15/08/2012

Le monastère de la vieille forêt / Chinn, T.2 / Escaich, Vervisch / Bamboo

chinn2.jpg

 

Les connaisseurs en arts martiaux auront immédiatement identifié ce fameux monastère, et auront été interpellés par ce qualificatif de vieille forêt. Le décor de cette histoire est un lieu de légende. Ce monastère abrite une communauté de moines dont il se dit que leur technique surpasse en puissance toute les armées. Fort de cette réputation, les moines ne sont jamais inquiétés. Mais un espion mongol se présente un jour aux portes du monastère et, par ruse, parvient à recueillir une information capitale, les moines se sont installés dans une douce oisiveté et ont perdu leur savoir-faire. Ils ne savent plus se battre. Aussitôt informé de cette aubaine, l’armée mongole fait route vers la Chine pour l’envahir. De son côté, l’empereur a lui aussi été informé de la faiblesse des moines et lance son armée à l’assaut du monastère dissident. C’est alors qu’entre en scène un trio de maîtres de kung fu qui passaient justement dans les environs. Ils sont sollicités par les moines pour leur enseigner l’art martial. Cette plaisante série d’aventure ne montre aucune prétention. Cette humilité affichée s’accorde parfaitement avec le sujet traité. L’humour agrémente parcimonieusement les pages de cette BD tout public, gentiment instructive, agréablement dessinée. « Le monastère de la vieille forêt », deuxième tome de « Chinn », par Escaich et Vervisch, aux éditions Bamboo.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le monastère de la vieille forêt, chinn, escaich, vervisch, bamboo |  Facebook |

14/08/2012

Le chemin de Rome / Cassio, T.5 / Reculé, Desberg / Le Lombard

cassio5.jpg

 

Après avoir identifié les quatre assassins de Cassio, ce jeune avocat romain, il était logique de s’intéresser à leurs motivations, le ou les mobile(s) du crime. Prévue en deux tomes, cette suite apporte un éclairage passionnant sur le déroulement de cette tragédie antique. Cassio était avocat mais aussi un guérisseur hors pair. Il disposait d’un savoir phénoménal et de potions aux vertus étonnantes. Mais le plus extraordinaire était sa faculté d’identifier l’origine des maux par apposition des mains. Il était alors capable de s’introduire mentalement dans le corps pour soigner. Ce don incroyable, Cassio pouvait aussi le mobiliser pour terrasser ses ennemis en leur infligeant des souffrances internes insupportable, voire mortelles. Ce personnage ne peut pas laisser indifférent. Il séduit ou inquiète. Il attire l’amour et la haine et leur corollaire commun, la jalousie. Outre ces événements survenus il y a deux mille ans, cette BD suit les pas d’Ornella, une jeune archéologue tombée sous le charme mystérieux de Cassio. Elle a découvert des fragments de son histoire en même temps que des poudres de sa confection. Un inconnu le lui a volées et Ornella se mue en enquêtrice pour les retrouver. Une dangereuse entreprise qui prend encore plus d’ampleur lorsque le Vatican entre dans la danse. « Le chemin de Rome », cinquième tome de « Cassio », par Reculé et Desberg, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le chemin de rome, cassio, reculé, desberg, le lombard |  Facebook |

13/08/2012

Herr Himmel / U-boot, T.2 / Delitte / 12 bis

uboot2.jpg

 

