28/03/2014

Envoûtantes chimères T2 / Manara / Glénat

envoutantes-chimeres-.jpg

 

Milo Manara s'est imposé comme l'auteur le plus représentatif de la BD érotique. Son trait élégant est une invitation au désir charnel à lui seul. A côté de ses séries les plus connues et les plus représentatives, telles « Le Déclic » ou « Giuseppe Bergman », Manara s'est illustré dans des petites fantaisies coquines tout à fait délectables. Ces courts récits et autres petites merveilles de sensualité sont rassemblées en recueils sous le titre générique de « Envoûtantes chimères ». Le deuxième volume est paru et il regroupe une nouvelle fois de jolies pépites. Il nous propose quatorze histoires de formats fort variés, du récit en quelques pages à la fresque historique retraçant l'histoire de l'humanité des origines à l'an deux mille. Celle-ci nous fait réaliser que Manara puise son inspiration dans les racines les plus profondes de l'homme, et bien sûr de la femme. Il a trouvé l'alchimie parfaite entre la volupté à laquelle nous aspirons et l'agressivité qui a toujours guidé nos actions. De la guerre du feu à la bombe atomique, nous avons de tous temps développé un génie démesuré pour détruire ou faire souffrir notre prochain, et aussi la prochaine. L'engagement de Manara transpire de chaque page de cet album qui apporte un certain éclairage à son oeuvre. Nous la découvrons d'un autre point de vue. Intéressant ! « Envoûtantes chimères », deuxième tome , par Manara, aux éditions Glénat.

 

M.Descornet

 

 

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : envoûtantes chimères, manara, glénat |  Facebook |

27/03/2014

Les étiquettes / Clarke / Treize étrange

cv-les-etiquettes.jpg

 

Clarke est le dessinateur de « Mélusine », mais aussi des « histoires à lunettes », de « Mister Président » et d'autres facétieuses BD. Il a aussi exploré d'autres univers, plus matures comme dans « Luna Almaden » ou « Nocturnes ». Il nous surprend une nouvelle fois avec un récit intimistes découpé en petites scénettes, des tranches de vie intenses, amusantes ou touchantes, sous le titre « Les étiquettes ». Ca commence par un moment de procrastination étalé sur la pelouse. La procrastination, c'est l'art de remettre au lendemain ce que l'on pourrait faire aujourd'hui. C'est un peu comme un blocage existentiel. Mais la vie nous oblige à aller de l'avant. Les événements du quotidien nous poussent gentiment ou nous donnent aussi de brusques bousculades. Et nous nous dirigeons inexorablement vers l'issue fatale, celle que l'on ne choisit pas. Quoique ! Vous verrez dans cet album que ce choix peut nous appartenir et qu'il peut présenter une victoire ultime. Exister, c'est appréhender chaque jour avec curiosité et accueillir tout ce qui nous arrive avec bienveillance, et retirer ce qui va nous faire grandir. Car au-delà des moments tristes, pénibles ou même insoutenables, il y a toujours un mieux, une leçon de vie, matière à se réjouir du jour qui vient, et du suivant, et puis aussi du suivant encore. Cultivons la compassion. Oublions les étiquettes. « Les étiquettes », par Clarke, aux éditions Treize étrange.

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/03/2014

Bob / Amphoria T1 / Legendre, Cambré / Paquet

 

 

image-amphoria.jpg

 

« Bob et Bobette » est une série qui fait partie du patrimoine belge. Willy Vandersteen a ouvert la voie à des générations d'auteurs flamands. Sa manière de raconter en a inspiré beaucoup. Il a trouvé l'équilibre idéal entre l'aventure, le drame et une bonne dose de non-sens et d'auto-dérision. L'apparente superficialité recèle une étonnante profondeur. « Bob et Bobette » connaissent un rythme de parution très soutenu, à raison de plusieurs albums chaque année. La grosse surprise du moment, c'est la sortie d'un album dérivé de la série originale et au graphisme radicalement différent. Intitulé « Amphoria », cette nouvelle série fait référence au deuxième album de la série paru en décembre mille neuf cent quarante cinq. Dans cette aventure, Bobette ne connaissait pas encore Bob. Elle vivait avec sa tante Sidonie. Le professeur Barabas faisait déjà partie du casting. Ce trio se rend sur l'île d'Amphoria et y fait la rencontre de Bob qui, au terme de multiples péripéties, décide de les suivre en Belgique. On retrouve certains ingrédients dans ce nouvel album, une île, des bandits, … mais avec une bonne dose de violence en plus, du sang, des larmes. Malgré ce regain de maturité assez sensible, l'esprit de « Bob et Bobette » est conservé. Les personnages gardent leurs particularités. Et le récit se tient. Belle performance ! « Bob », premier tome de « Amphoria », par Legendre et Cambré, aux éditions Paquet.

 

M.Descornet

 

22:05 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bob, amphoria, legendre, cambré, paquet |  Facebook |

08/09/2012

Garen / L’épée d’Ardenois, T.2 / Willem / Paquet

epeeardenois2.jpg

 

