30/12/2011

La conjuration de Baal / Alix, T.30 / Simon, Lafon, Martin / Casterman

 

Autant quelques titres de cette série font figures d’épisodes malheureux, autant ce trentième tome se révèle une excellente histoire, riche et agréable à lire, dessinée avec soin. Alix et son ami Enak se trouvent à Pompéi, au pied du Vésuve qui fume mais n’est pas encore entré dans sa célèbre éruption. Bien vite, Alix doit se rendre à Rome où César se trouve en mauvaise posture face aux ardeurs de plus en plus belliqueuses de son rival Pompée. Mais Alix se jette dans la gueule du loup, ou plutôt celle de Baal, une divinité terrifiante adulée par une secte de Molochistes assoiffés de sacrifices humains. A leur tête, le grand prêtre semble vouer une haine toute particulière à Alix. César affaibli ne peut assurer la protection efficace de son ami. Barricadé avec Enak dans sa demeure romaine, Alix va vite devoir engager une âpre lutte contre un ennemi féroce. Cet album a visiblement fait l’objet d’une consciencieuse construction. On y retrouve des références multiples aux albums qui ont fait la renommée de la série. Il y a un subtil équilibre entre la variété des lieux et la fine restitution des rues et ruelles de la Rome antique. Les personnages principaux occupent bien sûr la scène mais les figurants sont légion et donnent un aperçu très intéressant de la réalité quotidienne de l’époque. Un bel album : « La conjuration de Baal », trentième tome de « Alix », par Simon et Lafon, d’après Jacques Martin, aux éditions Casterman.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la conjuration de baal, alix, simon, lafon, martin, casterman |  Facebook |

19/11/2010

Le Testament de César / Alix, T.29 / Venanzi, Martin / Casterman

 

alix29.JPG

 

Les héros sont éternels, et survivent à leurs créateurs. Le vingt-neuvième album d’Alix paraît alors que Jacques Martin nous a quitté et n’a nullement participé à la genèse de ce nouvel épisode de son héros d’origine gauloise et devenu citoyen romain à l’époque de Jules César. Alix est même devenu un ami intime de l’empereur et bon nombre de personnalités influentes de son entourage. C’est justement le cœur de ce récit. Alix puisqu’il y sera question du testament de César et de son héritier. Sans rien dévoiler de l’intrigue, on peut dire que cet album renoue avec les bons crus de la série tant il réserve au lecteur son lot de surprises et de scènes palpitantes, toujours empreintes d’un remarquable classicisme. Il est évident que Marco Venanzi s’est rigoureusement conformé à une charte graphique et narrative stricte. Il réussit non seulement à respecter fidèlement l’esprit de la série mais aussi à insuffler à Alix un dynamisme qui manquait cruellement à quelques unes de ses précédentes aventures. Le rôle dévolu à Enak, le jeune ami égyptien d’Alix, plaira aux lecteurs férus de cette vaste fresque antique, méticuleusement documentée. L’histoire humaine rejoint harmonieusement les histoires d’humains. Les sentiments et valeurs morales conventionnels se déclinent fort à propos dans cette BD très réussie : « Le Testament de César », vingt-neuvième tome de « Alix », par Venanzi, d’après Martin, chez Casterman.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:03 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le testament de césar, alix, venanzi, martin, casterman |  Facebook |

02/06/2009

La Cité engloutie / Alix, T.28 / Martin, Weber, Ferry / Casterman

Un premier coup d’œil sur la couverture laisse présager du pire. Ferry rejoint l’équipe de dessinateurs qui perpétuent l’univers de Jacques Martin. Il y a une ligne de conduite graphique à respecter. Les aventures très classiques de Alix ne peuvent pas dérouter le lecteur par des styles graphiques variant d’un album à l’autre. C’est un difficile exercice et Ferry s’en sort plutôt bien. Mais s’il a bien saisi le style Martin, il a conservé ses graves erreurs habituelles, des proportions incorrectes et une incapacité à maîtriser les perspectives. Cet album est heureusement truffé de décors naturels qui limitent les dégâts à ce point de vue. Quant à l’histoire, elle est bien entendu de construction très codée mais tient agréablement le lecteur en haleine. Nous sommes au pays des Celtes, en guerre de résistance contre l’empire romain. Toute la Gaule est occupée ; seul un petit village d’irréductibles Gaulois s’oppose encore à l’envahisseur… Ils disposent pour se faire de potions non pas magiques mais plutôt de poisons dont les recettes ancestrales sont transmises de druide en druide. Leur force, c’est aussi leur religion, leurs croyances et leur histoire. C’est toute une richesse culturelle qui risque de disparaître sous le joug romain. Nous retrouvons le Gaulois romain Alix dans une aventure plaisante, malgré les faiblesses du dessin  : « La Cité engloutie », vingt-huitième tome de « Alix » par Martin, Weber et Ferry, chez Casterman.


BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin, weber, casterman, alix, la cite engloutie, ferry |  Facebook |