17/08/2012

Villa Ipatiev / Nous, Anastasia R., T.1 / Cothias, Ordas, Berr / Bamboo / coll.Grand Angle

anastasia1.jpg

 

Lors de la victoire des révolutionnaires russes en mille neuf cent dix-sept, le Tsar et sa famille ont été capturés, puis tous assassinés. Leurs corps ont été précipitamment enterrés dans un bois. Ces circonstances hâtives, et le choc de voir ainsi complètement décimée toute la descendance directe du Tsar, ont alimenté la rumeur de la survie de la jeune Anastasia. Cette rumeur a trouvé un écho auprès de plusieurs fabulatrices dont Anna Anderson fut certainement la plus bluffante. Il y a quatre ans, des analyses génétiques ont mis un terme définitif à toute spéculation. Il n’y a eu aucun survivant au massacre. La BD qui nous est proposée par Cothias, Ordas et Berr, part pourtant du postulat qu’il y a bien eu substitution de la jeune Anastasia. Les événements historiques nous sont contés avec moult détails, qui reposent assurément sur une documentation solide, mais prennent aussi quelques libertés, dont la plus énorme est bien sûr la supposition qu’Anastasia a survécu. En soi, le récit est bien construit et bénéficie d’une traitement graphique honorable, même très séduisant. Mais cette histoire, présentée sur le ton du semi-documentaire, arrive avec quelques années de retard pour vraiment passionner, par son manque de crédibilité. « Villa Ipatiev », premier tome de  « Nous, Anastasia R. », par Cothias, Ordas et Berr, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villa ipatiev, nous, anastasia r., cothias, ordas, berr, bamboo, grand angle |  Facebook |

29/10/2011

Martyr / Borderline, T4 / Robin, Berr / Bamboo / coll.Grand angle

 

Fernando Villa est écrivain. Son inspiration lui vient en période de transe. Ses yeux se révulsent et il se met à écrire sur tous les supports qui lui tombent sous la main. Ce qu’il écrit, ce sont des faits réels, des crimes perpétrés dans un passé proche. Ce don lui vient d’un chaman dont l’âme se serait incarnée en Fernando. Cette nouvelle histoire se déroule à Paris. Fernando discute de ses déboires avec ses amis dans un bar lorsqu’une violente explosion se produit non loin. Un homme a plongé dans la Seine et a explosé. Fernando entre alors en transe et voit les derniers instants du mort. Cette vision lui fournit des indications pouvant orienter l’enquête. Il les communique à la police par un coup de fil anonyme, histoire qu’on ne le prenne pas pour un illuminé qui se prétend médium. Les enquêteurs vont plutôt penser qu’il en sait trop pour être honnête. Ce nouvel opus d’une série vraiment attachante fait preuve d’une belle diversité thématique ainsi que de construction narrative. Même la faculté du personnage principal qui occupe un place centrale se décline de façon originale, au travers d’une perception en chronologie inversée. Quant à l’intrigue, elle prend intelligemment le lecteur au dépourvu. « Martyr », quatrième tome de « Borderline », par Robin et Berr, aux éditions Bamboo, collection Grand angle.

 

07:21 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martyr, borderline, robin, berr, bamboo, grand angle |  Facebook |

16/03/2010

Kumlikan / Borderline, T.3 / Robin, Berr / Bamboo / coll.Grand Angle

Fernando Villa est un écrivain qui s’est taillé un beau succès avec ses derniers romans. Jusqu’il y a peu, il faisait encore partie de la multitude de scribouillards malchanceux en mal d’inspiration. Et puis un jour, il reçoit une herbe miraculeuse dont la consommation le plonge dans un état second. Pendant son sommeil, il se met compulsivement à écrire sur tout support à sa portée. A son réveil, il découvre alors un récit complet étonnant de réalisme. Ce qu’il a découvert après des expériences répétées de ce type, c’est que ce sont des histoires vraies. Le plus effrayant, c’est que ce sont des révélations sur des crimes non élucidés. C’est comme si les morts lui avaient dicté leur fin tragique avec tous les détails permettant de confondre les assassins. Fortement déstabilisé par cette découverte, Fernando veut tirer les choses au clair. Il entreprend donc un voyage à la source de la production de la fameuse herbe hallucinogène. Il est accueilli comme si sa venue était prévue de longue date. On le nomme Kumlikan. Mais la petite communauté qui le reçoit commence à douter de ses pouvoirs, jusqu’au moment où il vit une nouvelle transe. Admirablement construit, ce troisième opus très convaincant de « Borderline » se développe sur deux tableaux. « Kumlikan » , par Robin et Berr, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, borderline, robin, berr, grand angle, kumlikan |  Facebook |

16/02/2009

N’oublie pas de me dire adieu / Borderline, T.2 / Robin, Berr, Lagrange / Bamboo / coll.Grand Angle

Fernando est écrivain. Pour lui, le remède miracle à l’angoisse de la page blanche est une plante venue du Chili qui le met dans un état de transe inconsciente. Il écrit pendant son sommeil. Sa précédente expérience lui avait permis de publier un succès de librairie et de dévoiler un crime sordide. Il s’est ainsi découvert le don de raconter les instants tragiques de vraies victimes de meurtres. Cette fois, c’est Wanda, une prostituée, qui apparaît sous la plume de Fernando. Elle est sans doute déjà morte. Mais le manuscrit n’est pas terminé, les visions nocturnes n’ont pas tout dévoilé. Wanda s’est retrouvée sur le trottoir parce que la vie ne lui a pas fait de cadeaux. Fernando n’a pas été client mais il lui a prêté une oreille attentive, l’aidant à supporter sa condition. Il n’hésite pas à solliciter son proxénète pour la retrouver. D’un trait efficace rehaussé de couleurs élégantes, cette histoire structurée avec soin nous emmène dans une aventure dynamique de très bonne qualité, avec un coup de projecteur sur le mécanisme qui peut conduire à la prostitution. Ce récit est une excellente surprise. Il donne à la série un punch particulier, évitant les redites avec le premier volume, tout en conservant le concept de départ. Une belle prouesse scénaristique ! « N’oublie pas de me dire adieu », deuxième tome de « Borderline », par Robin, Berr et Lagrange, aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.


BD commentée par Marc Descornet

07:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bamboo, borderline, robin, berr, lagrange, grand angle, n oublie pas de me dire adieu |  Facebook |