30/06/2012

Frontier Force / Hell West, T.1 / Vervisch, Lamy / Sandawe

 

hellwest1.jpg

Les WSA, les White States of America, s’étendent toujours plus vers l’ouest, mais il y a une frontière qui reste infranchissable, celle qui sépare les hommes des monstres. L’ouest du Mississipi est en effet infesté de créatures terrifiantes qui mobilisent des forces occultes pour combattre les humains. Face à la magie noire, les pétoires font figure de ridicules cure dents. La lutte est inégale. Les indiens maîtrisent eux aussi quelques puissances surnaturelles. Ils s’associent néanmoins avec réticence à l’homme blanc. Dans ce far-west impitoyable, des hommes, des femmes et des enfants disparaissent sans laisser de traces. On dit qu’ils sont dévorés par les monstres. Mais les pires monstres ne sont peut-être pas ceux que l’on croit. Le sergent Outburst pourrait bien tirer cette affaire au clair. Il a déjà fort à faire puisque le président des WSA a annoncé sa venue et que les menaces ne manquent pas, entre un prédicateur aux méthodes radicales et une lieutenant-colonel mythomane. Ce western à la sauce fantastique intrigue et fascine. Le dessin a de quoi séduire lui aussi. Le travail sur les noirs mérite une mention spéciale. Peu de dessinateurs contemporains accordent encore autant d’attention à l’équilibre des noirs, se retranchant derrière la mise en couleurs souvent par facilité. Un album exemplaire à plus d’un titre. « Frontier Force », premier tome de « Hell West », par Vervisch et Lamy, aux éditions Sandawe.


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frontier force, hell west, vervisch, lamy, sandawe |  Facebook |

29/06/2012

Pietrolino / Boiscommun, Jodorowsky / Les Humanoïdes associés

pietrolino.jpg

 

Cette intégrale regroupe deux volumes et forme un récit complet. C’est l’histoire d’un mime qui n’a pas ses mains dans ses poches. Alors que Paris est occupé par l’armée allemande, Pietrolino refuse la morosité ambiante. Il use de son art pour magnifier la joie de vivre et l’espérance. Il se produit avec sa petite troupe dans les lieux publics, comme dans ce bistrot où les clients s’amusent de le voir tourner les nazis en dérision. Le patron de l’établissement ne partage malheureusement pas l’engouement de sa clientèle. Un coup de téléphone et voilà les hommes en uniformes qui débarquent. Le spectacle continue mais prend une tournure dramatique. L’officier nazi embarque les saltimbanques mais s’assure au préalable que Pietrolino ne pourra plus nuire à l’image du troisième Reich. Il lui écrase les mains. Pietrolino se retrouve enfermé et incapable d’exercer son art. Privé de sa raison d’être, la vie lui semble désormais dénuée de sens. Pourtant, le destin lui réserve une surprise fantastique, comme dans toutes les bonnes représentations. Cette histoire brutale et sensible avait été conçue en hommage au mime Marceau, un artiste au talent exceptionnel qui avait grandement contribué à raviver la popularité de cette discipline trop peu présente de nos jours. Le dessin allie cette même dualité entre rudesse et douceur. « Pietrolino », par Boiscommun et Jodorowsky, aux éditions Les Humanoïdes associés.

 

M.Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pietrolino, boiscommun, jodorowsky, les humanoïdes associés |  Facebook |

28/06/2012

Croque-mort / Tony Chu, T.3 / Layman, Guillory / Delcourt / coll.Contrebande

tonychu3.jpg

 

Tony Chu est un cibopathe, ce qui signifie qu’il est capable de déterminer la provenance de n’importe quel aliment rien qu’en y goûtant. Cette particularité est fort appréciée de son employeur, la Food and Drug Administration. Il n’a pas son pareil pour déceler les restaurants qui servent du poulet ou n’importe quel autre type de volaille alors que c’est strictement prohibé. Car le monde est pourri, et les volailles, surtout le poulet, sont infestées de germes. Tony Chu doit pourchasser les criminels les plus endurcis. Il est appelé à résoudre des crimes par la même méthode que celle qu’il utilise pour démasquer les resquilleurs, en goûtant la viande des macchabés. Il parvient ainsi à retracer les circonstances du crime et à identifier les coupables. Cette faculté a un inconvénient majeur. Il est impossible pour Tony de mastiquer le moindre aliment sans voir sa provenance, ce qui en lui coupe l’appétit instantanément. Fort heureusement, il fait la connaissance d’Amélia, une journaliste culinaire experte dans l’art de restituer les saveurs avec des mots. C’est la femme parfaite. Leur idylle s’annonce bien. C’est sans compter sur un orteil soigneusement conservé par Tony dans son congélateur. Une série déjantée à souhait, absolument savoureuse. « Croque-mort », troisième tome de « Tony Chu », par Layman et Guillory, aux éditions Delcourt, collection Contrebande.


