20/08/2012

L’ombre du corbeau / Comès / Casterman

ombrecorbeau.jpg

 

Cette BD avait été initialement publiée au milieu des années septante, en noir et blanc aux éditions Jonas et en couleurs dans la collection « histoires et légendes » des éditions du Lombard. C’est Casterman qui nous donne l’occasion de redécouvrir cet album curieux, représentant typique de l’univers à la fois ésotérique, fantastique, nostalgique, cruel et engagé de Didier Comès. La guerre occupe une place de choix dans l’œuvre de cet auteur né en plein conflit mondial dans une région, à l’origine allemande, qui a fait l’objet d’une tractation à la fin de la seconde guerre en compensation des dommages subis et fait désormais partie de la Belgique. La personnalité de Comès s’est construite sur une mixité culturelle, son papa était germanophone et sa maman francophone. De cette « bâtardise biculturelle », pour reprendre sa propre qualification, Comès en a tiré une magnifique richesse qui transpire allègrement dans ses albums. « L’ombre du corbeau » était à l’origine conçu pour la couleur. Le succès de l’album « Silence » véritable pépite fabuleuse en noir et blanc a déterminé Comès à abandonner la couleur. « L’ombre du corbeau » y gagne en qualité avec cette réédition en noir et blanc. Cette BD est préfacée avec bienveillance par Thierry Bellefroid, qui lui apporte un éclairage ensorceleur. « L’ombre du corbeau », par Comès, chez Casterman.

 

 

M.Descornet

 

20:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’ombre du corbeau, comès, casterman |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.