06/11/2011

Amina / La Rage, T1 / Boisserie, Kerfriden / 12bis

 

L’humanité a été submergée par un virus destructeur qui a transformé tous les enfants atteints en dévoreurs de chair humaine enragés. Pour se préserver, les adultes ont exterminé leur progéniture, hypothéquant ainsi leur propre avenir. Néanmoins, passée la première réaction face au phénomène, les autorités ont décidé de regrouper les enfants et de les placer dans des lieux sécurisés, en attendant de trouver un remède au fléau. D’autant plus que l’apparition de la puberté constitue un remède naturel à explorer. Des milices armées ne l’entendent pourtant pas de cette oreille et se livrent à des raids meurtriers dans ces réserves protégées. L’armée se rend elle aussi dans ces endroits pour des missions de maintenance et de sauvetage. Les militaires disposent d’un dispositif sonore qui repousse les enfants. Ce répulsif sélectif existe réellement et est parfois utilisé illégalement par des riverains d’écoles excédés par la présence des jeunes devant chez eux. Il a probablement inspiré le scénariste, de même que les histoires de zombies très en vogue depuis le succès de « Walking dead ». A cette trame d’épouvante se greffe le combat d’une mère pour retrouver son enfant. Pour y arriver, Amina se fait enrôler dans une unité spéciale de l’armée. Un récit emballant servi par un dessin énergique quoiqu’un rien maladroit. « Amina », premier tome de « La Rage », par Boisserie et Kerfriden, aux éditions 12 bis.

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amina, la rage, boisserie, kerfriden, 12bis |  Facebook |

01/11/2011

Sorcière / Nakara, T1 / Boisserie, Rollin / Glénat

 

Le lecteur lambda est en droit de se demander si cette nouvelle série était vraiment nécessaire. Ce premier tome semble être un condensé de recettes scénaristiques éculées, qui ne suscitent même plus l’intérêt. Cette compilation maladroite se conclut par une scène qui se veut une mise en bouche pour aiguiser l’appétit, mais qui constitue le seul moment digne d’allumer un début de lueur dans le regard du lecteur endormi depuis quarante pages lassantes. Le héros, Aurès, est un amnésique balafré. Son tatouage sur le bras  semble en dire long. Il a beau avoir perdu la mémoire, il obéit aveuglément à un prêtre apôtre de la sainte violence pour vaincre le mal. Il confie la mission à Aurès de traquer une sorcière et de lui ramener sa tête. Aurès est accompagné d’un novice et suivi par un espion qui veille au bon accomplissement de la mission. Aurès fait des cauchemars dans lesquels il fait l’amour avec la sorcière. Et voilà ti pas que lorsqu’il trouve enfin la ravissante sorcière, sa volonté vacille et qu’il tombe sous le charme. Logique. Il met la sorcière enceinte. Après une grossesse fulgurante, un bambin naît, le héros émerge du sortilège et tue la méchante femme. Côté dessin, les nombreuses maladresses ne séduiront qu’un public de bobos qui se la pête. Hautement dispensable, cette BD n’apportera rien à votre bibliothèque. « Sorcière », premier tome de « Nakara », par Boisserie et Rollin, aux éditions Glénat.

 

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sorcière, nakara, boisserie, rollin, glénat |  Facebook |

24/10/2011

Passé, tome 4 / Voyageur, T12 / Stalner, Boisserie, Liberge, Chagnaud / Glénat / coll.Grafica

 

