21/12/2011

Pour en finir avec le cinéma / Blutch / Dargaud

 

Blutch, cet auteur étonnant, se penche longuement sur le cinéma, sur son histoire, son évolution, au travers d’une kyrielle de figures illustres. Ces auteurs, scénaristes, réalisateurs, metteurs en scène, et surtout les acteurs et actrices se sont fait les ambassadeurs d’un divertissement au succès jamais démenti. Le lecteur de cette BD introspective sur le thème du cinéma aurait l’immense plaisir de découvrir ou de redécouvrir des grosses pointures de jadis, telles que Burt Lancaster, un immense talent qui a marqué tout au long de sa vie quelques uns de chefs d’œuvres du grand écran. Il a endossé des rôles disparates avec une aisance déconcertante, donnant à chacun de ses personnages une consistance incroyable. Côté français, Blutch semble surtout vouer une fascination pour Michel Piccoli. Il lui fait dire quelques répliques bien senties. En voici un échantillon : « Pour damer le pion aux vieux croutons, on a dit de l’art qu’il était « moderne »… Puis, comme cette épithète prit de l’âge, l’art devint « actuel »… Et quand ça n’a plus suffi, on lui colla l’enseigne « contemporain ». Blutch se met lui-même en scène aussi. C’est lui le conteur de cette envolée réflexive qui résonne comme un hommage critique et subjectif au cinéma. Son cheminement s’avère parfois déroutant. Mais l’intention sous-jacente se dessine comme une réponse à une obsession-passion. « Pour en finir avec le cinéma », par Blutch, aux éditions Dargaud.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pour en finir avec le cinéma, blutch, dargaud |  Facebook |

16/12/2011

La chasse au papillon / PetitMardi et les Zumins, T2 / Jouannigot / Dargaud

 

L’univers graphique de Loïc Jouannigot est enchanteur. Les couleurs chatoyantes donnent vie à des personnages croquignolets évoluant dans un monde de verdure et de charmants paysages jalonnés de coquettes habitations. Tout commence par la disparition d’un papillon auquel tient beaucoup Cerise. Elle a aperçu les deux rats qui ont subtilisé son précieux bien. Ce sont des Cramoisis, des habitants du monde des zanimos. Cerise fait appel à son cousin Voltaire pour une expédition chez les zanimos. Les Cramoisis sont les ennemis héréditaires des souris. Cerise et Voltaire découvrent rapidement que le vol du papillon est lié à une chasse au trésor. Ils se rendent chez le roi Tarture, victime des Cramoisis. Ceux-ci ont détruit son magnifique puzzle de près de vint-cinq mille pièces et qui représente une carte du royaume. La papillon en est la dernière pièce et indique l’endroit où se trouve le trésor. S’ensuit une périlleuse et néanmoins joyeuse aventure au travers du pays des zanimos. Loïc Jouannigot s’adresse au jeune lectorat et parvient à trouver le vocabulaire graphique adéquat pour raconter une chouette histoire, très fournie mais aussi très lisible. Ses superbes dessins illuminent les pages et ont tous les atouts pour éblouir les petits lecteurs, comme les plus grands. « La chasse au papillon », deuxième tome de « PetitMardi et les Zumins », par Jouannigot, aux éditions Dargaud.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la chasse au papillon, petitmardi et les zumins, jouannigot, dargaud |  Facebook |

29/11/2011

A l’abordage / Boule et Bill, T.33 / Verron, d’après Roba / Dargaud

 

Verron a repris les personnages créés par Roba en adoptant son style au plus près. Même s’il n’a pas totalement réussi à reproduire le coup de crayon du maître, il a réussi à conserver la personnalité du trait et des personnages qu’il fait vivre. La mécanique des gags fonctionne très bien et sur un schéma similaire à celui de l’ensemble de la série. Il est remarquable de constater qu’il ya toujours moyen d’exploiter un univers délimité, restreint, comme celui de ce petit garçon et de son cocker, entourés de papa, maman et de la tortue Caroline, et puis aussi du copain Pouf et d’autres, sans oublier les chiens du quartier avec qui Bill échange des bons plans nonosses. Ce nouvel album est dédié au thème des pirates. Tous les gamins de tourtes les générations se sont un jour glissé dans la peau de ces marins sanguinaires. Boule ne fait pas exception. Il en faut peu pour se créer tout un monde et se raconter des aventures passionnantes. Un déguisement sommaire, une vieille caisse en bois et un magnifique drapeau à tête de mort peinte en noir sur une nappe blanche. C’est l’imagination au pouvoir. Sauf que bien sûr, le vrai pouvoir ne manque jamais de se manifester. La maman de Boule déboule furax. Elle a les boules de voir le sort funeste réservé à sa nappe. C’est pétillant, drôle et réjouissant : « A l’abordage », trente-troisième tome de « Boule et Bill », par Verron, d’après Roba, aux éditions Dargaud.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : a l’abordage, boule et bill, verron, roba, dargaud |  Facebook |

23/11/2011

Voyage en Satanie, T.1 / Vehlmann, Kerascoët / Dargaud

 

