08/09/2012

Garen / L’épée d’Ardenois, T.2 / Willem / Paquet

epeeardenois2.jpg

 

Des épopées moyenâgeuses animalières, il en existe, et des remarquables. Elles ont ouvert la voie et inspiré un genre à part entière. Les auteurs d’aujourd’hui se sont forcément nourris des trouvailles de Walt Disney et de son équipe de farfelus réalistes, d’explorateurs des frontières où le possible se marie à l’imaginaire. En digne héritier de ces découvreurs, et tel le pionnier qui s’entête à exploiter un filon qu’il se convainc très riche, Etienne Willem développe tout un univers assez codé malgré des allures de joyeux délire. Nous suivons les mésaventures médiévales de quelques protagonistes bien typés, dont les traits de caractère et le tempérament correspondent intrinsèquement à la peau qui les habille. L’ours sera donc mal léché, le renard rusé, le loup tueur, le bouc démoniaque, le lapin sera peut-être chaud mais dans un autre monde que celui-ci, le chien sera fidèle ou de mauvais humeur, le cochon, lui, aura forcément sale caractère s’il n’est pas copain avec tout le monde, et le dindon sera le farceur de service. Les personnages évoluent ensuite dans un décor verdoyant mais loin d’être paisible puisqu’une lutte acharnée oppose les méchants et les gentils. Le récit de facture classique s’embourbe pourtant un peu et se verrait utilement augmenté d’une carte explicative. Hormis ce bémol, il ravira un large public. « Garen », deuxième tome de « L’épée d’Ardenois », par Willem, aux éditions Paquet.


M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : garen, l’épée d’ardenois, willem, paquet |  Facebook |

07/09/2012

La table d’émeraude / Le Chevalier mécanique, T.1 / Mainil, Mor / Sandawe

chevaliermeca1.jpg

 

Les éditions Sandawe sortent leur quatrième album co-financé par les édinautes, c’est-à-dire les lecteurs investisseurs en ligne sur le principe du crowdfunding. Cette méthode de financement a notamment le mérite et l’avantage de permettre le dialogue entre les auteurs et leurs lecteurs potentiels. Le résultat s’enrichit donc inévitablement d’un salutaire petit supplément d’âme. L’histoire du chevalier mécanique démarre assez laborieusement, avec quelques scènes aux liens mal assurés laissant le lecteur perplexe. Heureusement, ces premiers balbutiements se font vite oublier lorsque le récit démarre véritablement. Le roi Louis quatorze fait face à de nombreux ennemis dont une sorte de secte qui convoite une table d’émeraude sensée lui donner le pouvoir de renverser le roi. Des circonstances douteuses, moralement condamnables, lui permettent de s’assurer les services d’un chevalier quasi invincible car fait d’une mécanique précise et solide sur laquelle est greffée une tête humaine. Cet homme connaît une existence pénible. En proie aux questionnements métaphysiques, le chevalier mécanique ne démérite pourtant pas et remplit parfaitement son rôle. Le graphisme d’un réalisme imparfait soutient ce récit fort adéquatement et lui confère une belle consistance que trop de précision tuerait. « La table d’émeraude », premier tome du « Chevalier mécanique », par Mainil et Mor, aux éditions Sandawe.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la table d’émeraude, le chevalier mécanique, mainil, mor, sandawe |  Facebook |

06/09/2012

Saga Valta / T.1 / Dufaux, Aouamri / Le Lombard

sagavalta1.jpg

 

