30/11/2010

Fort Thélème / Commando colonial, T.3 / Appollo, Brüno / Dargaud / coll.Poisson pilote

 

commando3.JPG

 

La campagne d’Afrique pendant la seconde guerre mondiale a mis les soldats à rude épreuve. Non seulement, le conflit armé était bien présent avec tout ce qu’il a de terrible en soi, mais le désert s’est érigé comme un ennemi insidieux, implacable. Certains ont succombé, peut-être pas physiquement car le corps a des limites étonnantes, mais la raison se montre bien plus fragile et prompte à chavirer. A moins que les conditions extrêmes ne fassent au contraire recouvrer la raison en ces temps de folie meurtrière. Le major Antoine Robillard, accompagné du quartier-maître Maurice Rivière, sillonne le désert à la recherche d’un homme qui aurait probablement franchi le pas. Ils sont engagés dans les forces françaises libres et ont pour mission de retrouver le capitaine Jean-Baptiste Ferrand, disparu dans le désert et supposé déserteur, sans mauvais jeu de mots. Le hic, c’est qu’il n’est pas parti les mains vides et que ce qu’il détient pourrait changer le cours de la guerre. Le dessin épuré de Brüno va à l’essentiel. Il explore les recoins de la ligne claire avec originalité. Le rythme du récit jouit d’une admirable maîtrise qui rehausse l’attrait du scénario surprenant de Appollo. Un savant dosage entre aventure, histoire et humour : « Fort Thélème », troisième tome de « Commando colonial », par Appollo et Brüno, aux éditions Dargaud, collection Poisson pilote.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fort thélème, commando colonial, appollo, brüno, dargaud, poisson pilote |  Facebook |

26/11/2010

Little Jones / XIII mystery, T.3 / Henninot, Yann / Dargaud

xiiimystery3.JPG

A Chicago, une petite fille et son grand frère traînent dans les rues et expriment leur révolte contre la police en écrivant sur les murs des slogans comme « tuez les porcs », une expression popularisée par le mouvement des Black Panthers. Les Black Panthers sont nés dans le milieu des années soixante et ont connu une forte expansion pendant quelques années, jusqu’à disparaître en raison de fortes dissensions internes. Ce mouvement radical revendique la réalisation d’un programme en dix points pour la cuase des noirs, dans la lignée de Martin Luther King et de Malcolm X. Les Black Panthers ont cependant choisi un mode d’action bien plus radical que les simples discours politiques. Ils s’organisent pour mener des actions violentes qui ne leur assurent pas bonne presse auprès d’une large frange de la population noire qui les juge contre-productifs. C’est dans contexte que Little Jones grandit et fera les rencontres qui la mèneront à devenir le lieutenant Jones, bien des années plus tard. Un scénario bien huilé, rien d’étonnant de la part de Yann, qui s’est admirablement approprié les codes de la série « XIII », mêlant pure fiction et presque réalité. On y apprendra enfin le prénom de Jones, une révélation à la hauteur du mystère qui l’entoure. Quant au dessin de Henninot, c’est du pur bonheur. « Little Jones », troisième tome de « XIII mystery », par Henninot et Yann, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

07:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : little jones, xiii mystery, henninot, yann, dargaud |  Facebook |

25/10/2010

Lapins sur la lune / Le Rêve du papillon, T.1 / Marazano, Yin / Dargaud

 

