04/07/2012

L’homme qui n’existait pas / Bonin / Futuropolis

hommenexistaitpas.jpg

 

N’avez-vous jamais eu cette sensation étrange d’être transparent pour les autres ? Et même peut-être pour vous-même. Léonid Miller est informaticien. Sa vie n’a pas beaucoup de relief. Il est célibataire et n’a pas vraiment de passion si ce n’est le cinéma. C’est d’ailleurs dans les films qu’il se projette pour incarner l’un ou l’autre personnage dont la vie, quoique fictionnelle, lui semble plus consistante que la sienne. Ces personnages du grand écran lui apparaissent bien plus réels que les gens de la vraie vie. A force de se focaliser sur ce monde virtuel, Léonid Miller s’estompe soudainement. Il devient réellement invisible et inconsistant. Il assiste alors impuissant aux événements qui suivent comme la réattribution de son appartement. Il ne lui reste alors comme seul refuge que la cinémathèque. C’est là qu’il découvre Françoise Angelli, une jeune comédienne qui partage d’une certaine manière sa particularité, en ce sens qu’elle vit sa vie par procuration au travers des rôles qu’elle interprète. Par la force de l’empathie, Léonid tombe sous le charme. Mais, Léonid étant devenu immatériel, Françoise lui reste inaccessible. Un rapprochement se profile pourtant, car Françoise devient petit à petit transparente. Un superbe conte moderne sur le thème de la virtualité des rapports sociaux et sur la nécessité de valoriser nos propres particularités. « L’homme qui n’existait pas », par Bonin, aux éditions Futuropolis.

 


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l’homme qui n’existait pas, bonin, futuropolis |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.