Peu après la fin de la seconde guerre mondiale, un sous-marin du troisième Reich échoué en Amazonie est découvert. A son bord, tout l’équipage a succombé à un mal étrange, une crise de folie meurtrière. Seul un homme a survécu, un certain Heinrich Himmel, qui est en réalité le sinistre docteur Mengel, un médecin tortionnaire nazi qui a procédé à des expériences sur les prisonniers des camps de concentration. Ses recherches l’ont conduit à l’élaboration d’une nanotechnologie qui a causé la folie de l’équipage du sous-marin et qui, après les mises au point adéquates, a permis à Mengel alias Himmel de se garantir l’immortalité. Plus d’un siècle plus tard, nous retrouvons Heinrich Himmel, soi disant troisième du nom, à la tête d’une multinationale dont le siège est implanté à Venise. Les curieux qui s’intéressent d’un peu trop près aux activités de ce groupe subissent un traitement radical, l’élimination pure et simple, infligé par une tueuse professionnelle redoutable. Le premier tome laissait augurer d’intéressants et multiples développements. Ce second opus clôt déjà le récit, laissant le lecteur un peu pantois. La structure de cet album secoue. Les allers et retours chronologiques déstabilisent. Le récit s’emballe, se densifie et finit abruptement. Vingt pages de plus, c’aurait été mieux mais hors des normes éditoriales. « Herr Himmel », second tome de « U-boot », par Delitte, chez 12 bis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herr himmel, u-boot, delitte, 12 bis |  Facebook |

11/08/2012

Maîtresse / Rani, T.3 / Van Hamme, Alcante, Vallès / Le Lombard

rani3.jpg

 

Rani, c’est le parcours impitoyable d’une jeune femme injustement accusée de meurtre, marquée du sceau de l’infamie et envoyée sous une identité usurpée à l’autre bout du monde, en Inde, comme une vulgaire marchandise pour être vendue à la tenancière d’une maison de passe de Mahé, comptoir français en cette fin de dix-huitième siècle. Elle se fait appeler Jeanne Dubois. Mais elle est en réalité Jolanne de Valcourt. Ses origines de qualité et sa bonne éducation transpirent, attisant la curiosité. Jolanne ne peut pas révéler sa véritable identité, qui lui vaudrait la peine de mort plutôt que l’exil. Elle endure donc stoïquement les supplices que lui fait subir la tenancière du bordel. Le sort de Jolanne n’est pourtant pas aussi pénible que celui des autres filles de joie. Elle bénéficie d’un traitement de faveur. Elle n’a qu’un seul client et il se contente de lui caresser le dos. L’intelligence et la volonté de Jolanne lui permettent de devenir la maîtresse des lieux. N’en dévoilons pas plus. Le trait propre et d’une lisibilité remarquable de Francis Vallès porte cette histoire qui pêche par un manque d’originalité. Le scénario très conventionnel a pourtant toutes les qualités pour transporter le lecteur, s’il lui était insufflé un petit quelque chose qui épaissirait la sauce. Un peu de mystère peut-être, ou un soupçon de cruauté. « Maîtresse », troisième tome de « Rani », par Van Hamme, Alcante et Vallès, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maîtresse, rani, van hamme, alcante, vallès, le lombard |  Facebook |

10/08/2012

Le dernier rempart / Le Roi des singes, T.1 / Bonifay, Meddour / Vents d’Ouest

roisinges1.jpg

 

Edgar Rice Burroughs a créé le personnage de Tarzan, un bébé recueilli par les singes dans la jungle. Le roman « Tarzan of the apes », traduit en français par « Tarzan des grands singes » ou « Tarzan seigneur de la jungle », a connu un tel succès que les adaptations se sont multipliées. Mais cette œuvre majeure semble s’inspirer d’autres écrits antérieurs. Il est étonnant de voir à quel point le contexte de Tarzan ressemble à celui développé par Albert Robida, romancier français prolifique, plus de trente ans avant le livre de Rice Burroughs. Dans « le roi de la jungle », Bonifay et Meddour, avouent s’inspirer des « Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul » de Robida, même si la référence au « seigneur de la jungle » est on ne peut plus évidente. Le héros, John Arthur Livingstone, a été abandonné tout bébé dans des circonstances dramatiques, puis élevé par des Orang Outangs sur l’île de Bornéo. A l’aube de l’adolescence, des hommes l’ont trouvé et ramené à la civilisation au prix d’une déchirure affective terrible pour cet enfant singe. Devenu adulte, John Arthur ne s’est pas départi du côté animal profondément enraciné en lui, une puissance qui à la fois séduit et inquiète. Captivant, ce récit est superbement dessiné, avec mention spéciale pour le coloriste Stéphane Paitreau. « Le dernier rempart », premier tome du « Roi des singes », par Philippe Bonifay et Fabrice Meddour, aux éditions Vents d’Ouest.