C’est l’histoire d’un homme du grand Nord, les contrées des fiers Vikings. Cet homme est épris de la fille d’un Chef. Mais ce puissant chef de clan s’oppose à leur union. Pour échapper au courroux du père de sa bien-aimée, le valeureux guerrier mais néanmoins bâtard doit lutter contre la colère des hommes et aussi contre celles des créatures de légende. L’amour, la fureur, le courage… autant de leitmotivs qui animent cette saga nordique qui a la couleur de « Thorgal », la saveur de « Thorgal », l’odeur de « Thorgal », mais qui n’est pas « Thorgal ». Par contre, les lecteurs qui aiment « Thorgal » sentiront un vrai bonheur les envahir à la lecture de « Saga Valta », tant le même souffle épique lui donne vie, tant on y retrouve cette quête intense d’un homme qui doit faire preuve d’abnégation pour obtenir la reconnaissance des hommes et retrouver son aimée et l’enfant qui venait de naître au moment où ils ont du se séparer dans la douleur. Et puis, il y a ces intrigantes tombées sous le charme du héros maudit et qui usent de malice pour arriver à conquérir l’objet de leur désir. Dufaux signe un scénario audacieux car éminemment casse-gueule, et il s’en sort avec honneur. Le travail graphique et de mise en pages de Aouamri achève de convaincre de la cohérence du projet. « Saga Valta », premier tome d’une nouvelle série de haute volée, signée Jean Dufaux et Mohammed Aouamri, aux éditions Le Lombard.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saga valta, dufaux, aouamri, le lombard |  Facebook |

05/09/2012

1942, à l’ouest, rien de nouveau / Les Brigades du temps, T.1 / Kris, Duhamel / Dupuis

brigadesdutemps1.jpg

 

Les uchronies s’inscrivent fortement dans l’air du temps. Elles sont le prolongement thématique des fictions spatiotemporelles et enrichissent le genre science-fiction, détrôné par le succès de l’heroic fantasy. La science fiction a cependant toujours su rester vivace, alimentée par les découvertes scientifiques, telles que la distorsion spatiale, un phénomène observable qui entraîne une modification du continuum espace temps dans une région de l'espace déterminée. En l’occurrence, il pourrait s’agir de la non-survenance d’un évènement majeur qui aurait pour conséquence un déroulé historique radicalement différent. Mais cette hypothèse empiète sur un terrain plus paradoxal. C’est pourtant le terrain choisi par Kris et Duhamel pour développer une série très prometteuse. L’agence Ukronia veille à la bonne marche de l’Histoire telle que nous la connaissons. Dès qu’un événement susceptible de la modifier survient, elle envoie des agents spécialisés rétablir l’ordre des choses. Pour pimenter l’intrigue, les anomalies sont parfois, souvent, le fait d’actes intentionnels. Ce canevas de départ ouvre largement les possibles et nous prédit de séduisantes chroniques, d’autant plus que les personnages bien campés donnent vie à cette BD au dessin épatant. « 1942, à l’ouest, rien de nouveau », premier tome des « Brigades du temps », par Kris et Duhamel, aux éditions Dupuis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1942, à l’ouest, rien de nouveau, les brigades du temps, kris, duhamel, dupuis |  Facebook |

04/09/2012

Martha Jane Cannary / Perrissin, Blanchin / Futuropolis

marthajanecannary3.jpg

 

Martha Jane Cannary était le vrai nom de cette légende de l’Ouest américain mieux connue sous le nom de Calamity Jane. Christian Perrissin et Mathieu Blanchin se sont attachés à reconstituer le plus fidèlement possible le parcours exceptionnel et fascinant de cette femme farouchement éprise de liberté. A l’époque de la conquête de l’Ouest américain, Martha Jane Cannary s’est construit sa légende sur celle non moins fameuse que l’épopée du Pony Express. Après s’y être bâtit une réputation de femme qui n’a rien à envier aux hommes, Martha Jane s’est tournée vers d’autres activités, dont celle de conteuse de ses propres exploits, à la véracité douteuse et dont la presse a fait ses choux gras, ce qui a permit d’asseoir la popularité de Jane. Elle a ensuite ouvert une blanchisserie, un job un peu trop sage et sédentaire pour cette bouillante aventurière. Et en fait d’aventures, Jane a aussi multiplié les aventures masculines, trouvant difficilement l’homme idéal qui correspondrait à son tempérament indomptable. Derrière cette rudesse affichée, Jane recherchait le bonheur, la paix, l’amour. L’amour d’un homme, celui qu’elle avait déjà connu avec le défunt Wild Bill Hickock. Mais aussi l’amour de sa fille Janey qui ignore tout de ses origines et vit dans un monde plus guindé. Une superbe évocation historique et humaine en trois tomes : « Martha Jane Cannary », par Perrissin et Blanchin, aux éditions Futuropolis.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martha jane cannary, perrissin, blanchin, futuropolis |  Facebook |

