23/07/2012

Sanctum / Boichi, Yajima / Hôtel / Boichi / Glénat / coll.Seinen

sanctum1.jpg

 

Après le succès rencontré par « Sun Ken Rock » chez un autre éditeur, Boichi voit deux de ses autres créations publiées chez Glénat. « Hôtel » est un recueil d’histoires courtes dont une qui donne son titre au bouquin, et c’est probablement la plus percutante. L’auteur nous projette dans un avenir pas si lointain, alors que l’homme a épuisé le énergies fossiles et profondément déréglé le climat et la stabilité de son environnement. La fin du monde semble inéluctable. Deux projet sont alors mis en chantier, l’un consiste en l’envoi d’une navette habitée dans l’espace, dans l’espoir d’atteindre, après quelques générations, une planète où l’homme pourrait s’installer. L’autre projet a eu plus de mal à s’imposer. Il s’agit de la construction d’une gigantesque tour destinée à préserver le génome de toutes les espèces vivantes sur terre à l’exception de l’humain, qui doit assumer la responsabilité du désastre. Cette tour ultra-résistante est gérée par un ordinateur central intelligent. Les autres récits de cet excellent volume traitent aussi de la fin du monde. « Sanctum » joue aussi sur le même tableau mais avec une orientation plus spirituelle, inspirée des croyances chrétiennes. Cinq tomes sont prévus. Le premier peine un peu à démarrer et à accrocher le lecteur, mais le dessin de Boichi fait toujours mouche. « Sanctum », par Boichi et Yajima, et « Hôtel », par Boichi, aux éditions Glénat, collection Seinen.

 

 

M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sanctum, boichi, yajima, hôtel, boichi, glénat, seinen |  Facebook |

Sanctum / Boichi, Yajima / Hôtel / Boichi / Glénat / coll.Seinen

sanctum1.jpg

 

Après le succès rencontré par « Sun Ken Rock » chez un autre éditeur, Boichi voit deux de ses autres créations publiées chez Glénat. « Hôtel » est un recueil d’histoires courtes dont une qui donne son titre au bouquin, et c’est probablement la plus percutante. L’auteur nous projette dans un avenir pas si lointain, alors que l’homme a épuisé le énergies fossiles et profondément déréglé le climat et la stabilité de son environnement. La fin du monde semble inéluctable. Deux projet sont alors mis en chantier, l’un consiste en l’envoi d’une navette habitée dans l’espace, dans l’espoir d’atteindre, après quelques générations, une planète où l’homme pourrait s’installer. L’autre projet a eu plus de mal à s’imposer. Il s’agit de la construction d’une gigantesque tour destinée à préserver le génome de toutes les espèces vivantes sur terre à l’exception de l’humain, qui doit assumer la responsabilité du désastre. Cette tour ultra-résistante est gérée par un ordinateur central intelligent. Les autres récits de cet excellent volume traitent aussi de la fin du monde. « Sanctum » joue aussi sur le même tableau mais avec une orientation plus spirituelle, inspirée des croyances chrétiennes. Cinq tomes sont prévus. Le premier peine un peu à démarrer et à accrocher le lecteur, mais le dessin de Boichi fait toujours mouche. « Sanctum », par Boichi et Yajima, et « Hôtel », par Boichi, aux éditions Glénat, collection Seinen.

 

 

M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sanctum, boichi, yajima, hôtel, boichi, glénat, seinen |  Facebook |

23/06/2012

Sun Ken Rock, T.12 / Boichi / Bamboo / coll.Doki Doki

skr12.jpg

 

Ken est un Japonais débarqué en Corée par insouciance et amour pour une jolie policière. Les circonstances vont le mener malgré lui à devenir chef de gang, un rôle qu’il assume avec grand talent. Mais Ken n’en peut plus et souhaite retrouver un vie normale, d’autant plus que son statut criminel ne lui laisse pas entrevoir un avenir radieux avec l’élue de son cœur, représentante des force de l’ordre. Ken s’est essayé au dur métier de manager d’un groupe de chanteuses en devenir. Ce qu’il découvre du côté coulisses le met hors de lui. Les jeunes filles sont soumises à des conditions de travail abominables. Elles sont forcées de se prostituer pour espérer percer un jour dans le show-bizz. Ken ne peut le supporter et se rebelle ouvertement contre ses supérieurs qui le voient comme un minable et ne connaissent pas du tout son passé de malfrat. Ken se voit contraint d’user à nouveau de violence, et même de faire appel à ses hommes. Chaque nouvel épisode de cette BD coréenne est soigneusement réalisé. Le dessin de belle qualité soutient parfaitement un récit qui reste captivant au fils de l’ascension de Ken et l’extension perpétuelle de son empire. L’humour et l’érotisme à petite dose apportent également leur contribution à cette excellente série. « Sun Ken Rock », douzième tome, par Boichi, aux éditions Bamboo, collection Doki Doki.