L’avant-dernier tome de cette série nous réserve d’agréables surprises. Il y a bien sûr certaines révélations, conclusions qui interviennent logiquement à l’approche de l’épilogue. Et puis, il y a le soin apporté au scénario qui suscite un vif regain d’intérêt auprès du lecteur, même de celui qui découvrirait la série avec cet album-ci. Les personnages, quoique forcément bien installés, se montrent accessibles. Leur profil psychologique est loin d’être hermétique. Cette clarté permet une compréhension suffisante du récit dans sa globalité et un plaisir complet de lecture de cet épisode en particulier. Deux frères, nommés Fish et Vedder, voyagent dans l’espace et dans le temps, au prix d’un déploiement d’énergie considérable. Les conséquences de ces voyages se révèlent cruciales alors que les buts poursuivis apparaissent de manière plus floue. Cet épisode se situe dans l’antiquité romaine. Fish domine l’arène dans la peau d’un gladiateur invincible, tant contre des adversaires humains qu’animaux ou même mécaniques. C’est dans ce décor ensanglanté que se déroulent des événements déterminants magnifiquement mis en images pas des dessins de toute beauté. « Passé, tome 4 », douzième tome de « Voyageur », par Stalner, Boisserie, Liberge et Chagnaud, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passé, voyageur, stalner, boisserie, liberge, chagnaud, glénat, grafica |  Facebook |

07/10/2010

Pour solde de tout compte / Dantès, T.4 / Guillaume, Boisserie, Juszezak / Dargaud

 

dantes4.JPG

Alors que l’affaire Kerviel passe en justice, ce nouvel épisode de Dantès annonce pas mal de rebondissements et surtout l’assouvissement d’une vengeance mûrement préparée. Jerôme Kerviel est un ancien trader, un spécialiste de l’achat et de la vente d’actions en bourse. Il a été condamné à cinq ans de prison et à une amende de près de cinq milliards d’euros de dommages et intérêts. Comme Kerviel, Alexandre est un trader condamné pour des manœuvres frauduleuses. Sauf qu’Alexandre est innocent. Son ancien patron, une banque d’affaire qui a pignon sur rue, lui a fait jouer un mauvais rôle dans un montage financier dont il est une victime collatérale. Alexandre en prend pour vingt-deux ans de prison. Mais douze ans plus tard, un certain Christopher Dantès fait une entrée fracassante dans le milieu de la haute finance. Assis sur une considérable fortune, il approche quelques personnages clés susceptibles de devenir les partenaires privilégiés d’une affaire aux prodigieux dividendes. Libre transposition du roman d’Alexandre Dumas « Le Comte de Monte-Cristo », cette série séduit par ses atouts : un scénario bien charpenté, des personnages consistants, une intrigue prenante, un graphisme efficace. Alexandre Dantès de Monte-Christopher n’en a pas fini d’assouvir une froide vengeance. « Pour solde de tout compte », quatrième tome de « Dantès », par Guillaume, Boisserie et Juszezak, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pour solde de tout compte, dantès, guillaume, boisserie, juszezak, dargaud |  Facebook |

02/10/2009

Le visage de la vengeance / Dantès, T.3 / Boisserie, Guillaume, Juszezak / Dargaud

Un an après la fin du premier cycle, « Dantès » nous revient en grande forme et prêt à obtenir sa vengeance. Douze ans plus tôt, ce jeune trader, alors prénommé Alexandre, avait tout perdu à cause d’un complot financier dont il était la victime. À présent, Alexandre est devenu Christopher Dantès, un riche homme d’affaires qui cultive le mystère. Avec l’aide d’Isaac et de Sarah, Dantès se rapproche de ses ennemis jurés en leur proposant des solutions juteuses à leurs problèmes financiers. Pendant ces entretiens, Isaac les met sur écoute et Sarah en profite pour copier leurs disques durs. Peu à peu, Dantès parvient à établir un tableau d’ensemble de leur fonctionnement. Alors que Nathalie, la sœur d’Alexandre, n’a toujours pas refait surface, un inconnu continue de fleurir la tombe de leur mère… Sur fond de crise économique et de scandales financiers, ce thriller traite avec précision le domaine de la haute finance. Tout aussi passionnant que les deux premiers opus, ce troisième volet s’attache au présent et à la mise en œuvre de la vengeance de son héros. Quelques indices nous manquent quant à son déroulement mais l’essentiel du menu s’y trouve. Le graphisme réaliste et énergique donne véritablement vie à ces personnages devenus familiers et dont le retour était tant attendu ! « Le visage de la vengeance », troisième tome de « Dantès », par Boisserie, Guillaume et Juszezak, est publié aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Maïté Vanneste

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dargaud, guillaume, boisserie, dantes, juszezak, le visage de la vengeance |  Facebook |