29/06/2012

Pietrolino / Boiscommun, Jodorowsky / Les Humanoïdes associés

pietrolino.jpg

 

Cette intégrale regroupe deux volumes et forme un récit complet. C’est l’histoire d’un mime qui n’a pas ses mains dans ses poches. Alors que Paris est occupé par l’armée allemande, Pietrolino refuse la morosité ambiante. Il use de son art pour magnifier la joie de vivre et l’espérance. Il se produit avec sa petite troupe dans les lieux publics, comme dans ce bistrot où les clients s’amusent de le voir tourner les nazis en dérision. Le patron de l’établissement ne partage malheureusement pas l’engouement de sa clientèle. Un coup de téléphone et voilà les hommes en uniformes qui débarquent. Le spectacle continue mais prend une tournure dramatique. L’officier nazi embarque les saltimbanques mais s’assure au préalable que Pietrolino ne pourra plus nuire à l’image du troisième Reich. Il lui écrase les mains. Pietrolino se retrouve enfermé et incapable d’exercer son art. Privé de sa raison d’être, la vie lui semble désormais dénuée de sens. Pourtant, le destin lui réserve une surprise fantastique, comme dans toutes les bonnes représentations. Cette histoire brutale et sensible avait été conçue en hommage au mime Marceau, un artiste au talent exceptionnel qui avait grandement contribué à raviver la popularité de cette discipline trop peu présente de nos jours. Le dessin allie cette même dualité entre rudesse et douceur. « Pietrolino », par Boiscommun et Jodorowsky, aux éditions Les Humanoïdes associés.

 

M.Descornet

07:00 Écrit par Marc Descornet - La BD en Bulles dans Commentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pietrolino, boiscommun, jodorowsky, les humanoïdes associés |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.