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : croque-mort, tony chu, layman, guillory, delcourt, contrebande |  Facebook |

27/06/2012

La première lettre / Dégruel, Kipling / Delcourt

1e-lettre.jpg

 

Rudyard Kipling, l’auteur du Livre de la Jungle, a écrit de nombreuses nouvelles sur des thèmes déconcertants. « La première lettre » en fait partie. C’est l’histoire d’une petite fille qui va, par un concours de circonstances, inventer l’écriture pour communiquer avec un homme qui ne parle pas sa langue. Ce premier essai de langage scriptural va donner lieu à un quiproquo hilarant qui aurait pu se terminer de manière tragique. Heureusement, nous savons aujourd’hui que cet épisode méconnu du Néolithique aura engendré une belle et longue aventure de transmission du savoir et des émotions. Et c’est une petite fille espiègle qui en est à l’origine. C’est peut-être l’occasion d’évoquer cette sublime expérience qui a vu le jour en Inde et qui fait des émules un peu partout dans le monde, celle de l’université des va-nu-pieds. Cette université accueille uniquement des personnes qui n’ont pas faits d’études, qui n’ont aucun diplôme mais qui pourtant sont porteuses de connaissances et de savoir-faire. Elles sont en réalité des professionnelles dans leur domaine. Cette façon d’aborder la transmission a débouché sur des réalisations concrètes surprenantes. Elle rend à chaque personne sa vraie valeur, loin du dictat des diplômes. Ce retour aux sources a de quoi inspirer, tout comme « La première lettre », par Yann Dégruel, superbe adaptation dessinée du texte de Rudyard Kipling, chez Delcourt.


M.Descornet

 

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la première lettre, dégruel, kipling, delcourt |  Facebook |

26/06/2012

Destins croisés / Airborne 44, T.4 / Jarbinet / Casterman / coll.Ligne d’horizon

airborne44-4.jpg

 

Galvin, un soldat américain, participe au débarquement de Normandie, un des événements majeurs de la seconde guerre mondiale. Galvin connaît bien cette plage de Normandie. C’est là qu’il a vécu quelques uns des moments les plus intenses avec Joanne, sa bien aimée française quelques années auparavant. Cet endroit jadis idyllique devient le théâtre d’une boucherie sans nom. Gavin voit ses camarades tomber sous les balles et les explosions. L’horreur ne fait que commencer. La suite de la progression sur le terrain leur réserve d’autres terribles moments. Bientôt, ces jeunes gens devront mettre en sourdine leurs valeurs morales pour devenir des machines à tuer s’ils ne veulent pas simplement servir de vulgaire chair à canon. Philippe Jarbinet contribue de magistrale manière à l’entretien de la mémoire collective sur ces heures sombres de notre histoire dont les témoins directs se font de plus en plus rares. Il réussit à brosser le portrait densément humain de protagonistes et de situations très plausibles. En fait, Jarbinet nous raconte une romance profondément touchante en temps de guerre sans verser dans le trémolo. Et il le fait avec une justesse qui force le respect. Quant au graphisme, il atteint un niveau de maturité exemplaire. « Destins croisés », quatrième tome de « Airborne 44 », par Jarbinet, chez Casterman, collection Ligne d’horizon.


M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : destins croisés, airborne 44, jarbinet, casterman, ligne d’horizon |  Facebook |

25/06/2012

Atelier de Franquin (CBBD)

bureau de franquin cbbd.jpg

bureau de franquin cbbd interieur.jpg

La photo au mur :

photobureaufranquin.jpg

 

22:30 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'apollon de sang / Loïs, T.5 / Pâques / L’ombre des Cathares / Jhen, T.13 / Pleyers, Payen / Casterman

jhen13.jpg

 

Ces deux albums contribuent à perpétuer l’œuvre de Jacques Martin avec une énorme disparité au niveau de la qualité. Le cinquième tome de Loïs se défend bien avec un récit qui tient la route, agréablement construit, et conclut par un final surprenant, le tout dessiné avec soin. Olivier Pâques s’inscrit dans la veine réaliste instaurée par Martin, tout en démontrant sa maestria avec un style méticuleux et dynamique à la fois. Loïs est le dernier né des personnages de l’univers Martin. Loïs Lorcey est un artisan apprécié du roi Louis quatorze. Le souverain lui confie ici une mission à Rome en vue d’acquérir une sculpture exceptionnelle, un Apollon taillé dans du marbre rouge et découvert en parfait état lors de fouilles archéologiques. Les tractations se révèlent compliquées, parasitées par des considérations politico-stratégiques. Il est questions de montants pharamineux mais aussi de jeux d’influences impitoyables. Un superbe album : « L’Apollon de sang », cinquième tome de « Loïs ». Le treizième tome de « Jhen » déçoit profondément. Le dessin catastrophique ignore royalement les principes de perspectives et de proportions. Le scénario accuse lui aussi de sérieuses incohérences. Un album bâclé à éviter à tout prix : « L’ombre des Cathares », treizième tome de « Jhen », par Pleyers et Payen, aux éditions Casterman.

 


M.DESCORNET

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'apollon de sang, loïs, pâques, l’ombre des cathares, jhen, pleyers, payen, casterman |  Facebook |