13/04/2011

Le Bras du chapitre / Valentiné Pitié, T.2 / Benn / Dargaud

valentine-pitie-2-le-bras-du-chapitre.jpg

 

Il y a des destins qui marquent par leur côté à la fois exceptionnel et dérisoire. C’est le cas d’Annie Girardot qui vient de nous quitter. Icône du cinéma, l’amour l’aura d’abord orientée vers des choix tristement déterminants la menant à la ruine et à la déchéance de l’alcool. Puis, alors que le cinéma la consacrait enfin lors d’une poignante cérémonie des Césars, la maladie d’Alzheimer la plongeait à nouveau dans un tragique oubli. C’est un destin non moins atypique qui frappe l’héroïne imaginée par André Benn. Valentine Pitié a vu ses parents mourir dans leur quête de fortune chez les esquimaux, qui l’ont recueillie et élevée. De retour à la civilisation, la petite fille devenue une ravissante jeune femme fait preuve d’une volonté de fer. Elle fréquente deux fous du ciel, deux frères férus d’aviation en ces temps de conquête de l’air. Il fallait un grain de folie pour braver le danger et se lancer à l’assaut des nuages sur des engins expérimentaux. Séduite et obstinée, Valentine devient la première aviatrice de France, au mépris de la discrimination sexuelle instituée en loi. Séduite aussi par les deux frères, elle jette son dévolu sur l’un d’eux, un gage de folles aventures, une vie frénétique qui lui convient à merveille, une promesse d’épanouissement individuel. Mais le sort frappe. Un émouvant et bouleversant récit : « Le Bras du chapitre », deuxième tome de « Valentiné Pitié », par Benn, aux éditions Dargaud.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le bras du chapitre, valentiné pitié, benn, dargaud |  Facebook |

24/08/2010

La Pierre du matin blanc / Valentine Pitié, T.1 / Benn / Dargaud

 

valentinepitie1.JPG

 

André Benn, dessinateur notamment de Mic Mac Adam et de Woogee, se lance en auteur complet dans la réalisation d’un diptyque et Arctique. C’est l’histoire particulière de Valentine Pitié, une jeune femme partie dans le grand nord en compagnie de ses parents. C’est une sorte de pèlerinage que le papa voulait effectuer sur les terres qui ont vu le début de leur fortune. La maman n’y était pas favorable, probablement à cause de cette légendaire intuition féminine. Car les événements étayent ses craintes. Valentine se retrouve seule, à la merci de la faim et du froid. Un Inuit du nom de Yakupi la recueille au seuil de la mort. Elle devient sa deuxième compagne. Commence dès lors pour elle un parcours initiatique complet, allant des mœurs sexuelles aux techniques de chasse en passant par les codes relationnels en communauté. André Benn s’attarde parfois longuement sur certains aspects, prenant le contre-pied des récits au rythme effréné. Il est vrai que les vastes étendues glacées incitent à la quiétude. Pourtant la violence est bien présente. Il y a l’environnement, rude, et puis les hommes, endurcis. Certains comportements nous semblent choquants, selon nos codes de référence à nous. Le second tome nous permettra certainement une instructive comparaison avec la soi-disant civilisation. « La Pierre du matin blanc », premier tome de « Valentine Pitié », par Benn, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la pierre du matin blanc, valentine pitié, benn, dargaud |  Facebook |