09/02/2011

Destins / T.8: Family Van / T.9: Le Procès / Giroud, Malnati, Bonifay, Berlion, Lapière / Glénat

destins 9.jpg

« Destins » est ce qu’on appelle une série concept. Frank Giroud se profile comme un spécialiste du genre. Sa série « Le Décalogue » avait produit l’effet d’un événement éditorial majeur. Le succès a engendré des séquelles, des sous-séries s’attachant à l’un ou l’autre personnage, mais aussi des séquelles purement éditoriales avec reprise du concept de concept. Ce choix revêt un sérieux risque car le public doit se montrer réceptif, ouvrir largement sa bourse ou casser sa tirelire pour acquérir la bonne dizaine d’albums qui forment un tout et qui sont publiés à un rythme soutenu. Cette rapidité de publication satisfait le lecteur avide de connaître la suite. Le revers de la médaille, c’est la disparité des styles graphiques. Car produire une telle quantité ramassé sur un laps de temps restreint nécessite la délégation à plusieurs dessinateurs. Conserver un unité relève dès lors du vrai défi. Ces deux tomes concomitants relèvent le gant avec talent. Le trait précis et fluide de Malnati défend bien le « Family Van » de Bonifay. Et Berlion s’empare remarquablement de l’écriture narrative engagée de Lapière dans « Le Procès ». Ce sont les huitième et neuvième tomes très réussis de « Destins », aux éditions Glénat, un série imaginée et supervisée par Giroud.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : destins, family van, le procès, giroud, malnati, bonifay, berlion, lapière, glénat |  Facebook |

06/03/2009

Histoires d’en ville / Berlion / Glénat / coll.Intégrale

Olivier Berlion est un auteur trop peu connu. Cette intégrale des trois tomes de « Histoires d’en ville » donne un bel aperçu de l’ampleur de son talent, même si l’on peut regretter le format réduit. Ce récit prend racine à Lyon, dans les quartiers pauvres. Un cadavre est découvert dans un terrain vague. Ce ne sera que le premier d’une longue série. Face à l’absence de lien apparent entre les victimes, la police pense à un tueur en série d’un type un peu particulier. Mais la vérité est ailleurs. Bien malgré lui, Alonso Rodriguez, un homme désoeuvré, va être impliqué dans cette affaire et en démonter les rouages. Karima, qui travaille dans un bar, en pince pour lui. Elle aussi va être engloutie par le tourbillon de violence sordide qui frappe implacablement. Il y aura aussi l’ancien flic, Gaby, le barman Bob et Franck, le voyou du coin qui bosse pour le sinistre Ange. Cette BD est magnifiquement écrite, sans fausse note. Le travail en couleurs directes accentue les ambiances lourdes et sombres à souhait. L’intrigue se complique de page en page, s’enfonçant crescendo dans le lugubre. Les événements s’enchaînent inexorablement et les protagonistes perdent tous pieds. Le dénouement arrivera avec une fluidité parfaite qui procure au récit son authenticité. Olivier Berlion signe ici un véritable chef d’œuvre du polar en BD: « Histoires d’en ville », par Berlion, aux éditions Glénat, collection Intégrale.


BD commentée par Marc Descornet

07:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glenat, integrale, berlion, histoires d en ville |  Facebook |