revepapillon1.JPG

Une pauvre petite orpheline un peu aventureuse s’est égarée dans la neige. En essayant de retrouver son chemin, elle découvre une ville étrange, peuplée d’animaux parlants qui la regardent avec effroi, non pas qu’ils n’aient jamais vu d’humain mais plutôt scandalisés de voir une petite fille oser se montrer en public. Car dans ce monde la, bestiaire totalitaire, les enfants humains sont des parias priés de rester cachés et de travailler comme petites mains corvéables à merci. Cet univers onirico-fantastique est le décor d’une histoire riche en symboles, culturellement ancrée et qui promet des développements alléchants. Graphiquement, la référence saute aux yeux. Alors que Marazano puise ses sources  narratives dans l’univers imaginaire de Lewis Caroll, Yin, lui répond au diapason avec une imagerie inspirée des travaux de Hayao Miyazaki, soutenue par un rythmique à mi-chemin entre la BD asiatique et la BD européenne. Cette parfaite adéquation texte-image renforce un récit porteur de sens, accessible à tout type de public. L’élément déclencheur en est une parabole du penseur taoïste chinois ZhuangZi dans laquelle un sage rêve qu’il est un papillon. Quand il se réveille, il se demande s’il n’est pas un papillon qui rêve qu’il est un homme. La nature profonde de la réalité est ainsi posée, avec concision. « Lapins sur la lune », premier tome du « Rêve du papillon », par Marazano et Yin, Aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

10:32 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lapins sur la lune, le rêve du papillon, marazano, yin, dargaud |  Facebook |

07/10/2010

Pour solde de tout compte / Dantès, T.4 / Guillaume, Boisserie, Juszezak / Dargaud

 

dantes4.JPG

Alors que l’affaire Kerviel passe en justice, ce nouvel épisode de Dantès annonce pas mal de rebondissements et surtout l’assouvissement d’une vengeance mûrement préparée. Jerôme Kerviel est un ancien trader, un spécialiste de l’achat et de la vente d’actions en bourse. Il a été condamné à cinq ans de prison et à une amende de près de cinq milliards d’euros de dommages et intérêts. Comme Kerviel, Alexandre est un trader condamné pour des manœuvres frauduleuses. Sauf qu’Alexandre est innocent. Son ancien patron, une banque d’affaire qui a pignon sur rue, lui a fait jouer un mauvais rôle dans un montage financier dont il est une victime collatérale. Alexandre en prend pour vingt-deux ans de prison. Mais douze ans plus tard, un certain Christopher Dantès fait une entrée fracassante dans le milieu de la haute finance. Assis sur une considérable fortune, il approche quelques personnages clés susceptibles de devenir les partenaires privilégiés d’une affaire aux prodigieux dividendes. Libre transposition du roman d’Alexandre Dumas « Le Comte de Monte-Cristo », cette série séduit par ses atouts : un scénario bien charpenté, des personnages consistants, une intrigue prenante, un graphisme efficace. Alexandre Dantès de Monte-Christopher n’en a pas fini d’assouvir une froide vengeance. « Pour solde de tout compte », quatrième tome de « Dantès », par Guillaume, Boisserie et Juszezak, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pour solde de tout compte, dantès, guillaume, boisserie, juszezak, dargaud |  Facebook |

05/10/2010

L’enfer, le silence / Blacksad, T.4 / Canales, Guarnido / Dargaud

 

blacksad-4.jpg

« L’enfer, c’est les autres », affirmait Jean-Paul Sartre. Cette phrase a engendré de multiples interprétations et inspiré un myriade d’auteurs comme point de départ narratif. Dans ce quatrième tome très attendu de « Blacksad », ce n’est pas de cet enfer-la dont il s’agit. L’enfer serait plutôt l’épouvantable situation que vivent les toxicomanes, ou encore l’effroyable vie détruite des victimes d’erreur médicales ou pharmacologiques. Ce pourrait aussi être l’insoutenable et sordide emprise de quelque forban sans scrupule. C’est dans cet univers qu’évolue John Blacksad, un détective privé à la carrure imposante et aux méthodes inspirées, assisté de Weekly, un petit journaliste fouineur et râleur mais néanmoins fidèle et intrépide. Blacksad est chargé par un producteur de jazz agonisant de retrouver Sebastian Fletcher, un pianiste de génie, disparu sans laisser d’adresse. Les auteurs ont opté pour une BD animalière de haute volée. Le style réaliste se marie harmonieusement avec les têtes animales dotées de corps humanisés. La dynamique du récit, peaufinée, séduit les lecteurs les plus exigeants. Cette BD de caractère renferme des trésors d’inventivité qui éclatent en un feu d’artifice graphique pour nous emporter dans les entrailles d’un système implacable. Superbe ! « L’enfer, le silence », quatrième tome de « Blacksad », par Canales et Guarnido, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’enfer, le silence, blacksad, canales, guarnido, dargaud |  Facebook |

