13/03/2010

L’Île sans nom / Samurai, T.5 / Di Giorgio, Genêt / Soleil

Dans le Japon médiéval, le samouraï Takeo est à la recherche de son frère. Il a reçu une information indiquant qu’il pourrait le trouver sur une île sans nom peuplée d’habitants malades ou vieux. L’étrangeté de cette population pourrait bien s’expliquer aussi par les visites régulières du seigneur Nobunaga. Ce maître exécrable prélève un lourd impôt qu’il veut bien restituer si son champion et battu par le champion local. Tous les jeunes braves qui s’y sont risqué ont perdu la vie. Takeo assiste à l’arrivée de Nobunaga. Les villageois n’ont plus de combattant à proposer. Ils n’ont plus non plus l’impôt à verser. Leur sort s’annonce sous de tragiques auspices. Evidemment, on s’attend à ce que Takeo devienne leur champion. Mais ce n’est pas là que réside le véritable attrait du récit. Ce sont surtout les multiples personnages qui apparaissent, aux facettes très variées. Et puis il y a Shobei, le champion du seigneur Nobunaga, une fine lame qui a tout perdu dans la vie. Shobei n’a plus aucune attache en ce bas monde depuis un drame personnel. Maître dans le maniement de l’épée, il recherche l’adversaire qui le surpasserait et mettrait dignement un terme à sa triste existence. Le graphisme élégant de ce récit prenant vous incitera à découvrir la série entière, en attendant la parution du sixième et la conclusion du combat. « L’Île sans nom », cinquième tome de « Samurai », par Di Giorgio et Genêt, aux éditions Soleil.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, di giorgio, genet, samurai, l le sans nom |  Facebook |

28/01/2010

Le Sortilège du Pontife / Les Forêts d’Opale, T.6 / Arleston, Pellet / Soleil / coll.Heroïc

On ne présente plus Arleston, le scénariste de « Lanfeust de Troy », la série d’héroïc fantasy par excellence. Dans les Forêts d’Opale, il s’en donne à cœur joie pour créer un monde peuplé de créatures en tous genres, un foisonnement qui se décline aussi dans les végétaux. L’histoire en deux mots tient en ceci : le pontife Xarchias est un homme assoiffé de pouvoir. Il veut dominer les cinq royaumes qui composent la forêt. Pour l’aider dans cette tâche, il dispose des maléfices du sorcier Kamphre d’Yrkhone. De leur côté, Darko, Sleilo, Tara et Urfold poursuivent une quête qui s’inscrit bien dans la rhétorique héroïc fantasy puisqu’ils cherchent des titans. Les ingrédients sont soigneusement agencés, une faune et une flore déconcertantes, une ou deux bonne quête bien difficile à atteindre, de l’aventure qui rebondit et qui pétarade, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour. Et le tour est joué. Et ça marche. On en redemande. Mais on reste un peu sur sa faim. Car, en près de dix ans, six albums seulement sont parus. Cette série a conquis un public pourtant inondé par une déferlante du genre. Il y a un cachet indéfinissable, au-delà de l’héroïc fantasy pur et dur, qui confère à cette BD un attrait plus large, très plaisant. « Le Sortilège du Pontife », sixième tome des « Forêts d’Opale », par Arleston et Pellet, aux éditions Soleil, collection Heroïc.

 

BD commentée par Marc Descornet

10:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, arleston, pellet, heroic, le sortilege du pontife, les forets d opale |  Facebook |

19/01/2010

L’Antre de Cerbère / Le Cinquième évangile, T.2 / Istin, Montaigne, Jacquemoire / Soleil / coll.Machination

Derrière un titre accrocheur se cache une histoire plus fouillée que ce qu’il pourrait laisser croire. C’est dans l’air du temps d’exploiter les sources des religions, notamment en supposant la découverte de textes fondateurs de nature à bouleverser les croyances. Mais ce n’est pas seulement la perspective d’un cataclysme religieux qui sert de moteur au récit. Les enjeux sont connexes. La quête des protagonistes se concentre sur une jeune fille prénommée Akila. Elle serait la propre fille de Saladin, principal adversaire des croisés et qui d’ailleurs causa leur défaite à Jérusalem. A ces éléments historiques viennent se greffer des références bibliques mais aussi une enquête digne des meilleures séries policières flirtant avec l’horreur et le fantastique. Composer avec plusieurs ingrédients, utiliser des thèmes racoleurs, explorer des voies déjà ressassées jusqu’à l’écoeurement, voilà des choix dangereux et entachés d’a priori destructeurs. Et pourtant, la sauce prend. Elle prend même très bien. On adhère aux profils psychologiques des personnages. On est séduit par le traitement narratif de ce récit original et prenant, complètement inattendu dans ce registre. Le tout est outenu par un dessin de toute beauté. « L’Antre de Cerbère », deuxième tome du « Cinquième évangile », par Istin, Montaigne et Jacquemoire, aux éditions Soleil, collection Machination.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, istin, montaigne, jacquemoire, machination, l antre de cerbere, le cinquieme evangile |  Facebook |

11/12/2009

Les Révélations du Chevalier / Confessions d’un Templier, T.1 / Falba, Bono / Soleil