 


M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sun ken rock, boichi, bamboo, doki doki |  Facebook |

05/11/2011

Sun Ken Rock, T11 / Boïchi / Doki-Doki

 

Ken est un jeune Japonais amoureux de Yumin, une jolie fille qui entre dans la police en Corée. Ken se rend lui aussi en Corée, espérant avoir l’occasion de déclarer sa flamme à Yumin. Mais kes circonstances en décident autrement. En prenant la défense d’un restaurateur racketté par des maffieux, il décroche un job dans un gang adverse. De fil en aiguille, Ken devient le boss d’un gang qui prend de plus en plus d’ampleur, jusqu’à dominer le terrain. Mais lassé par cette fonction qui l’éloigne clairement de Yumin, Ken décide de laisser tomber et de se trouver un job convenable. Il décroche un emploi de modeste manager dans une maison de production. Il doit prendre en charge un nouveau girls band composé de quatre filles sélectionnées pour leur physique avantageux et leurs fesses mielleuses. Ken découvre les dérives du star système. Les jeunes filles sont livrées aux instincts libidineux des patrons et de leurs pourvoyeurs de fonds. Une hypothétique gloire leur est promise en échange d’une totale soumission sexuelle. Ken n’accepte pas que ses petites protégées subissent un tel sort. Il leur promet de veiller sur elles. Malheureusement, profitant d’une période d’absence de Ken, son patron livre les filles à des pervers. A son retour, Ken se voit contraint de redevenir chef de gang. Et ça va saigner. « Sun Ken Rock », onzième tome, par Boïchi, aux éditions Doki-Doki.

 

19:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sun ken rock, boïchi, doki-doki |  Facebook |

07/04/2011

Sun Ken Rock / T.9 & T.10 / Boichi / Doki-doki

sun-ken-rock-volume-10-doki-doki.jpg

 

Ce manga réservé aux plus de quinze ans aborde la problématique de la gestion de l’état, des dérives mafieuses et de l’ascension sociale. Ces deux derniers tomes plongent dans le monde du show-business au Japon, un monde décrit comme impitoyable, lieu de réalisation des rêves les plus éblouissants mais également des plus sordides désillusions. Les managers chargés de sélectionner et d’encadrer les futures stars considèrent les innombrables jeunes filles qui se présentent comme leur terrain de chasse sexuel. Ils donnent libre cours à leurs fantasmes les plus abjects, monnayant des faveurs lubriques contre de vagues promesses d’hypothétique carrière dans la chanson, la plupart du temps non tenues. Le tableau ainsi brossé ne donne pas une image très reluisante de ce milieu. Ken se voit proposer un emploi dans une maison de production. Il accepte et prend ses distances avec le puissant gang dont il est le chef. S’il saute sur cette occasion chichement rémunérée en abandonnant sa position honteusement rentable, c’est qu’il désire séduire une jolie agent de police à qui il ne peut pas avouer ses activités de bandit. Mêlant humour, action, sombres manigances, empathie fraternelle et érotisme torride, cette série a de quoi allécher, charmer, captiver. Les scènes les plus chaudes sont subtilement voilées. Les neuvième et dixième tomes de « Sun Ken Rock », signés Boichi, sont parus aux éditions Doki-doki.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sun ken rock, boichi, doki-doki |  Facebook |

11/01/2010

Sun Ken Rock, T.7 / Boichi / Bamboo / coll.Doki Doki

Et c’est reparti pour un round de bonne baston extrême. Cette manga avait commencé sur d’excellentes bases avec une mise en place originale. Un jeune Japonais désoeuvré s’embarque pour la Corée dans l’espoir d’y conquérir le cœur de sa belle. Il intègre de manière fortuite un petit gang de voyous alors que de son côté la jeune fille est devenue policière. Cette situation annonçait bien des rebondissements et nous y avons eu droit. Chemin faisant, le récit multiplié les scènes de bagarres, de plus en plus violentes. Nous atteignons à présent des sommets, au détriment du fond moral qui s’amenuise sans toutefois complètement disparaître. Lors des affrontements, les échanges verbaux se révèlent porteurs de sens, même s’il nous échappe parfois. Et puis, l’on sent bien que derrière cette fumée de plus en plus âcre et épaisse se dissimule toujours l’intention initiale de l’auteur. Reste à s’assurer que lui-même ne soit pas égaré sur les voies du conformisme et de l’intérêt économique pur et simple de plaire à un certain lectorat. Le public japonais est fort catégorisé. Les jeunes ados friands de combats spectaculaires et interminables sont légion. Ils constituent une part de marché importante. Continuons à croire que cette série échappe au cliché et à la facilité commerciale. Le septième tome de « Sun Ken Rock », par Boichi, est paru chez Bamboo, collection Doki Doki.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, sun ken rock, boichi, doki doki |  Facebook |

29/10/2009

Sun-Ken Rock, T.6 / Boichi / Doki-doki

Ken est un jeune homme simple et naïf, un grand cœur animé de bons sentiments, prêt à changer de vie par amour. Et c’est ce qu’il a fait. Pour suivre la belle dont il est épris, Ken s’est exilé pour la rejoindre en Corée. Mais c’est un univers hostile qui l’accueille. Pas d’argent, pas de travail, pa d’avenir, comment peut-il espérer conquérir le cœur de la jolie jeune femme ? Le hasard va conduire Ken a devenir chef de gang, une situation qui a l’avantage de subvenir à ses besoins, mais qui risque par contre de lui fermer définitivement les portes du cœur de la promise de ses rêves, qui, elle, est policière. Un truand et une représentante l’ordre, ça ne fait pas vraiment bon ménage. Ken évite donc soigneusement de trop se faire connaître. Mais les événements le poussent à gravir les échelons. Lui et son gang sont aux prises avec un casino appartenant à un caïd du milieu. Les enjeux sont gigantesques. La Sun-Ken Rock Team est engagée dans une lutte opposant un grand groupe industriel et la pègre coréenne. Les coups pleuvent, les combats à l’arme blanche sont furieux, les balles sifflent dans tous les sens. L’assaut du casion prend des allures de jeu mortel dans lequel chaque étape est plus dangereuse. Cette BD plaira aux amateurs de bonne baston bien orchestrée, agrémentée de quelques scènes d’un érotisme toride. Le sixième tome de « Sun-Ken Rock » est signé Boichi aux éditions Doki-doki.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doki-doki, sun-ken rock, boichi |  Facebook |