13/01/2012

La prison / La vengeance / Destins, T.12 & T.13 / Sicomoro, Pellejero, Giroud, Richaud, Makyo / Glénat / coll.Grafica

 

Voici les derniers pas vers la conclusion de cette série bâtie sur un concept déconcertant. Une femme, Ellen, est placée face à un choix difficile. Soit elle assume une erreur tragique de jeunesse et perd tout ce qu’elle a, en causant le désespoir de sa famille, soit elle ne fait rien est doit vivre avec l’exécution d’une innocente sur la conscience. Au départ de cette situation, Frank Giroud a imaginé développer plusieurs histoires selon le choix qu’aurait fait Ellen, plusieurs destins possibles se réalisent alors dans des albums parallèles qui sont amenés à converger vers une conclusion unique. Après un départ interpellant, les différentes ramifications s’avèrent fort inégales en qualité et laisse une impression très mitigée, pour ne pas dire peu convaincante. Le dernier tome devra vraiment apporter un épilogue époustouflant pour faire pardonner les égarements des autres épisodes. L’utilité narrative de certains laisse franchement dubitatif. Quant aux styles graphiques, ils se situaient parfois aux antipodes l’un de l’autre, avec de grosses déceptions de dessinateurs confirmés. Heureusement, avec ces douzième et treizième tome de « Destins », Sicomoro et Pellejero livrent tous deux une excellente performance. Les scénarios de Giroud, Richaud et Makyo se défendent également bien. « La prison » et « la vengeance » aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la prison, la vengeance, destins, sicomoro, pellejero, giroud, richaud, makyo, glénat, grafica |  Facebook |

12/01/2012

Le Ministère de la peur / Horologiom, T.6 / Lebeault / Delcourt / coll.Terres de légende

 

Horologiom est une cité atypique. Tous les habitants sont pourvus d’une clé sur le sommet du crâne. Cette clé doit être remontée régulièrement par des agents spécialement habilités à le faire. Plus elle est remontée, plus la vertu augmente et plus les chances de promotion sociale se précisent. Dans ce monde, tous les sentiments ont été abolis. L’amour, la haine et toutes leurs déclinaisons sont proscrits. Ceci n’empêche pourtant pas les complots et les meurtres. Un inspecteur du Service des Violences Privées, chargé des crimes qui ne sont ni politiques ni religieux, est confronté à une affaire délicate. Un homme apparemment sans histoire été assassiné. Grâce à son sens aigu de la déduction, il aura tôt fait de démasquer le coupable. Mais son collègue qui devait rédiger le rapport se fait décapiter. Le corps a disparu. Commence alors une enquête ardue, qui semble dissimuler des enjeux de grande ampleur. La piste privilégiée se dirige vers le très officiel Ministère de la peur. Fabrice Lebeault a créé un monde qui fonctionne comme une parfaite mécanique parfaitement huilée mais dont les rouages parviennent malgré tout à se gripper. Ce récit répond lui aussi à une mécanique impeccablement huilée. Un must indéniable : « Le Ministère de la peur », sixième tome de « Horologiom », par Lebeault, aux éditions Delcourt, collection Terres de légende.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le ministère de la peur, horologiom, lebeault, delcourt, terres de légende |  Facebook |

11/01/2012

Piégés / Walking dead, T.14 / Kirkman, Adlard / Delcourt / coll.Contrebande

 

Le succès de la série télévisée a bien sûr boosté les ventes des albums, tout comme la sortie du film de Spielberg a relancé les ventes de « Tintin ». Ce regain de notoriété et la pression qui va de pair n’enlèvent rien à la qualité de la BD. C’est d’ailleurs remarquable de constater à quel point la série se renouvelle alors qu’elle est un peu par nature contrainte à des variations sur le même thème. L’humanité est dévastée. Les zombies ont envahi le monde et dévorent les survivants. Ceux-ci tente de se barricader dans les vestiges d’une civilisation disparue, ceci tant de manière concrète, terre-à-terre, que spirituelle. Il s’agit pour eux de préserver leur humanité, de perpétuer les valeurs qui assureront leur avenir. Elles constituent le socle sur lequel se reconstruira le monde de demain. Mais pour l’heure, la priorité va à l’organisation d’une communauté assez forte pour se défendre contre les attaques répétées des morts vivants. Rick est un ancien flic dont l’autorité naturelle l’a imposé comme meneur du groupe. Il a la faculté appréciée de prendre rapidement les bonnes décisions, même si elles sont douloureuses. Dans ce quatorzième tome de « Walking dead », les auteurs creusent un peu plus les motivations de Rick et mettent à jour ses plus terribles faiblesses. « Piégés », par Kirkman et Adlard, aux éditions Delcourt, collection Contrebande.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : piégés, walking dead, kirkman, adlard, delcourt, contrebande |  Facebook |

10/01/2012

Kuzuryu / Ishinomori / Kana

 

Ce manga est une brique de plus de six cents pages. Nous y suivons la quête de Kuzuryu, une homme qui n’a plus qu’un seul but dans la vie, découvrir qui sont les assassins de ses parents et le pourquoi du massacre dont il a été, jeune enfant, le seul rescapé. Kyzuryu est devenu apothicaire. Ce métier ambulant lui permet de glaner des informations partout dans le pays, de collecter des éventuels témoignages qui pourraient le mettre sur la piste des meurtriers. Son seul indice est un ornement, qu’il exhibe ostensiblement, en forme de dragon appelé Kuzuryu, nom dont il s’est d’ailleurs affublé. Il espère ainsi provoquer une réaction auprès de tout témoin potentiel ou même des coupables. A côté de son métier d’apothicaire, Kuzuryu soigne aussi le mal d’une autre façon, avec des moyens plus radicaux. Son père adoptif l’a initié à l’art du combat et au maniement des armes. Animé par la rage, il est devenu un expert en la matière. Malgré sa colère, Kuzuryu affiche une sérénité imposante. Derrière cette apparence humble, son cœur est sec. Il n’y a plus de place pour l’amour. Sa longue quête va pourtant ébranler cette rigidité. Cette BD allie la poésie à la violence en un amalgame savoureux, quoique parfois déconcertant. Toutes les rencontres qu’il fait nous apportent un éclairage nouveau sur sa personnalité, avec pour décor le Japon de la période Edo. « Kuzuryu », par Ishinomori, aux éditions Kana.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kuzuryu, ishinomori, kana |  Facebook |