Fabien Vehlmann s’affirme comme un scénariste qui compte dans le milieu de la BD. On lui doit notamment les séries « Le Marquis d’Anaon », « Seuls » et la reprise actuelle de « Spirou et Fantasio ». Un des ses one-shots, intitulé « Jolies ténèbres », s’était particulièrement fait remarquer il y a deux ans. Il était dessiné par Kerascoët. Ce pseudonyme est utilisé par un couple de dessinateurs avec qui Vehlmann remet le couvert pour créer « Voyage en Satanie ». Ce titre et le thème d’une expédition spéléologique évoquent immédiatement le roman de Jules Verne « Voyage au centre de la terre ». Ce ne sont pas des hommes préhistoriques, mais une communauté de reclus qui vit dans les entrailles de la terre. Ils vivent en bordure d’un gouffre sans fond qui éructe de temps à autre des vapeurs brûlantes. Un explorateur un peu fou entend prouver l’existence de l’enfer en se basant sur les théories de Darwin sur l’évolution des espèces. Il va sans dire que ses travaux théoriques ne lui valent que railleries de la part de la communauté scientifique. Parti pour prouver ses dires, il n’est jamais revenu. C’est sa sœur partie sur ses traces que nous suivons dans cette BD d’où se dégage une certaine poésie mais dont on sent les tensions sous-jacentes qui apparaissent dans le groupe et s’amplifient au fur et à mesure de ce « Voyage en Satanie », premier tome, par Vehlmann et Kerascoët, aux éditions Dargaud.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage en satanie, vehlmann, kerascoët, dargaud |  Facebook |

20/10/2011

Secrets de famille / Les Enquêtes d’Andrew Barrymore, T2 / Delestret, Valambois / Dargaud

 

Ce deuxième épisode de ce polar western nous emmène sur un chantier de construction d’une ligne de chemin de fer. L’avancement des travaux bute à Old Creek Town sur un amas rocheux particulièrement solide. Pour en venir à bout, les grands moyens sont déployés. Mais l’usage de la dynamite augmente le niveau de dangerosité. Les accidents se multiplient, souvent mortels. La tension monte parmi les ouvriers. Un vent de rébellion souffle jusqu’au oreilles du maître d’ouvrage, l’industriel Emerson Kurtsfield, un homme particulièrement buté, à cheval sur les principes et aux manies très ancrées. Il dirige d’une main de fer à la fois sa famille et ses employés. Alors quand Emerson tombe raide mort victime d’un empoisonnement, les pistes ne manquent pas pour démasquer le coupable. Andrew Barrymore participe à cette enquête complexe et qui lui réserve d’innombrables rebondissements. Ce récit au rythme soutenu s’adresse à un très large public avec un succès indéniable. Les personnages aux contours bien définis se montrent attachants. Le doute et les soupçons du lecteur sont entretenus avec maestria jusqu’à la toute dernière page qui réserve une révélation désarmante. Cette fin suscite aussi un épilogue que le lecteur devra imaginer lui-même. « Secrets de famille », deuxième tome des « Enquêtes d’Andrew Barrymore », par Delestret et Valambois, aux éditions Dargaud.

 

 

19:57 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : secrets de famille, les enquêtes d’andrew barrymore, delestret, valambois, dargaud |  Facebook |

18/10/2011

L’apocalypse selon Saint Jacky / Blast, T2 / Larcenet / Dargaud

 

Polza Mancini est en garde à vue, interrogé sans relâche par deux flics chargés de lui tirer les vers du nez pour faire la lumière sur l’agression d’une jeune femme dont Polaz est soupçonné d’être le coupable. En réponse à la pression exercée par les deux policiers, Polza ne se départi pas d’un calme admiratif pour raconter son errance dans un monde de brutes qui lui semble étranger. Il faut dire que son obésité flagrante ne lui a pas rendu la vie facile. Sujet de railleries, oppressé par la masse graisseuse et les quolibets qu’elle provoque, Polza s’est réfugié dans une profonde quête intérieure, entretenue par l’ingestion d’alcool et de chocolat. La mort de son père lui valut une révélation intense. Une sensation plus intense que l’orgasme l’a submergé, un blast libérateur qui lui fait totalement oublier sa difficile condition physique et sociale. Son parcours l’a ensuite mené vers une retraite en forêt, en harmonie avec cette nature qui ne le juge pas, qui l’accepte tel qu’elle l’a fait. Plongé dans un torpeur salvatrice, il n’a pas vu venir le danger, cette agression violente qui provoque un nouveau départ. Il échoue sous les coups d’une barre de fer d’un dealer qui le prend sous son aile et lui fera connaître de nouveaux blasts. Une étourdissante introspection subversive dans les secrets du crépitement de notre existence. « L’apocalypse selon Saint Jacky », deuxième tome de « Blast », par Larcenet, aux éditions Dargaud.

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’apocalypse selon saint jacky, blast, larcenet, dargaud |  Facebook |

16/10/2011

Après l’homme / S.A.M., T1 / Marazano, Shang / Dargaud

 

Le genre littéraire apocalyptique connaît un succès continu depuis l’utilisation de la bombe atomique et la montée des tensions dues à la guerre froide. A ces menaces atténuées depuis la chute du mur de Berlin succède celle du dérèglement climatique et la perspective d’un monde dévasté par les catastrophes naturelles. Un autre bouleversement alimente également les scénarios apocalyptiques, celui des technologies et de l’informatique en particulier. Dans ce domaine, un courant sort du lot, notamment au cinéma, celui de la biotechnologie qui allie informatique et génétique. L’évolution vertigineuse de la cybernétique donne froid dans le dos. Les androïdes s’incrustent dans notre réalité. Les progrès de la robotique ouvrent des horizons prometteurs. Mais ces promesses ne sont peut-être pas celles d’un monde meilleur. Richard Marazano s’inscrit dans la mouvance pessimiste, imaginant une planète conquise par les machines. Les survivants humains se cachent mais sont décimés les uns après les autres. Lors d’un affrontement, un événement insolite se produit. Un robot tueur touché par un tir de rocket épargne un humain et celui-ci se met en tête de le réparer. Pur récit d’aventure futuriste, cette BD a pour principales qualités une mise en page dynamique et un graphisme sympathique. « Après l’homme », premier tome de « S.A.M. », par Marazano et Shang, aux éditions Dargaud.

 

 

20:41 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : après l’homme, s.a.m., marazano, shang, dargaud |  Facebook |