15/10/2011

Chambre obscure / Bonin / Dargaud

 

A la fin du dix-neuvième siècle en France, un voleur astucieux et stylé sévit. Il s’intéresse particulièrement à des œuvres d’art, des bijoux. Né sous la plume du romancier Maurice Leblanc, Arsène Lupin a séduit des générations de lecteurs et inspiré pléthore d’auteurs. Cyril Bonin fait partie du lot. Il s’en démarque cependant par un regain d’originalité, mélant des éléments classiques d’une enquête à la Hercule Poirot, policier imaginé par Agatha Christie, à des allusions au féminisme. C’est d’ailleurs historiquement un choix judicieux puisque c’est à la même époque que les mouvements de libération des femmes se ravivent et se structurent pour imprimer leurs actions réformistes dans la durée. Alma se revendique des féministes. Voyageuse aventurière, elle affiche ostensiblement sa liberté conquise au prix d’importants sacrifices. Son mode de vie s’accomode du célibat, même si ses atouts lui valent quelques prétendants, malheureusement vite refroidis. L’inspecteur Alcide Leblanc est tombé sous le charme, lui aussi, mais avec discrétion quoiqu’avec persévérance. Cartésien obstiné, et paradoxalement superstitieux, il tente d’élucider un vol de tableaux bien singulier commis en la demeure de cette famille bourgeoise aux personnalités bien affirmées. De son tracé somptueux, Bonin fait vivre cette intrigue fouillée. Splendide ! « Chambre obscure », un dyptique ingénieux signé Cyril Bonin aux éditions Dargaud.

 

20:39 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chambre obscure, bonin, dargaud |  Facebook |

09/10/2011

Anomalies quantiques / Survivants, T1 / Leo / Dargaud

 

Leo exploite le filon inépuisable des mondes d’Aldébaran. Cette nouvelle série parallèle à « Aldébaran », « Betelgeuse », « Antarès », « Terres lointaines » et d’autres encore, met en scène de nouveaux personnages, un groupe de rescapés livrés à eux-mêmes sur une planète isolée, à la faune et à la flore potentiellement hostiles. Ce groupe de survivants naufragés ne peut compter que sur les faibles ressources contenues dans la capsule qui les a acheminés sur cette planète inconnue, éloignée de leur destination initialement prévue. Ils ne sont pas totalement démunis car le but de leur expédition était bien de coloniser des mondes extra-terrestres. Leo arrive à surmonter le danger de la redite, pourtant inévitable dans ce cas de figure. Il parvient à nous captiver pour le sort de ces humains aux caractères bien spécifiques, aux relations interpersonnelles difficiles, et qui vont malgré leurs divergences devoir s’entendre pour survivre. Pour ce faire, ils doivent trouver un équilibre, spécifier clairement les rôles, gérer les conflits potentiels, fixer les priorités, prendre des décisions, bref se comporter en harmonie. C’est exactement l’enjeu le plus fondamental de toute vie en société. C’est sans-doute cela qui nous séduit tant chez Leo, cette faculté d’analyse des relations humaines. « Anomalies quantiques », premier tome de « Survivants », par Leo, aux éditions Dargaud.

 

 

19:20 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anomalies quantiques, survivants, leo, dargaud |  Facebook |

08/10/2011

L’Organisation / Parker, T2 / Cooke, Stark / Dargaud

 