03/09/2012

Les déserteurs / Nouveau monde, T.3 / Filippi, Mezzomo / Glénat / coll.Grafica

nouveau monde 3.jpg

 

A la fin du dix-huitième siècle, les colons d’Amérique du Nord ont mené une guerre pour leur indépendance à l’égard du l’Empire britannique. Les tribus indiennes se sont faites les alliées des uns ou des autres belligérants. Voilà le décor des aventures d’une jeune britannique qui fuit son mari, accompagnée de ses deux jeunes enfants. Emie a un caractère bien trempé. Elle mène un petit groupe de fugitifs poursuivis par un détachement de soldats à la tête duquel se trouve Andrew, le père de ses enfants. Leur progression les a conduits dans un village tenu d’une main de fer par un pasteur tyrannique. Une confrontation féroce oppose Emie et le pasteur. La jeune femme, grâce à sa force de conviction, parvient à gagner l’adhésion des villageois. Tout danger est loin d’être écarté. L’armée avance inexorablement vers eux. Le contexte et la nature des relations tendues entre les protagonistes rappelle inévitablement la série « les Pionniers du Nouveau monde », une influence probablement assumée et même revendiquée vu le titre. La qualité du récit permet d’ailleurs la comparaison. Graphiquement, Mezzomo explore des pistes intéressantes qui élargissent sa palette. « Les déserteurs », troisième tome de « Nouveau monde » par Filippi et Mezzomo, aux éditions Glénat, collection Grafica.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les déserteurs, nouveau monde, filippi, mezzomo, glénat, grafica |  Facebook |

01/09/2012

Déserteur / Brit, T.2 / Kirkman, Rathburn, Brown / Delcourt / coll.Contrebande

brit2.jpg

 

Robert Kirkman est un des scénaristes américains les plus courtisés du moment. La série « Walking dead », adaptée en série télévisée, connaît un beau succès. Parmi ses autres séries comics, « Invincible » revisite l’univers des super-héros, incontournable de la culture US. Et comme sa manière de voir plaît à un lectorat de plus en plus étoffé, Kirkman se fait plaisir en offrant leur propre série à plusieurs personnages clés de « Invincible ». Brit en fait partie. Cet homme est incassable ; c’est son pouvoir, couplé à une force phénoménale mais pas exceptionnelle. Son apparente invincibilité ne l’empêche pas de vieillir. Alors que son âge avancé lui vaudrait une retraite bien méritée, Brit continue à rempiler et à servir son pays dans la lutte contre les super-méchants. Seulement, voilà, son moral va en prendre un coup lors d’un événement particulièrement éprouvant. Et là, il raccroche. C’est sans compter sur les ambitions d’un scientifique qui a la ferme intention d’exploiter Brit jusqu’au bout, quitte à le sacrifier pour procéder à des expériences de clonage. Les choses se compliquent d’autant plus que la sœur un peu déjantée de Brit s’affirme de plus en plus. Et Brit, devenu papa, s’inquiète du devenir de sa petite famille. « Déserteur », deuxième tome de « Brit », par Kirkman, Rathburn et Brown, aux éditions Delcourt, collection Contrebande.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déserteur, brit, kirkman, rathburn, brown, delcourt, contrebande |  Facebook |