03/10/2011

Harlem / L’Appel des origines, T1 / Callède, Séjourné / Vents d’Ouest

 

L’un des défis majeur du vingt-et-unième siècle est de concilier les différences entre cultures et leur inévitable mélange, corolaire de l’évolution des moyens de communication et de la mobilité croissante. Le brassage est une réalité. Ce n’est pas nouveau. L’humanité s’est développée et a conquis le monde grâce à la transhumance. Cette évolution naturelle s’est heurtée à la détermination de frontières et à l’énonciation de théories discriminatoires, tentant vainement de définir des races distinctes, alors qu’il n’en existe qu’une seule, la race humaine. L’égoïsme, dont nous vivons l’avènement à tous les niveaux de notre vie sociale, et qui que nous soyons, l’égoïsme représente un fléau intrinsèque de l’homme moderne. Il lui colle à la peau. Alors quoi de plus aisé que de différencier l’autre qui dérange par la couleur de sa peau. C’est la colonne vertébrale de ce récit envoûtant, rudement bien dessiné, situé dans le Harlem des années vingt, un théâtre idéal pour développer ce thème. Nous y suivons Anna, une charmante métisse, élevée par son oncle et sa tante, qui hébergent également la grand-mère. La recherche du père disparu amène Anna à fréquenter un jeune homme blanc, alors que ses frères noirs voient cette relation d’un très mauvais oeil. « Harlem », premier tome séduisant de « L’Appel des origines », par Callède et Séjourné, aux éditions Vents d’Ouest.

 

 

19:04 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : harlem, l’appel des origines, callède, séjourné, vents d’ouest |  Facebook |

18/04/2011

Perfect child / Damoclès, T.3 / Henriet, Callède / Dupuis

damocles3.JPG

Damoclès, le courtisan du roi, figure légendaire de la mythologie grecque, s’est retrouvé dans la situation périlleuse de diner avec un épée suspendue au-dessus de sa tête par un simple crin de cheval. Ce danger qui nous menace et sur lequel nous n’avons pas prise, c’est le cheval de bataille de l’agence Damoclès. Ely Braxton fait partie des agents surentraînés à qui sont confiées les missions de protection des personnalités les plus riches ou influentes, qui font appel à ses services. Loin de l’image du garde du corps baraqué et de marbre, Ely est en proie à des tensions psychologiques. Célibataire endurcie, mais néanmoins pas insensible à la force des sentiments, elle tente d’éviter les pièges que l’existence nous tend tout au long de notre parcours de vie. Elle ressemble donc à tout un chacun. Nous sommes également tous à la recherche du bonheur. Pour beaucoup, cette quête se concrétise par l’arrivée d’un enfant, un enfant que l’on idéalise, que l’on voudrait parfait. Les progrès de la génétique permettent une sélection. La société Perfect Child met a disposition une telle technologie, moyennant finance. Sa fondatrice est la cible des intégristes de tous bords. Ce troisième tome, à la fois grave et frivole, tout aussi intelligemment construit que les précédents, aborde avec une grande justesse une question éthique centrale. « Perfect child », troisième tome de « Damoclès », par Henriet et Callède, aux éditions Dupuis.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perfect child, damoclès, henriet, callède, dupuis |  Facebook |

17/02/2011

Les Enchaînés / réédition Saison 1 / Saison 2, tome 1 : Tourments / Callède, Gihef / Vents d'Ouest