Quand vous entrez dans cet album, vous êtes immédiatement placé face à un type implacable, au cœur sec et à l’âme meurtrie. Parker est un cambrioleur exceptionnellement doué. Mais il s’est fait doubler par sa femme qui lui a tiré dessus et est parti avec un autre. Ca l’a dévasté. Depuis lors, Parker s’est endurci. Il ne ressent plus aucune pitié ni aucun sentiment d’empathie. Son esprit n’est habité que par la vengeance. Il va l’assouvir car il en a la volonté et que l’instinct de survie lui est chevillé au corps. Pour échapper aux tueurs qui le traquent, Parker doit identifier le commanditaire et l’éliminer. Il va donc remonter le courant jusqu’à sa source, et régler ses comptes. Vous l’avez compris, ce récit s’annonce énergique. Et effectivement la progression du personnage prend des allures extrêmement brutales, une ambiance renforcée par le traitement graphique, un dessin taillé au couteau et une bichromie incisive, froide. Cet homme seul ne peut compter que sur lui-même et sur quelques vieilles relations fiables. Il s’attaque, relativement démuni, à des gros pontes de la mafia, influents dans les sphères du pouvoir. Un polar noir à souhait. Dommage que le rythme soit cassé à un certain moment, quand la BD laisse place à un texte illustré d’une excessive longueur, avec pour résultat la perte du fil de l’histoire. « L’Organisation », second tome de « Parker », par Cooke et Stark, aux éditions Dargaud.

 

 

07:16 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’organisation, parker, cooke, stark, dargaud |  Facebook |

04/10/2011

La Ribambelle reprend du service / Krings, Zidrou, Roba / Dargaud

 

La Ribambelle, c’est une bande de copains qui se réunissent sur un terrain vague au milieu duquel un vieux bus leur tient lieu de quartier général. Ils ont vécu de multiples aventures, relevé de nombreux défis, se sont sortis de situations périlleuses auxquelles une solide amitié leur a permis de faire face. Archibald le richissime écossais en kilt, Dizzy le trompettiste fan de jazz, Phil le débrouillard, Grenadine l’indispensable âme féminine et Atchi et Atcha les jumeaux japonais ceintures noires de judo. Cet album sort après plus de vingt-cinq ans d’absence éditoriale, à l’exception d’une intégrale. Nous retrouvons la Ribambelle à la rentrée des classes comme si ne s’était écoulé que le temps d’un été. Mais un été ravageur car leur terrain vague est en friche et leur bus tombe en morceaux. Il est temps pour eux de s’en débarrasser, le cœur lourd, et si un collectionneur veut bien les aider. Pendant qu’ils cherchent une solution, la bande des Caïmans s’évertue à leur nuire. Zidrou et Krings réussissent un coup de maître en reliftant l’œuvre avec beaucoup de respect. Ils en préservent tous les éléments qui en font son identité et son charme tout en y insufflant une inventivité épatante. Ils nous livrent un album rudement bien équilibré, cohérent, au rythme soutenu et constant, qui devrait plaire à un très large public. « La Ribambelle reprend du service », par Krings et Zidrou, d’après Roba, aux éditions Dargaud.

 

19:07 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la ribambelle reprend du service, la ribambelle, krings, zidrou, roba, dargaud |  Facebook |

28/09/2011

Seth / W.E.S.T., T.6 / Dorison, Nury, Rossi / Dargaud

 

La WEST, Weird Enforcement Special Team, est mandatée par le Président des Etats-Unis pour résoudre des affaires criminelles entachées de surnaturel. A leur tête, Morgan Chapel est en proie à un terrible combat intérieur. Sa propre fille est possédée par un dangereux démon et toutes les tentatives pour l’en extraire se sont soldées par un échec. Chapel doit mettre un terme au carnage provoqué par ce démon nommé Seth, et qui va s’amplifiant. Il ne lui reste plus qu’une alternative, tuer sa fille. Cette exécution immorale doit intervenir avant que le démon n’atteigne l’endroit de ses origines, Valeria City, qui lui confèrera une puissance invincible. Le monde tremble. Pour le sauver, une équipe de dur-à-cuire déjantés, des psychopathes qui ont appris à canaliser leurs pulsions au service de leur employeur, mais qui pourraient bien basculer du côté obscur à tout moment. Ce qui est certain, c’est que plus la tension monte, plus le risque d’explosion incontrôlable augmente. Xavier Dorison et Fabien Nury atteignent des sommets dans l’écriture de ce scénario brillant, taillé sur mesure pour Christian Rossi, disciple de Jean Giraud dont il avait repris le dessin de « Jim Cutlass », avec un univers de western ésotérique. On ne pouvait rêver meilleur interprète pour cette infernale symphonie au final surprenant, . « Seth », sixième tome de « W.E.S.T. », par Dorison, Nury et Rossi, aux éditions Dargaud.