Les Templiers ont déjà fait couler beaucoup d’encre et beaucoup  de couleurs. Ils ont fertilisé les imaginations les plus débordantes d’auteurs en tous genres. Les légendes qui se sont greffées sur leur histoire sont légions. La BD de Falba et Bono adopte un point de vue historique. Ils situent leur récit quelques heures avant l’exécution du dernier grand maître de l’Ordre des Templiers, Jacques de Molay. Celui-ci se livre à des confessions sous la torture d’un moine inquisiteur. Il raconte ses jeunes années, ses combats, ses défaites, sa vie au service de l’Ordre. Ceci nous vaut donc des flash-backs bourrés d’action, principalement en Terre Sainte. La lecture est assez agréable mais la qualité n’est pas vraiment au rendez-vous. De nombreuses invraisemblances ou approximations déforcent le parti pris historique. Graphiquement, les dessins sont globalement de bonne facture. Mais les décors pêchent par leur trop grande simplicité et les ambiances pâtissent d’un usage abusif d’une palette réduite à ce qui fait typiquement Moyen-âge. C’est user de facilité et ça se voit trop clairement, d’autant plus que cette impression est renforcée par la texture de fond, permanente et simulant une sorte de rendu parchemin. Dommage. Espérons que les auteurs se ressaisiront pour la suite. « Les Révélations du Chevalier », premier tome des « Confessions d’un Templier », par Falba et Bono, aux éditions Soleil.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, bono, falba, les revelations du chevalier, confessions d un templier |  Facebook |

12/11/2009

Marie / Livre 1 / Chouraqui, Colak, Halter / Soleil

Le roman de Marek Halter ne pouvait que séduire Elie Chouraqui. Tous les ingrédients qu’il affectionne s’y retrouvent : les fondements de la religion, l’histoire avec un grand « H », l’amour, la passion, la quête identitaire. Dès lors, cette adaptation en BD tombe sous le sens. Et c’est une belle réussite. Nous sommes à Nazareth, un petit vilage de Gallilée, sous le règne d’Hérode, en l’an six avant Jésus-Christ. C’est là que vit la jeune Miryem, qui donnera vie, quelques années plus tard, à un homme qui marquera les esprits pour longtemps. Pour l’heure, les villageois sont soumis aux vexations et la violence des soldats d’Hérode. Les hommes en armes surgissent. Ils pouchassent un bandit du nom de Barabbas. Les événements vont s’enchaîner de fort sinistre manière puisqu’une altercation va entraîner la mort d’un soldat, tué par la père de Miryem. Celui-ci est emmené à Tarichée pour y être crucifié. Miryem va partir à son secours, avec l’aide de Barabbas, qu’elle espère convaincre de l’aider. Nul n’a jamais réussi une telle folie. Défier la puissance de Rome ne vaut pas la vie d’un homme. Mais miryem est une jeune femme volontaire, mue par une foi inébranlable, pas nécessairement la foi en la venue du messie dont tout le monde parle mais plutôt une foi en la volonté justement. Un album documenté, au graphisme sobre et soigné. « Marie. Livre 1 », par Chouraqui et Colak, d’après Marek Halter, aux éditions Soleil.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, marie, colak, livre 1, chouraqui, halter |  Facebook |

09/11/2009

Ioen / Ténèbres, T.1 / Bec, Iko / Soleil

C’est un monde post-apocalyptique qui sert de décor à ce récit. Les hommes se terrent comme des chiens derrière de hauts murs. Avant, tout autour de ces remparts, il y avait des champs de maïs et de blés à perte de vue. Aujourd’hui, tout n’est plus que feux et ténèbres. Il y a néanmoins un espoir, incarné en la vneu d’un sauveur. La prophétie dit qu’un seul viendra par siècle, dans une armure de glace, tenant dans ses mains vengeresses le salut. Le premier est venu sur un destrier il y a bientôt cent ans, armé d’une simple lance de titane. Il s’est engouffré dans la grande faille pour les combattre et n’est jamais reparu. Nul ne connaît l’issue de son comabt titanesque. Puis les créatures ont disparu. Pendant une génération, on pensait alors qu’il les avait vaincues, avant qu’elles ne réapparaissent et ne recommencent à ravager les terres et à semer la terreur. Mais un nouveau sauveur est attendu. Peut-être est-il déjà né. Dans un village isolé au creu d’une vallée, un incendie ravage une maison. Un enfant est prisonnier des flammes. Il n’y a aucune chance de le sortir vivant du brasier. Ses parents assistent impuissants à l’effondrement de leur maison. C’est alors qu’un miracle a lieu. Leur fils Ioen apparaît nu et indemne au milieu du feu. Un récit prenant, construit avec originalité et fort joliment mis en images : « Ioen », premier tome de « Ténèbres », par Bec et Iko, aux éditions Soleil.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, bec, tenebres, iko, ioen |  Facebook |

07/11/2009

Blue Beam Project / Prométhée, T.2 / Bec / Soleil

Une série d’événements totalement inexpliqués s’est déclenchée sur la Terre. Ces phénomènes catastrophiques s’abattent sur le globe, jour après jour, à la même heure : treize heures treize. Alors que partout les avions s’écrasent et que l’apocalypse frappe la planète entière, le futur de l’humanité semble soudain plonger dans les ténèbres, présageant le pire pour notre civilisation. Alors que les plus hautes sphères du pouvoir américain s’interrogent sur les motivations de ceux qu’elle soupçonne d’avoir orchestré ces incroyables attentats, certains avancent des explications plus audacieuses. Un spécialiste des organisations secrètes et des complots internationaux prétend qu’il s’agit d’un projet secret de la Nasa, le Blue Beam Project.  Ce serait une stratégie pour imposer au monde une nouvelle religion unique nommée le « nouvel âge », dans le but d’imposer un contrôle planétaire par les Etats-Unis. Le projet vise donc à tromper le monde par une vaste mystification de haute technologie en quatre phase, passant par l’effondrement des connaissances archéologiques, religieuses et scientifiques, une simulation de la fin des temps, une manipulation des consciences et des manifestations surnaturelles. C’est un véritable cauchemar. Une BD efficace, joliment travaillée : « Blue Beam Project », deuxième tome de « Prométhée », par Christophe Bec, aux éditions Soleil.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soleil, bec, promethee, blue beam project |  Facebook |