enchaines1-2.jpg

Rarement on aura lu récit aussi captivant, avec une intrigue aussi haletante et un fond moral aussi intense. Dans le premier cycle, réédité, quatre personnes tout ce qu’il y a de plus banales reçoivent un colis contenant une enveloppe de dix mille dollars, une photo et un dictaphone. Il leur est promis un million de dollars s’ils tuent la personne sur la photo, qui leur est tout à fait inconnue. Ils sont dès lors confrontés à un choix moral. Etant donné leur existence médiocre, c’est une chance inespérée de résoudre leurs problèmes. Le prix à payer est de devenir un assassin. Reste aussi à identifier et trouver la future victime. Ce qu’ils ne savent pas non plus, c’est qu’il s’agit d’une chaîne, un cercle fermé. Ils sont chacun tueur et victime potentiels. Le deuxième cycle qui commence utilise le même principe, mais promet des développements encore plus impitoyables, des cas de conscience bien plus prégnants. Le lecteur entre lui aussi dans ce jeu mortel. Il est inévitablement amené à se poser la question de sa propre attitude si une telle occasion lui était donnée de changer radicalement sa vie, au prix d’une autre vie. Il y a fort à parier que chacun d’entre nous est bel et bien capable de se transformer en tueur si la motivation est suffisamment forte. Dérangeant et percutant, c’est la nouvelle saison des « Enchaînés », par Callède et Gihef aux éditions Vents d’Ouest.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les enchaînés, tourments, callède, gihef, vents d'ouest |  Facebook |

30/04/2009

La rançon impossible / Damoclès, T.2 / Henriet, Callède / Dupuis / coll.Repérages

« Damoclès », c’est le nom d’une agence de sécurité qui propose ses services aux très grosses fortunes. Le personnel est trié sur le volet, ce sont des professionnels aguerris. Leur expertise est à la hauteur des missions qui leurs sont confiées. La protection des grands de ce monde n’est pas chose aisée. Leurs détracteurs sont légions. Les jaloux, les voyous attisés par la convoitise. Leurs ennemis avérés ou potentiels usent de stratégies développées et disposent de moyens considérables. Ely est une jeune femme aux ressources insoupçonnées. Elle a une capacité d’adaptation et de réaction hors du commun. De plus, elle est intelligente et jolie. Ces collègues de l’agence Damoclès sont principalement des hommes, ce qui n’est pas toujours facile à gérer. La nature humaine est ainsi faite qu’il y a forcément des attirances qui naissent, avouées ou non. L’agence Damoclès assure la protection du fils d’un important homme d’affaire. Un groupe de terroristes a pris pour cible ce magnat de l’armement. Ils disposent d’impressionnants moyens logistiques. Cette intrigue bien ficelée et surprenante échappe avec brio aux poncifs du genre, misant sur des personnages sensibles, à la personnalité réaliste. Une BD d’une très grande crédibilité « La rançon impossible », deuxième tome de « Damoclès » par Henriet et Callède, aux éditions Dupuis, collection Repérages.


BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, henriet, callede, reperages, damocles, la rancon impossible |  Facebook |

12/02/2009

Asthénie, T.1 / Pignault, Callède / Dupuis

Un jeune avocat d’envergure vit une période difficile. Habitué à gagner ses procès, Jason Newman semble depuis quelques temps montrer des signes de faiblesse. Il est parfois perdu dans ses pensées en plaine séance, se déconectant de la réalité au détriment de ses clients. Son employeur lui demande instamment de réagir. Il est question de sa réputation. Jason ne dort plus depuis très longtemps. Ses insomnies ont atteint un stade avancé. Il enchaîne les nuits blanches depuis des semaines. A la longue, Jason est épuisé, vidé, susceptible et agressif. Ses proches s’inquiêtent et sa petite amie lui suggère de consulter un spécialiste. Jason, très réticent, va se résigner. Le professeur Stanford exépiremnte un nouveau traitement révolutonnaire, très invasif. Jason fait figure de cobaye et ça ne se passe par sans douleur. Il ressort du cabinet hi-tech un peu hébété. Mais une fois de retour chez lui, il s’écroule sur son lit et s’endort profondément. Au réveil, il goûte enfin au bonheur de s’être vraiment reposé. Il va vite se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond. Les visions de cauchemar qui le hantent vont se multiplier. Les explications, il devra les chercher lui-même. Le cabinet du professeur Stanford est un lieu désaffecté et le bon docteur s’est volatilisé. Un récit chargé de mystère, un homme persécuté pour d’obscures raisons : « Asthénie », Tome 1, par Pignault et Callède, aux éditions Dupuis.


BD commentée par Marc Descornet

07:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupuis, callede, asthenie, pignault |  Facebook |