16/08/2012

No life / OPK, T.1 / Matz, Bedouel / 12 bis

opk1.jpg

 

Cette enquête en trois tomes nous immerge dans l’univers très particulier des accros aux jeux vidéos d’un genre particulier, ceux dans lesquels les joueurs s’incarnent dans un personnage virtuel qui prend le dessus sur leur vie réelle. Leur réalité devient dès lors virtuelle et leur vie peut être qualifiée de non-vie. L’inspecteur Mark travaille pour Interpol. Sa spécialité, c’est le blanchiment d’argent. Il vit à Berlin. Son supérieur hiérarchique lui annonce une promotion assortie d’une délocalisation à Shanghai. C’est évidemment une manière de l’écarter, car Mark dérange, et pas seulement pour des raisons professionnelles. Il est chargé d’enquêter sur une série de meurtres liés au monde du no-life. Les victimes sont toutes des adeptes du même jeu en ligne. Pour l’aider dans cette affaire dont il ne voit pas le lien avec son expertise, un jeune frais émoulu de l’école de police et une jolie autochtone chargée d’assurer la liaison avec els autorités chinoises. Matz, scénariste de la série « Le Tueur » et aussi de l’excellente trilogie « Du plomb dans la tête », réussit à donner corps à un nouveau personnage, un flic bourru, costaud, pragmatique, évoluant dans un environnement qui ne lui est en rien familier. Il porte l’intrigue, soutenu par des seconds rôles typés, tout au long de cet album graphiquement tout aussi réussi. Vivement la suite ! « No life », premier tome de « OPK », par Matz et Bedouel, aux éditions 12 bis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : no life, opk, matz, bedouel, 12 bis |  Facebook |

08/11/2011

Un long destin de sang / acte deux / Bollée, Bedouel / 12 bis

 

La première guerre mondiale a été une épouvantable boucherie. C’est aussi le plus abominable terrain d’expérimentation chimique qui soit. Un produit destiné à décupler l’agressivité des soldats et à diminuer leurs besoins en sommeil et en nourriture a été inoculé à toute une unité sur la ligne de front. Officiellement, ce bataillon a été décimé par une attaque au gaz des Allemands. Mais des photos ont été prises avant le gazage, on ne sait par qui. Et ces photos montrent que ces hommes étaient déjà tous morts, atrocement mutilés, comme s’ils s’étaient entre-tués. Et c’est ce qui s’est effectivement passé. Les commanditaires de cette expérience se comptent parmi les gradés, des gens haut placés, des médecins renommés. Ce fiasco a été étouffé mais les photos tombent entre les mains d’un journaliste engagé qui a mené son enquête et s’apprête à tout révéler. Et puis, il y a un survivant au bataillon, un trouffion blessé peu avant le massacre et qui avait été hospitalisé, ce qui l’a sauvé. Il en garde cependant une agressivité incontrôlable qui inquiète sa marraine de guerre, une institutrice pacifiste. Le pacifisme est réprimé car considéré comme acte de rébellion en temps de guerre. La tension entre ces divers acteurs va crescendo vers un dénouement qui s’annonce sanglant en même temps qu’il soulève quelques questions bien senties. « Un long destin de sang » acte deux, par Bollée et Bedouel, aux éditions 12 bis.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : un long destin de sang, bollée, bedouel, 12 bis |  Facebook |

04/10/2010

Inch’Allah / L’Or et le sang, T.2 / Nury, Defrance, Bedouel, Chabane / 12 bis

 

orsang2.jpg

Le premier tome de cette série se montrait fort séduisant et laissait présager du meilleur. Avec ce deuxième épisode, on n’est pas déçus. Le dessin, d’une densité exemplaire, démontre une excellente maîtrise des noirs, une vertu qui se perd parmi les dernières générations d’auteurs et l’avènement de la colorisation assistée par ordinateur. Quant au récit, il ne souffre aucune faille. Le rythme est soutenu, le déroulement de l’action est logique, il coule de source, tout en réservant son lot de surprises et de rebondissements. L’ensemble forme une admirable histoire au ton novateur, malgré un sujet ancré dans le passé, menée par des personnages cohérents et consistants à souhait. Un véritable travail de fond sous-tend clairement la mise en place de ce récit. C’est d’abord celui d’une amitié, née pendant la guerre, entre le Corse Léon Matillo et l’aristocrate Calixte de Prampéand. Lancé dans une affaire de vente d’armes à des rebelles marocains, ils se retrouvent  bien malgré eux englués dans les conflits entre les tribus locales et les occupants espagnols. Une fois encore, les rencontres se révèlent prometteuses. Leur destin se dessine de manière particulière. Les choix les plus inattendus leur sauveront la mise, tout en les embarquant dans une aventure encore plus périlleuse. Passionnant ! « Inch’Allah », deuxième tome  de « L’Or et le sang », par Nury, Defrance, Bedoule et Chabane, aux éditions 12 bis.

 

BD commentée par Marc descornet

 

07:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inch’allah, l’or et le sang, nury, defrance, bedouel, chabane, 12 bis |  Facebook |

22/05/2010

Un Long destin de sang / Acte 1 / Bollée, Bedouel / 12 bis

destinsang1

La première guerre mondiale a été une immonde boucherie. Les soldats étaient soumis aux pires conditions. Coincés au fond de tranchées, pataugeant dans le boue et le sang, entre des barbelés, dans une promiscuité atroce, oppressante, et la mort frappant n’importe où n’importe quand et de toutes les manières. Parmi ces morts, certains l’ont été par leur propres frères d’armes. Il y a eu Les fusillés pour trahison parce qu’il n’ont pas pu ou voulu continuer à s’étriper. Et puis, il y a aussi eu les victimes d’expérimentations ou de décisions absurdes, comme le quatre cent dix-huitième régiment français d’infanterie. Ces hommes ont été sauvagement massacrés par des Français. Un seul rescapé s’en est sorti et a immortalisé le forfait sur la pellicule de son Kodak. Mais ensuite sont venus les gaz mortels, et il a enterré son appareil photo avant de succomber. Par un cheminement mystérieux, les photos compromettantes sont arrivées entre les mains d’un journaliste militaire. Celui-ci décide d’interpeller le général responsable du régiment. Sur base de faits historiques, l’enquête du journaliste est menée dans un contexte de tensions qui lui confère un attrait supplémentaire. Le traitement graphique de toute beauté, très maîtrisé, renforce l’oppression permanente. Un récit de belle qualité, prévu en deux albums. « Un Long destin de sang. Acte 1 », par Bollée et Bedouel, aux éditions 12 bis.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bollee, 12 bis, un long destin de sang, acte 1, bedouel |  Facebook |