24/11/2010

Pénélope / Les Champs d’Azur, T.2 / Giroud, Brahy / Glénat / coll.Grafica

champsazur2.JPG

Pénélope est une figure de la mythologie grecque. C’est la fille du roi Icarios. Sa beauté incomparable lui vaut de nombreux prétendants. Pour les départager, une série d’épreuves est organisée, dont Ulysse sort vainqueur. Mais leur vie de couple va vite être mise à mal par la guerre de Troie et les vingt années d’absence d’Ulysse. Pendant tout ce temps, les princes grecs tentent de convaincre Pénélope d’accepter l’idée du décès d’Ulysse et de se remarier. Afin de les repousser, elle invente une multitude de stratagèmes dont la fameuse tapisserie qu’elle faisait le jour et défaisait la nuit. La tapisserie de Pénélope est désormais une expression qui désigne un ouvrage sur lequel on travaille sans cesse et que l’on ne termine jamais. Cette image convient bien aux pionniers de l’aviation, des inventeurs inlassables qui ne reculent devant aucun danger pour vaincre les lois de la pesanteur et réaliser le rêve d’Icare de voler comme les oiseaux. Mais Pénélope trouve une autre référence au sein de la BD, en la personne d’une séduisante jeune femme qui refuse de se croire veuve. Ce récit, en plus de proposer une trame solide et passionnante, révèle une vraie identité graphique par le dessin de Luc Brahy et les couleurs de Christian Favrelle. « Pénélope », deuxième tome des « Champs d’Azur », par Giroud et Brahy, chez Glénat, collection Grafica.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pénélope, les champs d’azur, giroud, brahy, glénat, grafica |  Facebook |

16/06/2009

Les faiseurs d’aurores / Gakona, Alaska / Climax, T.3 et T.4 / Corbeyran, Brahy, Braquelaine / Dargaud

Le titre de cette série en dit long sur son propos. Le climax peut être comparé à un point culminant en terme d’intensité. Et c’est effectivement ce que confirme ce récit au tempo qui va crescendo, mêlant agréablement moments de réflexion, d’argumentation, et scènes d’action décoiffantes. Une autre acception du terme climax nous renvoie à l’écologie. Cette fois, le climax désigne l'état final d'une succession écologique et l'état le plus stable dans les conditions existantes. Une fois encore, cette dimension correspond parfaitement à la BD dont, si l’on peut dire, le fond de commerce est l’environnement et la lutte pour sa préservation. Cette BD est une déclinaison de la série « Imago Mundi ». Imago Mundi, c’est le nom d’une agence spécialisée dans la reconstitution en images de synthèse. Cette agence explore les régions les plus inhospitalières de la planète et tente d’en percer les mystères. Elle a été créée par le Suédois Harald Haarfager, un aventurier de l’extrême. Pour l’aider dans ses missions périlleuses, il peut compter sur Loïc Mellionnec, un génie français de la physique, et Leia Lewis, une jeune virtuose anglaise de l’informatique. Nous retrouvons ce trio de choc tente de sauver l’agence d’un complot. De puissants intérêts économico-militaires sont en jeu. « Les faiseurs d’aurores » et « Gakona, Alaska », troisième et quatrième tomes de « Climax », par Corbeyran, Brahy et Braquelaine, aux éditions Dargaud.


BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alaska, dargaud, corbeyran, les faiseurs d aurores, gakona, climax, brahy, braquelaine |  Facebook |