Des épopées moyenâgeuses animalières, il en existe, et des remarquables. Elles ont ouvert la voie et inspiré un genre à part entière. Les auteurs d’aujourd’hui se sont forcément nourris des trouvailles de Walt Disney et de son équipe de farfelus réalistes, d’explorateurs des frontières où le possible se marie à l’imaginaire. En digne héritier de ces découvreurs, et tel le pionnier qui s’entête à exploiter un filon qu’il se convainc très riche, Etienne Willem développe tout un univers assez codé malgré des allures de joyeux délire. Nous suivons les mésaventures médiévales de quelques protagonistes bien typés, dont les traits de caractère et le tempérament correspondent intrinsèquement à la peau qui les habille. L’ours sera donc mal léché, le renard rusé, le loup tueur, le bouc démoniaque, le lapin sera peut-être chaud mais dans un autre monde que celui-ci, le chien sera fidèle ou de mauvais humeur, le cochon, lui, aura forcément sale caractère s’il n’est pas copain avec tout le monde, et le dindon sera le farceur de service. Les personnages évoluent ensuite dans un décor verdoyant mais loin d’être paisible puisqu’une lutte acharnée oppose les méchants et les gentils. Le récit de facture classique s’embourbe pourtant un peu et se verrait utilement augmenté d’une carte explicative. Hormis ce bémol, il ravira un large public. « Garen », deuxième tome de « L’épée d’Ardenois », par Willem, aux éditions Paquet.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : garen, l’épée d’ardenois, willem, paquet |  Facebook |

07/09/2012

La table d’émeraude / Le Chevalier mécanique, T.1 / Mainil, Mor / Sandawe

chevaliermeca1.jpg

 

Les éditions Sandawe sortent leur quatrième album co-financé par les édinautes, c’est-à-dire les lecteurs investisseurs en ligne sur le principe du crowdfunding. Cette méthode de financement a notamment le mérite et l’avantage de permettre le dialogue entre les auteurs et leurs lecteurs potentiels. Le résultat s’enrichit donc inévitablement d’un salutaire petit supplément d’âme. L’histoire du chevalier mécanique démarre assez laborieusement, avec quelques scènes aux liens mal assurés laissant le lecteur perplexe. Heureusement, ces premiers balbutiements se font vite oublier lorsque le récit démarre véritablement. Le roi Louis quatorze fait face à de nombreux ennemis dont une sorte de secte qui convoite une table d’émeraude sensée lui donner le pouvoir de renverser le roi. Des circonstances douteuses, moralement condamnables, lui permettent de s’assurer les services d’un chevalier quasi invincible car fait d’une mécanique précise et solide sur laquelle est greffée une tête humaine. Cet homme connaît une existence pénible. En proie aux questionnements métaphysiques, le chevalier mécanique ne démérite pourtant pas et remplit parfaitement son rôle. Le graphisme d’un réalisme imparfait soutient ce récit fort adéquatement et lui confère une belle consistance que trop de précision tuerait. « La table d’émeraude », premier tome du « Chevalier mécanique », par Mainil et Mor, aux éditions Sandawe.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la table d’émeraude, le chevalier mécanique, mainil, mor, sandawe |  Facebook |

06/09/2012

Saga Valta / T.1 / Dufaux, Aouamri / Le Lombard

sagavalta1.jpg

 

C’est l’histoire d’un homme du grand Nord, les contrées des fiers Vikings. Cet homme est épris de la fille d’un Chef. Mais ce puissant chef de clan s’oppose à leur union. Pour échapper au courroux du père de sa bien-aimée, le valeureux guerrier mais néanmoins bâtard doit lutter contre la colère des hommes et aussi contre celles des créatures de légende. L’amour, la fureur, le courage… autant de leitmotivs qui animent cette saga nordique qui a la couleur de « Thorgal », la saveur de « Thorgal », l’odeur de « Thorgal », mais qui n’est pas « Thorgal ». Par contre, les lecteurs qui aiment « Thorgal » sentiront un vrai bonheur les envahir à la lecture de « Saga Valta », tant le même souffle épique lui donne vie, tant on y retrouve cette quête intense d’un homme qui doit faire preuve d’abnégation pour obtenir la reconnaissance des hommes et retrouver son aimée et l’enfant qui venait de naître au moment où ils ont du se séparer dans la douleur. Et puis, il y a ces intrigantes tombées sous le charme du héros maudit et qui usent de malice pour arriver à conquérir l’objet de leur désir. Dufaux signe un scénario audacieux car éminemment casse-gueule, et il s’en sort avec honneur. Le travail graphique et de mise en pages de Aouamri achève de convaincre de la cohérence du projet. « Saga Valta », premier tome d’une nouvelle série de haute volée, signée Jean Dufaux et Mohammed Aouamri, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saga valta, dufaux, aouamri, le lombard |  Facebook |

05/09/2012

1942, à l’ouest, rien de nouveau / Les Brigades du temps, T.1 / Kris, Duhamel / Dupuis

brigadesdutemps1.jpg

 

Les uchronies s’inscrivent fortement dans l’air du temps. Elles sont le prolongement thématique des fictions spatiotemporelles et enrichissent le genre science-fiction, détrôné par le succès de l’heroic fantasy. La science fiction a cependant toujours su rester vivace, alimentée par les découvertes scientifiques, telles que la distorsion spatiale, un phénomène observable qui entraîne une modification du continuum espace temps dans une région de l'espace déterminée. En l’occurrence, il pourrait s’agir de la non-survenance d’un évènement majeur qui aurait pour conséquence un déroulé historique radicalement différent. Mais cette hypothèse empiète sur un terrain plus paradoxal. C’est pourtant le terrain choisi par Kris et Duhamel pour développer une série très prometteuse. L’agence Ukronia veille à la bonne marche de l’Histoire telle que nous la connaissons. Dès qu’un événement susceptible de la modifier survient, elle envoie des agents spécialisés rétablir l’ordre des choses. Pour pimenter l’intrigue, les anomalies sont parfois, souvent, le fait d’actes intentionnels. Ce canevas de départ ouvre largement les possibles et nous prédit de séduisantes chroniques, d’autant plus que les personnages bien campés donnent vie à cette BD au dessin épatant. « 1942, à l’ouest, rien de nouveau », premier tome des « Brigades du temps », par Kris et Duhamel, aux éditions Dupuis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1942, à l’ouest, rien de nouveau, les brigades du temps, kris, duhamel, dupuis |  Facebook |