10/02/2011

1066. Guillaume le Conquérant / Tenderini, Weber / Le Lombard

1066.jpg

Les hauts faits d’armes de Guillaume le Conquérant ont été immortalisés pour la postérité sur un tissu d’une cinquantaine de centimètre et d’une septantaine de mètres de longueur, une remarquable broderie fine inadéquatement surnommée « la tapisserie de Bayeux ». Cette pièce maîtresse de l’art pictural fait l’objet d’une étude méticuleuse et n’a pas encore livré tous ses secrets. La broderie relate l’histoire d’une trahison puis d’une conquête au moyen d’une multitude de personnages, d’animaux, de bateaux et de châteaux agrémentés de textes explicatifs. Cette particularité a incité quelques experts à qualifier cette « tapisserie de Bayeux » de première bande dessinée moderne. Sa confection remonterait à la fin du onzième siècle. Elle raconte l’histoire de la bataille de Hastings qui opposa Normands et Saxons en mille soixante six. La victoire de Guillaume sur son cousin parjure Harold a marqué le développement européen. Les auteurs de cette BD ont choisi de restituer très fidèlement la succession des événements tels qu’ils figurent sur la broderie. Leur récit ne souffre en rien de la rigidité apparente de la narration originale. Le sujet de départ présenterait même une fluidité naturelle. En ce sens, la tapisserie de Bayeux mérite sa renommée. Une adaptation qui donne envie de décrypter l’original : « 1066. Guillaume le Conquérant », par Tenderini et Weber , aux éditions Le Lombard.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1066, guillaume le conquérant, tenderini, weber, le lombard |  Facebook |