de la famille et des proches, bien contents que ce ne soit pas sur eux que le sort s’est acharné cette fois. Le nourrisson est un petit être maléfique, qui envoûte ses parents en leur pourrissant la vie à grands coups de cris nocturnes ininterrompus et de défécations perstillentielles. Cette BD nous fait découvrir tout le charme que représente un enfant. Les parents s’y retrouveront avec jubilation. Quant à ceux qui hésitent à faire le pas, cette saine lecture les éclairera. Ils ne pourront ensuite plus dire qu’on ne les a pas prévenus. « Le Miracle de la vie », par Clarke, aux éditions Dupuis, collection Histoires à lunettes.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, clarke, le miracle de la vie, histoires a lunettes |  Facebook |

05/08/2009

Bienvenue à Bonheurland ! / Docteur Bonheur, T.3 / Clarke, Turk / Le Lombard

Six millions de déprimés ! Voilà une tâche d’ampleur pour le Docteur Bonheur et Audrey, son assistante de charme et de choc. Pour y remédier, le bon Docteur a construit un parc sur mesure afin d’inoculer un traitement massif. Seulement voilà, une fois n’est pas coutume, le Docteur Bonheur n’a pas compris que l’expression « faire disparaître les dépressifs » était à prendre au second degré…. Et des erreurs, le Docteur Bonheur n’en est pas à sa première, ni sa dernière. Suite à cet échec, l’Etat lui confie une nouvelle mission : aider Hulk à maîtriser sa colère et à ne s’énerver que lorsque c’est nécessaire. L’entraînant de bar en bar, le Docteur Bonheur doit rapidement se rendre à l’évidence. Plusieurs semaines seront indispensables avant que le super-héros ne s’énerve au bon moment, c’est-à-dire avant que le brave Docteur ne se fasse taper dessus. Le concept de cet album est identique aux précédents : chaque histoire courte met en scène le Docteur Bonheur arrivant à point nommé pour dénouer une situation qui se termine en catastrophe. Les chutes sont pourtant attendues et on sourit plus qu’on ne rit franchement. Côté dessin, le style se prête totalement au genre et on reconnaît facilement ce trait commun à celui d’un Léonard ou d’un Robin Dubois. « Bienvenue à Bonheurland ! », troisième tome de « Docteur Bonheur », par Clarke et Turk, est publié aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, le lombard, turk, bienvenue a bonheurland, docteur bonheur |  Facebook |

29/04/2009

Pour une poignée d’électeurs / Mister President, T.5 / Clarke / Le Lombard

Imaginez que le Président des Etats-Unis serait un abruti fini et qu’il nous gratifie de quelques truculentes bévues tout au long de son mandat à la Maison Blanche. Pas besoin de chercher bien loin ni de s’adonner à des efforts intellectuels pour trouver un tel modèle. On sort d’en prendre. Eh bien, Clarke a réussi à créer un personnage encore plus con. Incroyable ! Mais vrai ! Ce cinquième tome de « Mister President » pousse encore plus loin le délire du chef d’état le plus influent de la planète. Le président puise ses bonnes idées pour diriger le monde de sources variées, telles que, pourquoi pas, les bandes dessinées. Parmi ses lectures favorites, pour autant qu’il tienne le livre à l’endroit, il y a un certain Chuck Norris. Chuck Norris est un maître en arts martiaux. Sa spécialité, c’est le roulé-boulé. Nous aurons l’occasion d’en admirer quelques démonstrations très à-propos. Car Mister President fait appel à cette sommité en matière de négociations diplomatiques pour résoudre d’épineux problèmes. Toujours très inspiré, Mister President invite Sarkozy et Carla Bruni au mariage de sa fille. La cérémonie va tourner au burlesque scabreux dans l’indignation générale. Soulignons l’extraordinaire maîtrise de soi de son conseiller personnel, contraint de le suivre partout et de rattraper les pires situations. « Pour une poignée d’électeurs », cinquième tome de « Mister President », par Clarke, aux éditions Le Lombard.


BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clarke, le lombard, mister president, pour une poignee d electeurs |  Facebook |