21:45 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seth, w.e.s.t., dorison, nury, rossi, dargaud |  Facebook |

17/05/2011

Après Minuit / Belleville story, T.2 / Malherbe, Pierrot / Dargaud

belleville2.JPG

Belleville est un quartier enclavé dans Paris, c’est Chinatown dominée par les triades, la mafia chinoise. Dans les caves et arrières boutiques grouille un monde de business très lucratif, alimenté par une main d’œuvre importée en toute illégalité et dont l’approvisionnement est assuré par des passeurs, un réseau remarquablement organisé. Et puis, il y a les caïds pur jus, des Français inconscients qui tentent de se faire une place dans cette chasse gardée. Parmi eux, Freddy se retrouve embarqué dans une affaire entre chinois. Le Parrain Wang l’oblige à tuer un certain Zhu, payé pour sortir une jeune fille des griffes de la mafia et la ramener en Chine auprès de ses parents. Zhu a la réputation d’être un vrai dur, un impitoyable tueur redoutablement efficace. Le novice Freddy, placé face au Zhu, n’a pas eu le cran de presser sur la détente, et Zhu l’a épargné. Les deux hommes en viennent même à faire équipe, sur des bases fragiles et une suspicion latente. C’est que derrière leur carapace de caïds, Freddy et Zhu partagent paradoxalement un idéal de justice. La justice, au même titre que la liberté, l’égalité, la tolérance est un enjeu qui peut s’exprimer de façon concrète par des comportements et des manifestations variées et même antagonistes. « Après minuit », superbe second tome mouvementé de cette admirable « Belleville story », par Malherbe et Pierrot, aux éditions Dargaud.


 M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : après minuit, belleville story, malherbe, pierrot, dargaud |  Facebook |

13/04/2011

Le Bras du chapitre / Valentiné Pitié, T.2 / Benn / Dargaud

valentine-pitie-2-le-bras-du-chapitre.jpg

 

Il y a des destins qui marquent par leur côté à la fois exceptionnel et dérisoire. C’est le cas d’Annie Girardot qui vient de nous quitter. Icône du cinéma, l’amour l’aura d’abord orientée vers des choix tristement déterminants la menant à la ruine et à la déchéance de l’alcool. Puis, alors que le cinéma la consacrait enfin lors d’une poignante cérémonie des Césars, la maladie d’Alzheimer la plongeait à nouveau dans un tragique oubli. C’est un destin non moins atypique qui frappe l’héroïne imaginée par André Benn. Valentine Pitié a vu ses parents mourir dans leur quête de fortune chez les esquimaux, qui l’ont recueillie et élevée. De retour à la civilisation, la petite fille devenue une ravissante jeune femme fait preuve d’une volonté de fer. Elle fréquente deux fous du ciel, deux frères férus d’aviation en ces temps de conquête de l’air. Il fallait un grain de folie pour braver le danger et se lancer à l’assaut des nuages sur des engins expérimentaux. Séduite et obstinée, Valentine devient la première aviatrice de France, au mépris de la discrimination sexuelle instituée en loi. Séduite aussi par les deux frères, elle jette son dévolu sur l’un d’eux, un gage de folles aventures, une vie frénétique qui lui convient à merveille, une promesse d’épanouissement individuel. Mais le sort frappe. Un émouvant et bouleversant récit : « Le Bras du chapitre », deuxième tome de « Valentiné Pitié », par Benn, aux éditions Dargaud.

 

M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le bras du chapitre, valentiné pitié, benn, dargaud |  Facebook |