09/01/2012

Sybille, jadis / Croisade, T.6 / Dufaux, Xavier / Le Lombard

 

Il y a un démon en terre sainte. Les soldats chrétiens sont victimes de tueries en plein cœur de la cité. Une petite musique se fait entendre et se sont des dizaines de passants qui affluent et convergent vers le petit groupe de croisés qui fait son shopping. Très vite, c’est le massacre. Puis les assassins reprennent tranquillement leurs occupations. Cette scène se reproduit à plusieurs reprises. Le chef d’orchestre est un personnage hirsute qui se fait appeler Hakim le Noir. Il voue une haine indéfectible envers les envahisseurs venu d’Europe. Si cette histoire résonne étrangement à nos oreilles, près de dix siècles plus tard, c’est que nous ne pouvons pas nous empêcher de faire un parallèle avec les événements qui secouent le monde actuellement et plus particulièrement le terrorisme islamiste. George Bush évoquait d’ailleurs le terme de croisade dans sa rhétorique belliqueuse du bien contre le mal. Ici, le démon ne se nomme pas Ossama ben Laden mais le Quad’J. C’est une entité maléfique qui prend possession d’un corps et dispose de pouvoirs destructeurs effroyables. Un pouvoir destructeur d’une autre nature est incontestablement la séduction. Gauthier de Flandres attend justement sa séduisante sœur Sybille qui vient le rejoindre à Jérusalem. « Sybille, jadis », sixième tome de « Croisade », par Dufaux et Xavier, aux éditions Le Lombard.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sybille, jadis, croisade, dufaux, xavier, le lombard |  Facebook |

07/01/2012

Le bateau-sabre / Thorgal, T.33 / Sente, Rosinski/ Raïssa / Louve, T.1 / Yann, Surzhenko / Le Lombard

 

La saga viking de Thorgal reprend sérieusement du poil de la bête avec un trente-troisième tome bien construit, qui ré-introduit quelques personnages vus précédemment, et propose une intrigue qui tient la route. Thorgal est à la recherche de son plus jeune fils Aniel. Il s’est enrôlé sur un bateau-sabre, c’est-à-dire un bateau de commerce qui dessert des territoires glaciaires et fend la glace au moyen d’une solide armature en métal. Thorgal y assure la sécurité en tant qu’archer d’élite et combattant aguerri. Il ne peut pourtant pas se départir de son profond humanisme. Il menace de quitter le navire si des esclaves y sont embarqués. Le récit se focalise à nouveau, et avec bonheur, sur le père et héros générique de la série après avoir fait la part belle aux aventures de Jolan, le fils ainé. « Le bateau-sabre » est le trente-troisième tome de « Thorgal » par Sente et Rosinski. Parallèlement, diverses séries apportent un éclairage plus précis sur d’autres protagonistes clés. Nous avons déjà découvert l’engageant spin-off dédié à l’ambiguë Kriss de Valnor. Nous découvrons à présent le parcours de « Louve », la fille cadette de Thorgal et Aaricia, née aux côtés d’une louve, et qui va vivre une terrible épreuve. Louve affronte d’abord Raïssa, une cheffe de meute, puis un homme fourbe. « Raïssa », premier tome de « Louve », par Yann et Surzhenko, au Lombard.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le bateau-sabre, thorgal, sente, rosinski, raïssa, louve, yann, surzhenko, le lombard |  Facebook |

06/01/2012

La nuit de la goule / Le Droit chemin, T.2 / Lupano, Tanco, Lorien / Delcourt / coll.Conquistador

 

Parfois, dans la vie vous empruntez des chemins qui vous mènent tout droit vers la déchéance, la violence ou l’ennui. Et puis, de tant en temps, vous apercevez une lueur qui éclaire le droit chemin, celui qui vous guidera vers l’accomplissement de votre destinée, mettre en valeur vos talents et concrétisera vos rêves. Emprunter ce droit chemin nécessite souvent des sacrifices et une volonté de… faire ! Ce deuxième opus du « Droit chemin » clôt un superbe récit fait de fronde, de drame humain et de beaux sentiments, un récit dur, âpre et dense, mais aussi baigné de lumière et d’amour. Un établissement pour jeunes en difficulté a pour ambition de remettre sur le droit chemin ces égarés que la vie n’a pas ménagés. Parmi eux, une petite bande s’est formée qui enfreint les règles pour réaliser une escapade nocturne au château voisin, là où réside une belle jeune fille passionnée par la peinture. L’un des garçons l’a repérée lorsqu’elle les peignait en train de s’activer aux champs. Une idylle naît entre ce jeune homme rustre mais attirant et cette ravissante érudite. Le surveillant surnommé la goule les a surpris et use de chantage pour qu’ils dérobent un objet au château. Derrière ce larcin, une terrible histoire se dissimule. « La nuit de la goule », deuxième tome du « Droit chemin », par Lupano, Tanco et Lorien, aux éditions Delcourt, collection Conquistador.

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la nuit de la goule, le droit chemin, lupano, tanco, lorien, delcourt, conquistador |  Facebook |