M.Descornet

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le dernier rempart, le roi des singes, bonifay, meddour, vents d’ouest |  Facebook |

09/08/2012

Le dernier rempart / Super Patriote, T.1 / Kirkman, Walker / Delcourt / coll.Contrebande

superpatriote1.jpg

 

Pour ceux qui connaissent Captain America, Super Patriote en est une sorte d’équivalent, mais doté de membres bio-ioniques, là où Captain possède un bouclier. Super Patriote est le résultat d’une expérience menée par les scientifiques nazis pendant la seconde guerre mondiale. Ils voulaient créer un surhomme, ce qui a réussi sur Johnny Armstrong, un prisonnier américain. Evidemment, le cobaye n’a eu aucun mal à venir à bout de ses tortionnaires. Mais les nazis ont poursuivi leurs recherches et ont pu créer HakenCreuz, un autre homme à la force herculéenne. Les deux hommes s’affrontent, l’un pour le bien des Etats-Unis, l’autre pour la revanche de l’Allemagne nazie. La technologie sophistiquée des Allemands leur a aussi permis de sauver le cerveau d’Adolf Hitler et de le greffer sur le corps d’un grand singe, puis de l’intégrer à une armure électromécanique robuste. Une fois cette résurrection menée à bien, les nazis s’apprêtent à reconquérir le monde. Mais cette fois, ils ont bien l’intention de se débarrasser au préalable de leur pire menace, Super Patriote. Johnny n’est plus tout jeune, même si son corps possède encore des capacités étonnantes. Cette BD constitue un agréable divertissement sans grande prétention. « Le dernier rempart », premier tome de « Super Patriote », par Kirkman et Walker, aux éditions Delcourt, collection Contrebande.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le dernier rempart, super patriote, kirkman, walker, delcourt, contrebande |  Facebook |

08/08/2012

La nuit Asraï / La légende du Changeling, T.5 / Dubois, Fourquemin / Le Lombard

changeling5.jpg

 

Cet album marque la conclusion d’une histoire fantastique à bien des égards. Il nous propose un bel équilibre entre les explications indispensables pour bien comprendre l’histoire et du mouvement qui entretient la dynamique de l’intrigue. Il serait dommage de dévoiler trop d’éléments de ce dernier tome, tant il donne envie de relire l’entièreté de la série, à la lumière des révélations qu’il contient. Scrubby a fait l’objet d’un échange contre un enfant oublié le temps de quelques instants contre un arbre. Il a été élevé par ses parents adoptifs comme leur propre enfant disparu. Mais Scrubby vient d’un autre monde, celui des fées. Et un jour il devra forcément renouer les fils avec son univers d’origine. Mais ce n’est pas tout. Scrubby a aussi un rôle important à jouer pour préserver l’équilibre entre les forces maléfiques et bienfaitrices. Une lutte décisive de pouvoirs se profile. Scrubby est entouré par quelques amis qui le préparent à l’affrontement. Sheela est une jeune femme aux ressources étonnantes. Confrontée à un être maléfique qui vient d’agresser une jeune fille, Sheela mobilise sa magie pour mettre le monstre en fuite. Mais les forces des ténèbres n’ont pas dit leur dernier mot. Un final resplendissant pour une série féérique attachante : « La nuit Asraï », cinquième tome de « La légende du Changeling », par Dubois et Fourquemin, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la nuit asraï, la légende du changeling, dubois, fourquemin, le lombard |  Facebook |