29/09/2010

Rédemption / La Jeunesse de Blueberry, T.19 / Blanc-Dumont, Corteggiani / Dargaud

 

bluebrry.JPG

La série « Bueberry » connaît une longévité exemplaire dans le paysage éditorial. Initiée par Charlier et Giraud, son destin a ensuite été confié à d’autres auteurs. Parmi eux, François Corteggiani et Michel Blanc-Dumont se montrent respectueux de l’œuvre initiale, mais peut-être avec excès, au point de rester trop sage. Pourtant, Blueberry est typiquement le héros qui se prête aux revirements inattendus. Jean Giraud l’a d’ailleurs démontré dans la série « Mister Blueberry ». Mike Steve Donovan, alias Blueberry, incarne nos contradictions humaines. Tête brûlée, il se montre aussi sentimental ou désabusé. Solitaire, il n’en néglige pas pour autant ses amis. Issu d’une riche famille du Sud, il combat sous drapeau nordiste et fréquente les pires canailles dans les bouges les plus infâmes. Justicier sans peurs mais pas sans reproches, sa morale repose sur des principes qu’il n’hésite pas à mettre de côté en fonction des impératifs. L’armée le qualifie d’incontrôlable mais il lui rend de fiers services, toujours prêt à accomplir les missions les plus dangereuses. C’est encore le cas dans cet album conclusion d’une aventure. Confronté à un assassin mystique qui embobine les habitants d’un village par ses sermons, Blueberry est tombé dans un piège dressé par son propre commanditaire. « Rédemption », dix-neuvième tome de « La Jeunesse de Blueberry », par Blanc-Dumont et Corteggiani, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rédemption, la jeunesse de blueberry, blanc-dumont, corteggiani, dargaud |  Facebook |

02/09/2010

Borderline / Metropolitan, T.1 / Bonneau / Dargaud

 

metropolitan1.JPG

 

Dans une rame de métro parisien, un inspecteur de police suave la vie d’une jeune homme en arrêt cardiaque. Huit ans plus tard, nous retrouvons Vincent Revel et Alekseï Borislaw. Une belle amitié s’est construite entre ces deux hommes. Revel est toujours policier et Borislaw dirige une société d’informatique. Un mystérieux individu semble leur vouloir du mal, mais ils n’en ont pas encore conscience. Ce dangereux personnage fait exploser une bombe dans le métro, mais une bombe inoffensive qui ne fait aucune victime, seulement un beau spectacle tout de rouge coloré, de la peinture tout simplement. Cette mise en scène de très mauvais goût n’est peut-être qu’un prélude à de véritables actions terroristes. A moins que ce ne soit un message adressé à Revel, présent dans le métro au moment de l’explosion. Nous n’en saurons pas beaucoup plus dans ce premier tome qui peine un peu à mettre en place la narration. Par contre, les personnages et le contexte bénéficient d’un traitement de luxe. Espérons que les prochains épisodes verront l’action se développer à un rythme plus soutenu. En attendant, ne boudons pas notre plaisir de contempler la magnifique mise en couleurs de cet album introductif. L’incroyable variété des angles de vue, très à propos, achève de nous convaincre. « Borderline », premier tome de « Metropolitan », par Julien et Laurent Bonneau, aux éditions Dargaud.

 

BD commentée par Marc Descornet

 

07:01 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : borderline, metropolitan, bonneau, dargaud |  Facebook |