15/10/2011

Far away / Maryse, Charles, Gamberini / Glénat

 

Martin Bonsoir est un routier dont le camion s’embourbe dans la neige alors qu’il traverse la Province de Québec. Il s’aventure alors à la recherche de secours. Il n’en mène pas large car le village le plus proche est à bonne distance et sa progression est mise à mal par la neige. Il trouve refuge auprès d’Esmé, une quinquagénaire vivant seule dans une maison isolée. Le lendemain, Esmé donne un coup de main à Martin pour dégager son camion. Elle en connaît un bout sur les camions. Elle conserve d’ailleurs dans une grange un superbe engin ayant appartenu à son défunt mari. Au moment où Martin s’apprête à reprendre la route, Esmé lui demande de l’emmener avec lui. Il ne peut refuser. Leur relation s’intensifie, tout en douceur et dans une extrême retenue. Le récit évolue à la façon d’un road-movie, déployant énormément de tendresse, d’affection, d’amour, mais il est aussi miné par un lourd secret. Le final réserve un touchant épilogue sous-tendu par un message métaphorique sur le sens de la vie, la route que nous y empruntons nous réserve des surprises. A nous de prendre le temps, d’y être pleinement réceptif et de saisir l’occasion pour donner une nouvelle direction à notre existence, lui donner plus de relief, plus de consistance. A nous de colorer notre destin à la couleur de l’espoir. Profitons-en pour souligner le superbe travail graphique de « Far away », par Maryse, Charles et Gamberini, aux éditions Glénat.

 

12:38 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : far away, maryse, charles, gamberini, glénat |  Facebook |

13/01/2011

D’un monde à l’autre / India dreams, T.6 / Maryse, Charles / Casterman

india6.jpg

Pour ce nouveau cycle d’une des séries les plus charmeuses du paysage de la bande dessinée contemporaine, nous démarrons sur le vieux continent, au sein de la bonne société londonienne. Un couple de nantis s’apprête à émigrer vers l’Inde. Tout l’album suit les préparatifs de ce départ et s’attarde à décortiquer les motivations des différents protagonistes. Outre cette famille bien installée en quête de changement, nous suivons les tribulations de leur dame de compagnie, fraichement engagée, et qui les suivra au bout du monde. Cette jeune femme un peu gourde a été recrutée sur recommandation. Elle n’a pas encore fait connaissance avec ses employeurs. Parallèlement, nous assistons à un drame sanglant, celui d’une autre jeune femme, d’un tout autre milieu, en proie à de graves problèmes. Elle vient de commettre un meurtre ignoble, celui de son propre enfant et du père de celui-ci. Cet acte immoral nous remet en mémoire le crime atroce de Geneviève Lhermitte, qui a égorgé un à un ses enfants, froidement, consciencieusement, avec méthode. Qu’est-ce qui peut bien pousser une mère à tuer ses enfants ? Au-delà du pardon, il y a la compréhension, voire l’empathie que l’on peut tenter de témoigner. Maryse et Jean-François Charles signent un album dense, une passionnante remise à l’étrier pour cette excellente série. « D’un monde à l’autre », sixième tome de « India dreams », aux éditions Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : d’un monde à l’autre, india dreams, maryse, charles, casterman |  Facebook |

20/12/2010

La fille aux yeux vairons / Ella Mahé, T.1 / Taymans, Maryse, Charles / Glénat

ellamahe1.JPG

Ella Mahé est une restauratrice de manuscrits très anciens. Passionnée, elle profite d’une commande au musée du Caire pour visiter quelques sites historiques de l’Egypte des pharaons. C’est sur le site d’Abou Simbel qu’elle rencontre l’archéologue Thomas Reilly. Ce n’est pas n’importe qui même s’il ne semble pas disposer des budgets nécessaires à la réalisation de ses ambitions. Il n’est autre que le petit fils de Henry Reilly, l’un des découvreurs du tombeau de Toutankhamon. Pour mémoire, cette exhumation avait fait grand bruit. Au-delà de l’importance pour la science archéologique, c’est surtout la multitude de morts soudaines qui ont frappé les membres de l’expédition qui a marqué les esprits. Quant à Thomas Reilly, c’est une autre image qui occupe son esprit, celle d’une princesse hypothétique de la dix-huitième dynastie, et qui habite ses rêves. Cette princesse à la sépulture introuvable avait une particularité physique peu commune ; elle avait les yeux vairons, c’est-à-dire les yeux de couleurs différentes, l’un noir, l’autre bleu… comme Ella Mahé. Thomas Reilly ne peut donc que tomber sous le charme de cette jeune femme qui semble comme sortie de fond des âges. Ce diptyque envoûtant permet à André Taymans d’exploiter sa palette réaliste, dans la lignée Guy Lefranc. « La fille aux yeux vairons », premier tome de « Ella Mahé », par Taymans et Maryse et Jean-François Charles, aux éditions Glénat.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la fille aux yeux vairons, ella mahé, taymans, maryse, charles, glénat |  Facebook |

19/05/2009

Red Bridge, Tome 2. Mister Joe and Willoagby / Gamberini, Maryse, Charles / Casterman

Une série de meurtres défraie la chronique dans un patelin de l’Amérique profonde. Il semble y avoir une logique mathématique mais l’assassin reste un mystère total. Toutes les pistes explorées ne mènent à rien. Pour ajouter à la tension déjà palpable, les victimes potentielles se montrent peu coopératives avec les enquêteurs. Ce deuxième opus clôt une histoire qui nous promettait un suspense insoutenable. L’intrigue s’approfondit effectivement, mais le dénouement laisse un peu songeur de prime abord. Les motivations de l’assassin sont assez triviales et la révélation finale n’est pas vraiment une surprise. Passé ce court moment de déception apparente, le lecteur se remémorera toute l’histoire et se rendra compte que ce n’est pas tant le polar qui compte mais plutôt l’immersion dans un univers typique d’une bourgade du fin fond des Etats-Unis. D’ailleurs, à bien y réfléchir, tous les éléments confirment cette volonté des auteurs, de l’interminable trajet en bus pour y arriver jusqu’à la lourdeur permanente, étouffante, en passant par l’atmosphère automnale si particulière. Tout ceci concourt magnifiquement à renforcer le propos réel de cet admirable diptyque. Graphiquement, c’est un véritable bijou. « Red Bridge, Tome 2. Mister Joe and Willoagby », par Gamberini, Maryse et Jean-François Charles, aux éditions Casterman.


BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charles, casterman, maryse, red bridge, mister joe and willoagby, gamberini |  Facebook |